portail www.arts-numeriques.info : update, onglet structures & festivals, databases, subventions, vjing…

 BONUS, DATABASES, www.arts-numeriques.info  Comments Off on portail www.arts-numeriques.info : update, onglet structures & festivals, databases, subventions, vjing…
Jan 192011
 

Boris Muller - Poetry on the Road

site web : www.arts-numeriques.info
.

Voici les derniers changements apporté au portail :

  • Pas de changement très visible pour ce premier update, mais :
    • une barre de menus plus compacte
    • des visuels intégrés aux flux (pensez donc à insérer vos visuels dans vos différents flux, c’est simple et cela donne une lecture plus conviviale)
    • intégration de beaucoup plus de sources vidéos
  • onglet structures & festivals : où vous pourrez retrouver “ceux qu’on ne présentent plus”, qui se “retrouvent dans tous les livres”… bref, les incontournables. Le moteur de recherche devrait reprendre bientôt quelques 400 structures/festivals/projets de par le monde.
  • onglet databases : les principales bases de données qui se présentent comme telles, ou qui intègrent différentes plateformes. J’ai retenu une volonté claire de faciliter les recherches et/ou les présentation de résultats. Le moteur de recherche devrait reprendre bientôt une cinquantaine de base de données de par le monde.
  • onglet subventions : il me semblait difficile de ne pas donner quelques pistes des principales subventions francophones. Cela s’enrichira bien entendu avec le temps. Le moteur de recherche spécifique reprendra une cinquantaine de structures.
  • onglet vjing : sans entrer dans les détails d’un “monde en soi” (assez hermétique au premier abord), je reprends ici un focus sur une excellente porte d’entrée dans le monde du vjing (qui je l’espère donnera lieu à une collaboration plus étroite avec le temps). LeCollagiste vj a mis en place depuis des années une série d’outils incontournables du monde des “performeurs vidéo”. Si les milieux dits “arts numériques” et vjing sont restés bien séparés pendant de nombreuses années, on voit maintenant apparaître clairement une plus grande perméabilité, que ce soit au niveau des artistes eux-mêmes ou des festivals qui les présentent. Je trouvais donc normal de ne pas éviter le sujet.
  • onglet sur le web : une veille générale, moins “filtrée”, des exemples de moteurs de recherche visuels, des news…
  • onglet textes et bibliographie : j’ai simplifié l’anthologie sous forme de liste en vous redirigeant vers pearltrees ou netvibes pour une exploration plus visuelle. Une meilleur intégration au portail est prévue prochainement. Une veille bibliographique est mise en place. Le moteur de recherche reprendra bientôt une liste assez exhaustive d’éditeurs spécialisés dans ce genre d’ouvrages, ce qui rendra les recherches et la veille plus aisées.

le petit focus de veille habituel :

  • Rhizome sort une nouvelle version (beta) de son site (et agrandit son équipe au passage – deadlines en janvier et février). Beaucoup plus clair et plus simple, c’est un format assez étroit de style blog qui a été retenu. Le site possède cependant tous les outils d’un portail de type communautaire et a d’ailleurs mis l’accent sur sa communauté grandissante. Ca n’est pas encore facebook (en termes d’outils, on s’entend), mais la plateforme se rapproche ainsi de dancetech, labforculture ou digitalarti… Les plus gros changements apportés vont d’ailleurs dans ce sens : une interaction plus grande et plus souple avec la base de données rhizome, afin de pouvoir créer des espaces personnels  plus riches et mieux documentés. Toutes les entrées de cette base sont maintenant visibles gratuitement pour tout le monde.
    Avec les meilleurs intentions du monde (encore une fois et comme ailleurs), il vous est donc demandé de contribuer : il vous faudra, tant bien que mal, essayer de faire une copie de votre site sur Rhizome afin d’y avoir un espace qui vous mette bien en valeur. C’est le revers de la médaille des sites communautaires : c’est vous qui leurs apportez du contenu et une valeur ajoutée. Le problème étant  bien entendu au niveau du temps que cela vous demande, de l’optimisation des outils que l’on met à votre disposition pour importer vos données. Et dans le cas de Rhizome, ça risque de vous prendre un certain temps (une intégration via flux aurait été plus judicieuse me semble-t-il).
    Ceci mis à part, la structures fournit toujours une masse conséquente de publications et d’informations, une ligne éditoriale sérieuse, une base de données de ressources (sous cotisation de 25 euros l’an) acceptable, une très bonne visibilité… et surtout un travail de recherche et de multiples projets qui dépassent largement le cadre de la seule plateforme Web. Dans ces conditions, il est difficile de bouder son plaisir en parcourant le site au plus de 2500 “art works” répertoriés avec soin et je dirais même “délicatesse”.

  • Je reviens encore une fois sur le premier appel du RAN (deadline le 01 mars). Un appel à projet précis, bien formulé et qui n’hésite pas à être long et détaillé (ce qui est toujours agréable : voir qu’on a pris le temps de réfléchir à la proposition). C’est aussi l’occasion de constater que les choses se mettent en place et que le RAN, ce “déjà-mastodonte”, n’est pas qu’un tissus de bonne intentions téléchargeable en pdf, qui ne servirait que de liens entre les structures qui le composent (ce qui serait déjà, en soi, une bonne chose bien entendu). Le RAN s’adressent donc ici directement aux créateurs, il est plus qu’un réseau, il devient une entité tangible avec qui ils pourront avoir affaire. Dans la foulée, le réseau appose également son logo sur un autre appel à projet, celui du projet MADE (Mobility for Digital Art in Europe – deadline le 24 janvier), à découvrir si ça n’est déjà fait (le texte de l’appel possède les même qualité que celui du RAN).
  • La nouvelle SAT se teste aujourd’hui soir avec le dernier spectacle d’une amie canadienne dont je vous avais déjà parlé : Manon Oligny (voir post du 29 juin 2010). Ces dernières années, son travail de création chorégraphique s’est peu à peu étroitement lié aux “nouvelles technologies” (sans doute le fait d’être chargé de projets à la SAT n’y est pas pour rien). A noter, le léger retard de l’inauguration de la Satosphère. Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour l’art immersif est le slogan clin d’oeil pour ce nouveau dôme permanent dont se dote la Société des Arts Technologique (qui était déjà très bien équipée). Quant au spectacle de Manon Oligny, Icône à vendre, il prendra place jusqu’au 29 janvier : “achetez maintenant !”.
  • en vrac

Jan 092011
 

buddha face - D. E. Stanley

site web : www.arts-numeriques.info
.

L’onglet info-tech-science est complété. Le champs étant très large, le contenu est fortement hétéroclite. Il reprend une vingtaine de sources que je consulte régulièrement. Il s’affinera sans doute au fil du temps.

Le moteur de recherche de l’onglet reprend une cinquantaine de sources actuellement, mais le nombre de sources va doubler très prochainement.

Je vous propose un petit focus sur l’onglet pour terminer le post :

.

Jan 072011
 

www.arts-numeriques.info

site : www.arts-numeriques.info
.

Ce nouveau portail regroupe toutes une série d’informations que j’avais déjà mise en ligne ailleurs (sur netvibes notamment). Plus clair, plus simple et beaucoup mieux fourni, il est essentiellement un lieu d’information qui vous redirigera, le plus rapidement possible, ailleurs.

C’est un outil personnel et privé que je partage, et qui j’espère vous sera utile. En attendant des outils plus efficaces, il me semble que c’est une bonne porte d’entrée vers les arts dits “numériques” à l’heure où l’on commence de plus en plus à parler d’un certaint post-“art numérique”.

www.arts-numeriques.info en quelques points ;

  • deux onglets (calls1 et calls2) qui reprennent les sites principaux qui émettent des appels à projets ou à résidences, avec une veille web et deux moteurs de recherche centrés sur une cinquantaine de structures. Plusieurs focus sur les arts numériques ou multimédias.
  • un onglet arts numérique ? qui reprend une anthologie des textes francophones online sur les arts numériques, une veille web bibliographique et plusieurs veilles web général, des vidéos d’oeuvres, d’interviews, des photos, un moteur de recherche centré sur l’anthologie.
  • un onglet mags et un onglet blogs qui reprennent une cinquantaine de médias diffusant de l’information spécifique et un moteur de recherche centré sur ces médias
  • un onglet social networks qui reprend une veille sur les médias sociaux avec un moteur qui centré sur quelques 700 réseaux sociaux.
  • un onglet webtv & radios qui présente une vingtaine de médias tv et radios et un moteur de recherche centrés sur une centaine de chaînes de télévisions et de radios
  • un onglet networks qui vous présente les informations des plus grands réseaux “arts numériques” et deux moteurs de recherche centrés sur ces derniers.
  • un agrégateur qui vous permet de faire des recherches dans les flux.
  • une page d’accueil qui fait un focus sur tous les onglets. Cette dernière se transformera certainement au fil du temps en une espèce de mag qui reprend les infos les plus importantes du portail.

il me reste à compléter les onglets suivants : structures et festivals ; databases ; focus : Belgique ; info-tech-science ; hard/softwares ; searchtools ; et à entièrement revoir les flux de l’agrégateur pour les faire correspondre à ceux du portail.

Les temps de chargement des pages du site peuvent être parfois un peu longs, c’est normal puisque le masse d’informations est conséquente. Pour ne pas rallonger ces derniers, le portail updatera ses flux 2 fois par jour.

Ce blog est repris dans un onglet du portail et son flux sur la home page, vous pourrez donc le consulter là-bas. Son rythme de parution sera espacé au profit des différents outils que fournit le portail.

J’ai été très heureux d’apprendre que le R.A.N. (voir post du 20 sept.2010) lançait son premier appel à projet, il me semblait bon de le signaler pour conclure cet article : deadline le 01 mars 2011.

Si vous trouvez ces infos intéressantes : ne les gardez pas pour vous, partager-les !

Nouveau portail des arts dits numériques (et multimédiatiques)

 CALLS, DATABASES, INFOS, RESIDENCES, SOFT/HARDWARE, www.arts-numeriques.info  Comments Off on Nouveau portail des arts dits numériques (et multimédiatiques)
Jan 072011
 

Ce nouveau portail sera accessible dès ce 07 janvier (dans le courant de la soirée).

Toujours un espace de travail (en chantier, puisque j’ai pris beaucoup de retard), mais assez propre, beaucoup plus facile à consulter que les différents portails netvibes, plus complet aussi et possédant des outils de recherches Web optimisés.

Un seul lieu qui vous donnera accès à plusieurs centaines de sources actualisées plusieurs fois par jour (appels à projets, résidences, magazines, blogs, réseaux, structures, festivals… et bien d’autres choses encore).

A ce soir donc.

Visualisation de veille : Feedly, Good Noows, twitter, paper.li

 SOFT/HARDWARE  Comments Off on Visualisation de veille : Feedly, Good Noows, twitter, paper.li
Dec 202010
 

socialcollider - "Digital Arts"

Dans le cadre de mon projet (et pour ne pas réinventer la roue), je teste régulièrement une série d’outils qui me permettent de visualiser mes différentes veilles. Je ferai donc aujourd’hui un point rapide sur ceux qui me semblent les plus intéressants, car ils pourraient tout simplement vous intéresser aussi. Je ne rentrerai pas dans des explications sur les flux rss, le Web regorgeant d’articles sur le sujet.

Avant de commencer, il faut garder à l’esprit que je vais parler ici de veille, c’est à dire que ce qui m’intéresse, ce sont les “dernières nouvelles” publiées par les différentes structures ou personnes dont les informations me sont utiles. Pour ces “last news”, je vais donc me servir de leurs flux rss et voir s’il est possible d’en avoir une visualisation plus “agréable”, plus visuelle que les simples liste que me propose twitter, Google reader, NetVibes ou autres agrégateurs CMS.

Pour ce qui est des agrégateurs, Google Reader étant la référence grand public, beaucoup de sociétés proposent depuis quelques temps déjà de pallier ses points faibles (interface, présentation des données…). Deux services se démarquent pour moi de tous les autres (j’en ai testé une petite vingtaine) : Feedly et Good Noows.

Pour être plus concret, je vais prendre l’exemple de l’incontournable portail DigitalArti (sur lequel ce post est d’ailleurs publié). Je sais que certains d’entre vous trouvent que son interface manque peut-être de convivialité. Je me suis laissé dire que ça allait certainement évoluer (puisque le projet n’en est qu’à sa version 1.0.1), mais en attendant, il faut savoir que le portail ayant mis en place un bon système de flux rss, il vous est tout à fait possible de consulter ses dernières news sous différentes formes.

Voici donc DigitalArti chez moi (flux principal, auquel j’ai ajouté les flux des membres de l’équipe) :

.

J’ai pris DigitalArti comme exemple concret, mais cela convient évidemment à tous vos sites favoris, du moment qu’ils vous donnent accès à un flux. A noter que Good Noows vous permet aussi d’importer des flux (un par un ou fichier opml) directement depuis son interface (qui propose pour l’instant plus de fonctionnalités que Feedly).

Plus d’infos : FeedlyGood Noows

Un autre service qui retient l’attention des programmeurs du monde entier est twitter. Son interface peu pratique, son moteur de recherche légèrement aveugle, le manque d’options de configuration… voient fleurir une sur-multitude de services proposant de remédier à ces inconvénients. De ce week-end de tests, je retiendrai paper.li (gagnant du concours Web2010). S’il est encore un peu “tout frais moulu”, avec peu d’options, il offre déjà un certain potentiel. L’idée est simple, vous proposer “Twitter” sous la forme d’un journal mis à jour automatiquement (max 2 fois par jour).

(Pourquoi s’arrêter à twitter et ne pas intégrer directement des flux rss (dont les flux rss de twitter d’ailleurs) ? Question de budget et de marketing sans doute. La startup a intérêt à s’y mettre assez vite en tous cas, sous peine de se voir devancée par quelqu’un d’autre. A noter également que Feedly proposait une option similaire en 2009  avec design beaucoup plus soigné (aujourd’hui, l’option est devenue payante mais reste malgré tout d’un prix modique par rapport au service rendu)).

Voici donc quelques “journaux” personnels que je mets à votre disposition. Ils sont le reflet de ma veille sur twitter, il faut donc que je fasse encore quelques aménagements pour optimiser le tout, ça devrait se faire début de l’année 2011, les journaux seront alors plus fournis. Il s’étofferont et se multiplieront également au fur et à mesure de mes trouvailles twitter. Vous pouvez aussi retrouver ces derniers sous l’onglet journaux twitters du portail www.arts-numeriques.info.

Plus d’infos paper.li : Paper.li, créez votre journal quotidien en ligne à partir d’un compte Twitter

Journaux :

et enfin, le dernier qui est encore à l’état embryonnaire (6 flux) et qui reprendra ma veille sur les arts numériques en Belgique (structures + blogs + artistes)

flux rss de DigitalArti
[rssinpage rssfeed=’http://feedrinse.com/services/channel/?chanurl=a42d2f69b036758ef87c32d53604ae5d ‘ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

Bookmarks online (part1) – del.icio.us – liste de diffusion "Sensitif"

 DATABASES, SOFT/HARDWARE  Comments Off on Bookmarks online (part1) – del.icio.us – liste de diffusion "Sensitif"
Dec 172010
 

La nouvelle a fait le buzz ce matin : delicious, le service de bookmarks online, racheté par yahoo il y a quelques années, va bientôt fermer (dans la lignée d’une assez forte restructuration de la société). Ce qui n’était encore que des rumeurs s’est donc confirmé. Dans la journée, “delicious” a répondu officiellement sur son blog que le service ne fermerait pas. L’histoire en elle-même ne m’intéresse finalement pas plus, sauf que j’ai bien entendu dans ma base de donnée une série de liens delicious que j’aurais aimé vous proposer. Bien qu’en ayant parlé plusieurs fois, je n’avais pas encore fait d’article sur le sujet, il me semblait que c’était l’occasion.

Je commencerai par ceux de Jean-Noël Montagné, qui s’interrogeait aujourd’hui par un mail adressé à la liste de diffusion Sensitif (dont je vous ai déjà parlé plusieurs fois directement ou indirectement via l’association art sensitif/le CRAS ou mains d’oeuvres). Il a, en effet personnellement, un compte delicious assez bien fourni qui représente une source de choix.

Si vous êtes déjà passé sur l’onglet “Processing” du portail “Art + Numérique + Logiciel“, vous avez dû voir que j’y ai mis un flux rss delicious reprenant le tag processing. Il est évident qu’avec plus de 160 000 Bookmarks, il est difficile de s’y retrouver. Mais en suivant certaines personnes (dont Jean-Noël), on peut malgré tout avoir des infos de tout premier ordre.

fluxtation - Jean-Noël Montagné

Ainsi, dans son mail, il reprenait quelques uns de ses tags particulièrement significatifs :

et un que je n’avais pas encore noté, mais qui est très intéressant

J’aimerais maintenant copié/collé deux mails de réponse de la liste à son premier message, car ils me semblent également pertinents.

pour info : on anime via codelab un outil LL similaire ici : http://www.codelab.fr/liens
basé sur semanticScuttle hébergé par notre cooperative CMS : http://www.cooperativemultimediasolidaire.info
vous pouvez y transférer vos liens

  • de Pierre Commenge

Pour ceux qui rechercheraient une alternative, je signale l’existence d’un  gestionnaire mutualisé de liens, mis en place par Labomedia à Orléans, et  aujourd’hui déménagé et hébergé par la Coopérative Multimédia Solidaire à  Nantes.

C’est basé sur SemanticScuttle, avec des options d’import / export assez  universelles (html, xml, csv) et des possibilités de liens publics / liens  partagés avec les contacts / liens privés.

Le nombre d’utilisateurs est beaucoup plus modeste que delicious, mais  au-delà de ces 2 structures, on y retrouve entre autre les liens partagés  des utilisateurs de codelab.fr, c’est donc plutôt thématique et proche des  sujets qui concernent cette liste, cf la liste des balises « populaires ».

(Je rappelle que la liste “Sensitf” est une toute petite liste d’information, qu’elle ne possède malheureusement pas de flux rss et qu’une inscription est donc obligatoire. Mais sur une expérience personnelle de plusieurs mois, je peux dire qu’elle correspond effectivement à sa charte et que ses rares activations sont toujours des sources d’informations concrètes et très utiles)

Je m’arrêterai sur d’autres “utilisateurs delicious” dans de prochains articles. En attendant, je voudrais terminer par quelques liens sur les différentes visualisations possibles du service, car c’est évidemment un sujet qui m’intéresse. Pour ma part, lorsque j’utilise delicious, je fais toujours un petit check sur HubLog: Graph del.icio.us related tags (qui donne également des liens sur technorati).
.
flux rss del.icio.us tags art+numérique
[rssinpage rssfeed=’http://feeds.delicious.com/v2/rss/tag/art+numerique?count=15′ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

Dec 152010
 

site web : soundlocalities.tumblr.com
.

NB : présentation de Resonance Cities le 23 décembre 2010 à 18h00 au Frigo à Mons (voir)

Sound Localities est un projet qui réunit la plateforme loudspkr (musique/sons expérimentaux, media art, film/video, performance et arts pluridisciplinaires), le Centre Transcultures et les Pépinières européennes pour jeunes artistes. Il a été produit lors d’une résidence Pépinières européennes de  3 mois à Transcultures (fin 2010).

Le projet explore l’expérience du son dans la ville au travers d’enregistrements de terrain et d’entrevues avec des artistes, des individus et des organisations dans 7 villes (au niveau local, régional et international explorant un certain “espace” autour de la ville de Mons, en Belgique). En venant de Gand, Bruxelles, Londres, Madrid, Hong Kong et de Séoul, le projet vise à produire un dialogue plus large dans un espace transculturel. Les individus et organisations sont invités à choisir des artistes travaillant avec le son de/dans la ville et à contribuer par des enregistrements issus du “terrain” qui expriment quelque chose au sujet de leur citée. Ces sons sont collectés et partagés en ligne.

Les artistes participants seront invités à créer un mélange des sons collectés par les différentes villes, qui seront publiés dans un CD compilation produit par Transcultures en 2011.

Un projet qui a des affinités avec des projets comme radio APOREE (post du 20 oct. 2010), Locus Sonus, European Sound Delta… que j’avais envie de citer ici. Il m’a semblé également utile de vous mettre ci-dessous le copié collé d’un mail de Philippe Franck, directeur de Transcultures, qui vous donnera quelques informations complémentaires. Je reviendrai prochainement sur la plateforme loudspkr et bien évidemment sur les pépinières dans le cadre de mes introductions aux différents réseaux “arts numériques”.

Mail de Philippe Franck

Mons, le  14 décembre 2010,

Madame, Monsieur,

Chers collègues, chers partenaires,

Nous serions très heureux de vous accueillir ce jeudi 23 décembre 2010 dès 18h,  au  Frigo (sur le site des Abattoirs) à Mons pour la manifestation “Resonant cities/Transcultural soundscapes” d’Ashley Wong, lauréate des Pépinières européennes pour jeunes artistes à Mons, accueillie pendant 3 mois d’octobre à décembre par Transcultures.

Les Pépinières européennes pour jeunes artistes réunissent, à ce jour, pas moins de 26 pays et 110 villes et 100 lieux de créations à travers l’Europe, pour développer ensemble des programmes de mobilité, d’échanges et des résidences adaptées pour des artistes contemporains issus de différentes disciplines, ainsi que pour les accompagner dans un parcours professionnel de dimension international.

Nouveau coordinateur des Pépinières européennes pour la Communauté française en collaboration avec la Ville de Mons, Transcultures a souhaité donner une orientation arts sonores/arts numériques à ces résidences à Mons, “ville Pépinières” et c’est assez logiqement que le projet d’Ashley Wong a été retenu, en 2010, par un jury local composés de professionnels, d’artistes et de partenaires culturels.

Resonant Cities/Transcultural soundscapes explore les pratiques sonores contemporaines et leurs relations avec l’espace urbain à l’ère de la globalisation.

A travers des interviews vidéo réalisées par cette artiste/curatrice avec les responsables d’organisations culturelles arts sonores/médiatiques  à un niveau local, régional et international, à partir de Mons, ce projet collaboratif tente de mettre en relief des résonances/émergences artistiques et transculturelles et met en dialogue divers associations, groupes et communités travaillant autour du son dans 7 villes du globe :  Mons, Bruxelles, Gand, Hong Kong, Londres, Madrid et Seoul.

Pour le deuxième volet de ce projet évolutif et collectif, des sons propres à ces villes et à leurs environnements culturels ont été échangés, via un site dédié, entre plusieurs créateurs audio et structures participantes. A la suite de cette étape réalisée dans le cadre des Pépinières européennes, une sélection d’artistes belges et internationaux seront invités à participer à une compilation produite par Transcultures en 2011.

Pour la manifestation audio-vidéo clotûrant ce jeudi 23 décembre 2010, sa résidence Pépinières chez Transcultures, Ashley Wong a invité des jeunes artistes sonores et musiciens expérimentaux majoritairement montois à proposer un court set live à partir de traitements personnels de cette banque de sons urbains.

Nous serions ravis de vous accueillir au Frigo, site des Abattoirs, 17 rue de la Trouille 7000 Mons ce 23 décembre pour cet événement innovant et que vous puissiez échanger ensuite vos impressions avec l’artiste et ses invités autour d’un verre au bar du Frigo.

Dans cette attente, veuillez agréer, madame, monsieur, chers collègues, chers partenaires, l’expression de nos salutations les plus cordiales.

Pour les Pépinières européennes pour jeunes artistes en Communauté française de Belgique,

Philippe Franck,
Directeur de Transcultures.

.

Dec 102010
 

home.crealab.info

site web : home.crealab.info
.

Un tout petit réseau pour aujourd’hui qui pourrait peut-être rentrer dans mon “cimetière des projets” : le dernier flux effectif du réseau remonte à plus de cent jours, quelques liens rompus, plus de possibilité de créer un nouveau compte, agenda vide… Aucune information, me semble-t-il, ne confirme l’arrêt du réseau, on dira donc qu’il est en “pause”.

Crealab est présenté comme un réseau d’échanges et de transmission. Il s’est doté d’une interface Web de type portail communautaire et d’une série de projets de rencontres de type Dorkbot. Pas grand chose comme info sur le net, à part cette vidéo qui vous donnera toutes les infos sur le projet. Les structures composant Crealab sont toujours, quant à elles, bien actives et j’y reviendrai donc prochainement.

Partenaires du réseau

flux rss de Crealab
[rssinpage rssfeed=’http://home.crealab.info/?view=rss’ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

…………………………………………………………………………….
Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : Call for Video – Multimedia LAB – International – deadline le 15 janvier 2011
…………………………………………………………………………….

.

Dec 092010
 

Le blog se met en mode “stand by prolongé”. Trop de travail pour fournir des articles fournis… Ca me permettra néanmoins d’introduire différents réseaux “arts numériques” et d’autres moins spécialisés. Cela me donnera la possibilité de vous présenter un des derniers portails provisoires qui sera consacré à à une veille sur ces dits-réseaux.

Gaîté-Lyrique-Yves-Geleyn

.

Pour ce petit focus, je commencerai par vous conseiller le survol d’un petit dossier concocté par fluctuat.net : ArchiCulture. S’il date un peu, il est justement intéressant de voir, par exemple, l’évolution de trois gros chantiers qui m’intéressent depuis un certain temps et qui n’étaient pas des plus simples.

Si la Maison des Métallos semble avoir maintenant trouvé ses marques sous la direction du programme de Philippe Mourrat, les travaux de l’Ile Seguin commenceront eux seulement en 2012, pour un “vernissage” aux alentours de 2017. Beaucoup d’eau(x) risque(nt) donc encore de couler sous ses ponts, mais il y a aujourd’hui un projet en cours bien établit et qui prévoit en son sein un “pôle d’art numérique“, d’où mon intérêt. Le troisième projet possède une actualité brûlante, puisqu’il s’agit de la “Gaîté Lyrique” qui ouvrira ses portes dans quelques mois. Ce “lieu maudit” depuis les années 60 va donc enfin renaître, avec un projet qui nous invite à explorer notre époque à l’ère de la création numérique. Son directeur, Jérôme Delormas, s’est déjà exprimé plusieurs fois à ce sujet (voir articles poptronics, idn…) et il a présenté ce soir la saison 2011, dans le cadre d’un MCDate (à la Maison de Métallos justement). Si vous n’y étiez pas physiquement/streaminguement (ou pour plus d’infos sur le lieu en attendant que le site officielle prenne entièrement le relais), je vous conseille : l’article La Gaité Lyrique, c’est pour bientôt ! ; la vidéo du vlog de Michel Reilhac ; le blog de la commission Gaîté.

J’avais aussi envie de vous reparler de la section “cultures numériques – art” du média online OWNI-Digital Journalism, via l’article : Jonathan Harris, poète des data. Sa TED conférence (2007) était un très bon souvenir et l’article reprend pas mal d’autres sources. C’est évidemment son travail sur la visualisation des données qui m’intéresse tout particulièrement. En parlant de ça et tant que je suis sur OWNI, un petit détour par un article de Jean-Noël Lafargue : WikiLeaks Reloaded: Les suites de la fuite. Je sais que quelques artistes travaillent en ce moment sur les données de WikiLeaks, mais je n’ai pas encore vu un projet terminé. Ca ne saurait tarder je suppose et je vous en tiendrais bien évidemment informé.

Et pour finir :

.

Pixelache network (part1) – PikseliÄHKY – Mal au pixel

 FESTIVALS, STRUCTURES  Comments Off on Pixelache network (part1) – PikseliÄHKY – Mal au pixel
Dec 062010
 

Le blog se met en mode “stand by prolongé”. Trop de travail pour fournir des articles fournis… Ca me permettra néanmoins d’introduire différents réseaux “arts numériques” et d’autres moins spécialisés. Cela me donnera la possibilité de vous présenter un des derniers portails provisoires qui sera consacré à à une veille sur ces dits-réseaux.

G. Angelis - M. Sanheira - J. Sirjacq

.

site web : network.pixelache.ac
.

Le festival finlandais Pixelache a été fondé en 2002 par l’artiste Juha Huuskonen. Depuis lors, il est devenu un réseau s’étendant de Helsinki à Medellín en passant par Istanbul ou encore Bergen et rassemble ainsi un véritable vivier d’acteurs (qui sont par ailleurs très actifs chacun de leur côté).

C’est la traduction de PikseliÄHKY en français (littéralement “mal au pixel”), qui servira de titre à la version parisienne du festival. Le site de Mal au Pixel est toujours hébergé par le Centre des Arts Sensitif (CRASLab, qui vous amènera naturellement vers le projet mains d’oeuvres), mais le festival est apparemment aujourd’hui “réalisé” par Art Kill Art (si page blanche, essayez cette adresse) en association avec d’autres partenaires. J’y reviendrai dans l’article qui y sera consacré (voir la vidéo de la conférence de Mathieu Marguerin -entre-autres directeur du festival- ci-dessous).

Comme tout réseau à ramifications complexes, il n’est pas simple de se faire une rapide vue d’ensemble. Mais là où Pixelache Network se différencie d’autres gros réseaux que j’ai déjà abordé et que j’aborderai prochainement, c’est que l’organisation a pensé à nous fournir un portail de veille en temps réel, clair et simple. Comme pour mes portails de veille, vous pouvez y retrouver les flux rss de chacun des lieux, plus une série de veilles Web qui reflètent automatiquement l’activité du réseau. C’est très facile à mettre en place et très efficace. Bien entendu, on pourrait encore améliorer l’outil (au niveau de la veille, de la recherche, de la personnalisation, de la communauté…), mais si tout le monde proposait, ne serait-ce qu’une base de ce type, l’information circulerait déjà beaucoup plus facilement.

Introduction au réseau Pixelache

Membres du réseau pixelache

flux rss de PikseliÄHKY
[rssinpage rssfeed=’http://www.pixelache.ac/helsinki/feed/’ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

Place de la Toile – France Culture

 BONUS  Comments Off on Place de la Toile – France Culture
Dec 052010
 

Jean-Paul Fourmentraux

site web : www.franceculture.com/emission-place-de-la-toile.html
.

J’ai déjà cité quelques émissions de radio, mais c’est vrai que je ne me suis pas encore véritablement penché sur le sujet. Une petit info en guise de bonus week-end (merci Serge Hoffmaan).

L’émission Place de la Toile est donc produite par France Culture et elle aborde les différents aspects de la révolution numérique, moins du côté technique que du côté des conséquences qu’elle induit sur l’information, les médias, la communication, les liens sociaux entre les individus, et finalement, l’organisation de notre vie.

Tout en vous écrivant, j’en profite pour écouter le podcast de l’émission du 28 novembre dernier : Qu’est-ce qu’une oeuvre de (net)art ? / La modélisation des imaginaires, dont l’invité de la première partie était le sociologue Jean-Paul Fourmentraux. Son livre Art et Internet – Les nouvelles figures de la création (2005), vient d’être republié dans une version revue et augmentée.

Vous pouvez retrouver toutes les émissions de ces deux dernières années sur le site touslespodcast.com.
.
flux rss Place de la Toile
[rssinpage rssfeed=’http://radiofrance-podcast.net/podcast09/rss_10465.xml’ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

Les subventions européennes pour la culture : introduction – Union Européene (part2)

 CALLS, Europe, STRUCTURES  Comments Off on Les subventions européennes pour la culture : introduction – Union Européene (part2)
Dec 022010
 

ecjs-culture.blogspot.com

J’avais commencé dans mon article du 12 sept. 2010 à faire un tour d’horizon des “outils européen” mis à notre disposition. Ayant peu de temps aujourd’hui, je ne plongerai pas directement les mains dans le cambouis des subventions, mais je voulais malgré tout survoler quelques pistes menant aux principales subventions européennes pour la Culture. Un article un peu brouillon donc, mais que je compléterai au fil du temps et auquel j’additionnerai des articles plus spécifiques.

A savoir qu’énormément de petites associations locales peuvent vous aider dans les méandres des outils européens, et ce gratuitement. Je ne pourrai pas toutes les répertorier, mais via les quelques unes que je mettrai online dans les mois qui viennent, il vous sera possible d’en trouver d’autres.

  • Le texte du programme Culture 2007-2013 : vous pouvez toujours faire l’économie de l’apprendre par coeur, mais un bon print doublé d’un “marqueur fluo” n’est vraiment pas un luxe.
  • Dans les services online (payant), vous pouvez retrouver welcomeurope.com. Je reste assez sceptique sur l’efficacité de leur moteur de recherche, mais vous êtes sensés pouvoir faire une recherche avancée. Si vous n’êtes pas affiliés, vous ne verrez que l’intitulé des subventions (un copié collé sur google vous donnera en général les compléments d’informations).

.

…………………………………………………………………………….
Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info
Hurry up : Projecteurs à vendre.

La société française ETC revend des projecteurs ProjectionDesign F32 qui ont été utilisés 6 mois sur le stand français à Shanghai pour 4400 euros lentille incluse (18.000 euros en prix liste) avec 6 mois de garantie.

Guy Garcia

Directeur – Départements Multimédia & Muséographique
Ligne directe : +33 (0)1 45 15 28 14
Portable : +33 (0)6 85 71 42 95
E-mail :
g.garcia@etclondonparis.com
……………………………………………………………………………

Focus de Veille : pearltrees – art+numérique+belgique – dictionnaire d'internet – festival chemins numériques – la gaîté lyrique – neen art – laguna art price…

 BONUS  Comments Off on Focus de Veille : pearltrees – art+numérique+belgique – dictionnaire d'internet – festival chemins numériques – la gaîté lyrique – neen art – laguna art price…
Nov 292010
 

Début 2010, j’avais essayé l’application pearltres : un service de bookmarks online avec interface visuelle. Si l’idée était très séduisante, le service proposé restait malheureusement trop basique (une seule possibilité d’importation, pas de multitaggage, pas d’option “à la volée”…). Si quelques possibilités ont été rajoutées depuis, pearltres m’apparaît encore aujourd’hui comme cette “bonne idée qui n’a pas les moyens de dépasser le niveau du gadget sympatique”. Lorsque l’on a, comme moi, près de 2000 entrées et une bonne centaine de tags, on retourne assez vite à PersonnalBrain, delicious, diigo et confrères, en regrettant de s’être pris à rêver. Parce que voilà, il y a moyen de rêver un peu tout de même. Avec quelques outils supplémentaires, il y aurait serait tout à fait possible de proposer son site ou son blog sous pearltrees… ou pourquoi pas un outils de veille et même la visualisation d’un réseau arts numériques (si vous voyez où je veux en venir). Bref, ça n’est pas encore le cas, mais qui sait, peut-être un jour.

Pour plus d’infos sur pearltrees, je vous conseille les vidéos de ReadWriteWeb : Pearltrees : logiques sociales et fin du searchPearltrees : l’organisation subjective du web ; la vidéo Pearltrees, l’idéal du partage en ligne de l’information ; ou l’entretien vidéo avec Patrice Lamothe (fondateur de pearltrees).

Je vous proposerai donc le focus d’aujourd’hui en utilisant cet “arbre à perles” et en demandant au utilisateurs d’ibook/iphone de bien vouloir m’excuser, puisque l’interface utilisateurs est… en flash.
.

.

Magazines et revues online (part1) : Turbulences Vidéo – Magazine du CIAC – HorizonZéro

 BONUS  Comments Off on Magazines et revues online (part1) : Turbulences Vidéo – Magazine du CIAC – HorizonZéro
Nov 272010
 

Turbulences Vidéo : www.videoformes-fest.com/publication__turbulences_video.php
Magazine du CIAC : www.ciac.ca/magazine-electronique-du-ciac-fr
HorizonZéro : www.horizonzero.ca
.

Je voulais aujourd’hui continuer de vous présenter les sources (francophones dans un premier temps) que j’utilise régulièrement et qui se présentent comme magazines ou revues électroniques. Je ne ferai que citer ici les structures productrices, elles feront l’objet d’articles ultérieurs. Pour rappel, vous pouvez retrouver des articles similaires via les tags magazines, ou (plus largement) documentation.

Je commencerai par le trimestriel Turbulences Vidéo pour lequel j’ai déjà été rédacteur. Produit par Vidéoformes depuis 1993, le magazine papier a été remplacé depuis le n°57 par une édition online. Cette formule permet à la publication de couvrir amplement des sujets liés aux cultures numériques et à la vidéo via des articles de fond, des chroniques, des portraits d’artistes… Les contributions sont pour l’instant bénévoles (en tous cas depuis la version Web), mais la volonté de trouver un modèle économique permettant une rétribution des auteurs est présente. Il est évident que fonctionner sur base de bénévolat a des avantages évidents en termes budgétaires. Cela permet à Turbulences, entre autres, de pouvoir proposer des articles conséquents, d’aborder des sujets très variés et d’offrir au final un mag qui peut aller jusqu’à une septantaine de pages, voir plus. Encore faut-il pouvoir compter régulièrement sur un contenu de qualité. Si la rétribution peut pallier au problème, j’espère malgré tout que la publication gardera toujours une place pour cette contribution bénévole, qui en fait actuellement, me semble-t-il, sa grande richesse. L’appel à contribution pour le numéro 70 est toujours ouvert : Hurry up – deadline le 13 décembre 2010.

Le magazine du CIAC est assez incontournable dans toute Webothèque qui se respecte. Présent depuis 1997, il est édité par le Centre International d’Art Contemporains de Montréal (NB : petit problème parfois sous firefox pour passer la page d’acceuil). N’étant pas exclusivement centré sur les arts dits numériques, une recherche peut être la bienvenue. Pour trouver plus facilement votre bonheur, je vous conseille de doubler votre recherche interne par un moteur de recherche externe qui sera plus efficace sur certains points (site:http://www.ciac.ca/magazine + mots clés).

On reste au Canada pour un mag qui trouverait sa place dans ma série cimetière de projets, puisque sa publication a été arrêtée en 2004. Ceci étant dit, un numéro spécial est apparu début de cette année 2010 (ce qui laisse présager d’autres spéciales occasions) et on sent bien le choix de ne pas présenter le site comme une archive. Quoi qu’il en soit, entre 2002 et 2004, l’équipe de HorizonZéro a de présenté du contenu sur des artistes canadiens oeuvrant dans le vaste domaine des nouveaux médias. Bien qu’une version texte soit toujours présente, une version flash vous donne accès à la recherche qu’a menée la rédaction, afin d’offrir pour chaque numéro un objet électronique unique. Aujourd’hui, les différentes réalisations peuvent prêter à sourire, mais n’oublions pas que nous sommes début des années 2000. S’il est vrai qu’HorizonZéro propose un environnement visuel/sonore/interactif qu’on pourrait qualifier de gadget (empruntant allégrement aux jeux électroniques et aux DVD interactifs), que s’il est censé être en relation avec le contenu, ça n’est bien souvent qu’anecdotique et qu’il n’apporte non seulement pas de véritable valeur ajoutée au texte, mais entrave même souvent une lecture agréable… il n’empêche qu’il y a malgré tout une volonté de présenter quelque chose de différent, d’essayer de faire vivre un parcours au lecteur, de lui proposer d’autres chemins de lecture. Le problème étant que le contenu principal, la matière première, celle qui nous intéresse finalement, résiste. Et nous résistons avec elle. Je reviendrais sur cette question, que j’ai déjà abordée d’ailleurs, dans mon prochain article sur les magazines online.

.

Nov 262010
 

tags art numérique - 26 nov. 2010


Cet article fait partie d’une suite d’article du même nom. Vous pouvez retrouver une onthologie de textes online francophone
consacré à l’art dit numérique sur le portail www.qu-est-ce-que-l’art-numerique.info

.

Ceux qui ont suivi cette suite d’articles ont pu constater que j’ai fait un focus régulier sur les évolutions majeures de l’entrée “art numérique” de Wikipédia. J’arrive au bout aujourd’hui en vous présentant les deux dernières changements majeurs. Je rappelle qu’elle apparaît dans l’encyclopédie pour la première fois le 24 juillet 2004 à 17:50 avec ce début de première phrase : “L’art numérique est presque impossible à définir…”

Si je me suis attardé sur Wikipédia, c’est que l’Encyclopédie devient peu à peu la première réponse des principaux moteurs de recherche (Google en tête, qui entre parenthèse est un des premiers investisseurs… pardon donateurs du projet), et ceci dans de nombreux domaines. Je ne rentrerai pas ici dans les nombreux débats que l’Encyclopédie suscite : les scandales répétés de son créateur Jimmy Wales ou les questions sur son fonctionnement interne sont régulièrement abordés dans la presse et sur des sites comme wikibuster ou wikipedia.un.mythe.over-blog.com. Ceci étant dit, je relèverai simplement le fait que depuis que je répertorie les textes online qui parlent d’arts dit numériques, j’ai référencé plus d’une cinquantaine de sources qui reprennent intégralement, partiellement ou qui ont adapté légèrement le texte de Wikipédia. En notant que certaines de ces sources sont des institutions d’états, des structures ayant des subsides publiques et oeuvrant dans le “réseaux arts numériques” ou même des médias ayant pignon sur rue, je ne pouvais que m’intéresser à cette définition “encyclopédique”.

Donc, nous en étions à la version du 11 août 2007, aucune évolution majeure jusqu’en 2009, si ce n’est de nombreuses tentatives d’autopromotion, certains s’ajoutant simplement à la liste des artistes, d’autres se gratifiant au passage de quelques lignes promo insérées à la va-vite. En juillet 2009 apparaît un nouveau chapitre entier, qui sera retiré dès le lendemain, ne correspondant pas aux critères wikipédiens et étant doublé d’une autopromo manifeste. Il faudra attendre février 2010 pour qu’un court chapitre “Matériel et logiciel” soit enfin ajouté.

La version actuelle date du 24 novembre 2010 et ne comporte que peu de changements par rapport à celle de février.

Face à une littérature dense et riche sur le sujet, l’article apparaît évidemment comme assez pauvre. On peut noter qu’au fil du temps, ses nombreux rédacteurs ont pris le parti d’exemplifier, de décrire plutôt que d’essayer de définir. Si cela donne un certain intérêt à l’article, le manque de structure, de rigueur et de vision globale auraient malgré tout tendance à le faire apparaître comme une simple ébauche. La bibliographie, bien qu’incomplète offre néanmoins une très bonne base de recherche. Il est simplement dommage d’y trouver si peu de référence en français, alors que la locution “art numérique”, son histoire et ses différentes réflexions théoriques ont, il me semble, quelques spécificités liées à la langue et au milieu culturel francophones.

Avant de vous présenter les deux dernières modifications, je tiens à signaler aussi que j’ai transformé l’onglet “… qu’est-ce que l’art numérique ?” présent sur www.art-numeriques.info, et qu’il est devenu un portail à part entière. Comme me l’avaient fait remarquer certains d’entre vous, le nombre de sources devenaient trop important et le temps de chargement de l’onglet devenait très long. Ca rendait la recherche et la consultation pénible. J’ai donc réparti les différents texte par dates de publication. Vous pouvez retrouver tous les textes à l’adresse suivante : www.netvibes.com/qu-est-ce-que-l-art-numerique (ou via une redirection : www.qu-est-ce-que-l-art-numerique.info). J’y ai rajouté une trentaine de nouvelles sources. Je continuerai à faire des articles-focus sur ces dernières, afin de vous présenter celles qui me paraissent les plus intéressantes.

.

« Art numérique » – Wikipédia
encyclopédie collaborative en ligne – évolutions majeures de l’entrée (7ème version)
juillet 2009 – historique de la page « Art numérique »
fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Art_num%C3%A9rique&oldid=42759461

.

Pour apporter un éclairage sur ce que pourrait être l’Art Numérique

Prenons pour base de réflexion les définitions combinées d’Art et de Numerique fournies par le Larousse.

Art : expression idéale et désintéressé du beau, ensemble des activités humaines créatrices qui traduisent cette expression

Numerique : Qui relève du nombre

L’Art Numerique serait donc l’ensemble des activités humaines créatrices qui traduisent l’expression idéale et désintéressé du beau par des techniques liées aux nombres. Une idée finalement très ancienne puisque le rapport qu’entretient l’Art avec les mathématiques et les sciences peut être observé à tous les stades de son évolution. Le nombre ne serait-il pas à l’origine même de la Création?

C’est ce que pensait Pythagore qui voyait dans les nombres les principes de toute chose. Il donna son fondement arithmétique et géométrique à la section d’or. Ces Divines Proportions ordonnant l’harmonie de la nature furent la base géométrique organisant les proportions des plus grands monuments. Elles furent appliquées à la construction des cathédrales européennes jusqu’au Taj Mahâl, comme elle l’avait été à la conception des pyramides d’Egypte.

A la Renaissance alors que ressurgissent les techniques élaborées dans le passé par les sociétés athénienne et romaine, les tableaux, constructions et gravures sont nombreux qui illustrent les avancées de la science, et témoignent de la symbiose entre peinture et mathématiques, ainsi la création de la théorie de la perspective linéaire et la redécouverte des polyèdres dont les solides de Platon. A ces Cinq polyèdres convexes réguliers : le tétraèdre, le cube, l’octaèdre, le dodécaèdre et l’icosaèdre les grecs avaient accordé une signification mystique. A chacun d’entre eux, ils avaient rattachés une grande des entités qui selon eux façonnaient le monde : le feu, l’air, la terre, l’univers et l’eau. La présence et l’interaction de ces éléments, de leurs principes et propriétés en différentes proportions déterminerait l’ordre du monde et de la Création.

Pour créer l’illusion de la beauté naturelle l’artiste ne copie donc pas la Nature, il l’observe et utilise ses systèmes et ses mécanismes de création pour donner corps à son imaginaire. Ces systèmes et mécanismes basés sur des signes et des nombres permettent de matérialiser l’univers occulte contenu dans son esprit en une œuvre accessible au sens de chacun. Lignes de fuites, perspectives et proportions participent à lui donner une signification. Cette démarche peut-être inconsciente guidée par l’inspiration, la section d’or agit sur nos sens et, par eux, sur notre cortex cérébral, c’est pour cette raison que nous sommes inconsciemment enclins à trouver belles les grandeurs de tous ordres qui entrent dans cette relation. ” (La Recherche 278 juillet-août 1995 volume 26). Et quand la démarche de l’artiste s’appuie consciemment sur ces systèmes, son œuvre est souvent imprégnée d’une dimension mystique ou spirituelle. Pour Leonard de Vinci La science de la peinture est tellement divine qu’elle transforme l’esprit du peintre en une espèce d’esprit de Dieu.

Il pense en outre que Toute action naturelle est engendrée par la nature de la plus courte façon que l’on puisse trouver. Alors il est naturel que l’Artiste cherche lui aussi le plus court moyen de son expression. Grâce aux techniques numériques, il ouvre un nouvel espace de création. Un univers parallèle, dans lequel et sur lequel il a une action créatrice en maniant directement les nombres et les formules mathématiques qui le régissent. L’Art numerique est donc tout simplement une évolution naturelle de l’expression artistique qui loin de vouloir éclipser les autres, les servent, les unissent, leur offre de nouveaux moyens, se mêle à elles et les enrichit. Alors qu’un grand intérêt se porte sur les théories quantiques et que la science conçoit la probalité d’un univers à plusieurs dimensions, l’univers du numerique s’ouvre à l’Art. Un espace ouvert sur le monde dit réel et qui interagit avec lui.

.

.

« Art numérique » – Wikipédia
encyclopédie collaborative en ligne – évolutions majeures de l’entrée (8ème version)
février 2010 – historique de la page « Art numérique »..
fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Art_num%C3%A9rique&oldid=50143312

.

Matériel et logiciel

Indépendamment de chaque projet artistique, l’art numérique s’appuie sur l’état de la technique de son temps, il est donc dépendant du matériel (hardware en anglais) et des logiciels (software). Avant les années 1990, époque où cohabitaient de multiples systèmes d’exploitation, la plupart des artistes numériques réalisaient eux-mêmes les logiciels nécessaires à leurs œuvres comme Erkki Kurenniemi, Piotr Kowalski, Jean-Robert Sedano ou David Rokeby. L’arrivée de logiciels dédiés à la création numérique a simplifié la tâche des artistes avec notamment Director en 1986, pour la création de Cd-Rom et Max/MSP en 1990 de Miller Puckett, qui deviendra le célèbre logiciel libre Pure Data en 1995, pour la création sonore. En 2001 apparait Processing, un logiciel libre adapté à la création plastique et graphique interactive.

.

…………………………………………………………………………………
Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info
hurry up :
Résidences de formation en management artistique pour artistes et futurs managers – Les ateliers d’arts contemporains deadline le 15 déc. 2010
…………………………………………………………………………………

Portail "Art + Numérique + Logiciels" et introduction à Processing

 DATABASES, SOFT/HARDWARE  Comments Off on Portail "Art + Numérique + Logiciels" et introduction à Processing
Nov 142010
 

conception graphique générative

portail de veille  : www.netvibes.com/arts-numeriques-logiciels
processing : processing.org
.

Il y a quelques mois, j’avais très envie de présenter la future sortie du livre “La conception graphique générative – Concevoir, Programmer, Visualiser avec Processing” de Hartmut Bohnacker, Benedikt Groß, Julia Laub et Claudius Lazzeroni. Mais évidemment, ça voulait dire qu’il fallait que je m’attaque à Processing ou que j’évite lâchement le sujet. Il faut bien dire que c’est un peu ce que j’ai fait depuis que j’ai commencé ce blog : si j’ai bien présenté quelques soft/hardawre, je me suis bien gardé de mettre les doigts dans ce sujet trop complexe et qui plus est, déjà très bien documenté par des sites de référence.

Ceci étant dit, il me semblait difficile d’éviter plus longtemps de vous proposer une veille sur le sujet.

Vous pourrez retrouver sur ce portail “art + numérique + logiciels” un ensemble d’outils (softwares et langages de programmation), dont je compléterai les onglets au fur et à mesure de mes articles sur les différents sujets. Il va s’en dire que je ne vais pas chercher à être exhaustif, mais bien à simplement rassembler quelques pistes qui permettront une bonne introduction à tel langage ou tel logiciel. Je privilégierai bien entendu les sources francophones, mais il est évidemment difficile de faire l’économie de l’anglais. Un agrégateur qui vous permettra de faire des recherches suivra dès que j’aurais le temps de le mettre en place.

Onglet Processing

J’ai donc commencé par compléter ce premier onglet, et je pense que vous pouvez, dès à présent, y retrouver un nombre considérable de sources et une veille sérieuse qui vous permettra d’en récupérer d’autres. Il me semblait donc ridicule de copier dans cet articles les différents liens, parce que ça aurait fait une nouvelle liste de listes et rajouter encore un intermédiaire, sans réelle valeur ajoutée.

Par contre, j’avais envie de faire un focus sur quelques personnes/projets qu’on ne peut éviter lorsqu’on cherche des informations Web sur la programmation en art :

.
flux rss processing.org
[rssinpage rssfeed=’http://feed.processing.org/rss’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

flux rss codelab processing
[rssinpage rssfeed=’http://codelab.fr/fil-forum-processing’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

Nov 082010
 

A. Vermeulen - Biomodd ATH¹

site web : www.bamart.be
.

Le BAM est donc l’Institut flamand pour l’audiovisuel et les arts médiatiques. Il est le fruit de la fusion de la Fondation pour les arts audiovisuels (Initiative Audiovisual Arts IAK) et de la Fondation pour les arts visuels (Initiative Visual Arts IBK).

La structure informe, documente et stimule la recherche. Elle offre une base de connaissances et d’informations aux personnes et aux organisations du secteur, pour leur permettre de travailler de manière professionnelle. Pour le faire le plus efficacement et plus largement possible, Le BAM développe différentes plateformes web et des bases de données en ligne.

L’institut ouvre aussi divers débats, tels que : le soutien à la création, le positionnement et le réseautage mutuel, l’importance de la mémoire ou les questions sociales, telles que la diversité et l’e-culture. Il se tourne également vers d’autres domaines comme la science, la technologie, l’éducation et l’économie.

Il collabore enfin avec d’autres structures dans le monde, ce qui m’amène au concret.

Je vous invite à faire un tour du côté de l’onglet projects, où vous pourrez y retrouver l’E-Culture-Fair ou la Canvas collectie… La plupart des projets sont hautement flamandophone ou internationalophone (c’est fait pour), mais leurs bases de données de structures, d’artistes et de projets (comprenant Bruxelles) vaut le détour. Aucun effort n’a été fait pour vous permettre de circuler agréablement dans ces bases de données, et on se lasse très vite si on fait de la prospection, mais… ça a le mérite d’exister bien entendu. C’est en tous cas, une des portes d’entrées vers la création en communauté flamande (de Belgique).
.
flux rss BAM residences
[rssinpage rssfeed=’http://www.bamart.be/feed/index/nl/BAM/6′ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up :  Call E-art on AIR – AIR – deadline 30 nov. 2010

…………………………………………………………………………….

Nov 072010
 

veille arts numériques

Voici donc une série d’update pour cette semaine.

  1. www.arts-numeriques.info/veille : création de la veille  qui vous permet de faire des recherches dans tous les flux.
  2. portail netvibes : nettoyage en profondeur des flux
  3. informatique – tech/sciences : nouvel onglet du portail netvibes
  4. qu’est-ce que l’art numérique : rajout de textes
  5. Artistes + Numérique + Belgique : rajout de données et d’artistes dans le portail.
  6. pour les paresseux : insertion de plusieurs veilles partielles dans la colonne de droite du blog (il suffit de descendre un peu).

Ces espaces vous fournissent automatiquement des infos en temps réel sur les différentes sources présentées sur le blog, avec différentes présentations. On est encore loin du portail personnalisable, mais en attendant, il y a déjà moyen de se tenir informé.

.

Nov 012010
 

pascalebarret&avatars

site web provisoire : www.netvibes.com/digital-artists-belgium
.

Si vous faites un tour régulièrement sur ce blog, vous avez dû remarquer le changement de ce week-end. Il me semble que la présentation est maintenant plus clair et la lecture des articles plus agréable.

J’ai donc complété trois fiches sur le portail Artistes+numérique+Belgique (drapeaux vert) :  Pascale Barret (voir article 31 juil. 2010), Lucille Calmel et Naziha Mestaoui (electronic shadow).

Pour un chargement plus rapide, je n’ai laissé que la fenêtre biographie ouverte. Pour ouvrir les fenêtres une à une, il suffit de cliquer sur la petite flèche à côté du nom de la fenêtre (logo).

Comme ce portail risque de rester provisoire pendant quelques mois encore, je mettrai bientôt en ligne une veille qui reprendra en temps réel tous les flux des artistes dont j’aurais complété la fiche, avec possibilité de recherche par artistes et par mots clés. J’essaierai de faire rapidement la même chose avec le portail www.arts-numeriques.info (ce qui vous permettra de faire des recherches dans les appels à projets, les bourses, les résidences, lieux, festivals…).

Je rappelle que pour ces essais, je ne présente que les artistes qui ont un lien avec le numérique et le multimédia, et la communauté française de Belgique et ma liste se complétera au fur et à mesure.

Le projet avance plutôt pas mal et une étape de travail significative sera présentée en automne 2011. D’ici là, il devrait faire le tour de l’enseignement supérieur artistique en communauté française de Belgique (section arts numériques et visuels).
.

flux rss du blog “pascalbarret&avatars”
[rssinpage rssfeed=’http://www.pascalebarret.domainepublic.net/blog/?feed=rss2′ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

flux rss Lucille Calmel – mur facebook  “when i’m good i’m very good but when i’m bad i’m better”
[rssinpage rssfeed=’http://www.facebook.com/feeds/page.php?format=atom10&id=63498238037′ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rssformat=’x – Y’]

Italie : artsmachine.com – DigiCult – Piemonte Share Festival – Festival Ventipertrenta

 FESTIVALS, STRUCTURES  Comments Off on Italie : artsmachine.com – DigiCult – Piemonte Share Festival – Festival Ventipertrenta
Oct 292010
 

Sonia Cillari - As an artist, I need to rest

artsmachine : www.artsmachine.com
DigiCult :  www.digicult.it
Piemonte Share Festival : www.toshare.it
Ventipertrenta : ventipertrenta2.wordpress.com

.

Petite article pour faire un tour du côté de mes liens italiens.

  • Gianluca Mura est architecte et artiste en nouveaux médias et design. Il est également chercheur dans différentes université (Italie, Portugal, Autriche). Vous trouverez peut-être que  son site “artsmachine” n’est pas vraiment livré avec le mode d’emploi et qu’on en comprend pas toujours le quoi où comment. Il n’a surtout  (pour l’instant) pas de flux rss qui nous tiendrait facilement au courant de ses recherches. Je conseille donc un petit tour du côté des onglets Web references, download et en particulier ArtsMachine Media Lab ou Picubino Project , un petit hard/software dont on aimerait voir plus qu’une simple photo montage.

.

  • J’ai déjà cité “DigiCult“, le mag créé et piloté par Marco Mancuso, mais au cas où vous ne l’auriez pas noté, c’est une référence qui se décline en “mag“, “podcast“, et où vous pouvez retrouver les dernières news et appels… A voir également une page “links” claire et bien fournie. A l’instar de “neural.it” ça vous changera de “We Make Money…“, si l’italien ne vous fait pas peur. Le mag possède des articles en anglais.

.

  • le “Piemonte Share Festival” est une manifestation dédiée à “la promotion et à la connaissance de l’art et des cultures numériques, au développement de la créativité qui naît des nouvelles possibilités offertes par les nouveaux médias et à l’innovation technologique en général”. Outre son festival et son prix, vous pouvez aussi retrouver l””Action Sharing Competition” dont la deadline est le 30 novembre 2010. Sur son blog, vous pourrez avoir accès aux news de tous ses projets, allez voir, ça vaut le détour.

.

Il y a trois ans, j’ai habité en Italie pendant une dizaine de mois. A Bologne, lorsqu’un festival ne faisait pas payer des droits d’inscriptions pour les artistes qui voulaient répondre à son appel, c’était écrit tout en grand sur le formulaire et en lettres capitales s’il vous plaît. Quant à une quelconque rétribution pour le travail des artistes, vous pensez bien qu’on en parlait même pas, il y avait tout au plus un “premier prix” de quelques centaines d’euros. C’était la crise d’avant la crise et “si on attendait d’avoir de l’argent pour faire quelque chose, on ne ferait rien“.

Je suis assez d’accord avec cette façon de voir les choses, sauf quand elle devient la règle et que les organisateurs comptent dessus comme un prérequis. Je dois bien avouer que sur les derniers appels à projets que j’ai reçu d’organisations belges et françaises ces six derniers mois (toutes “catégories” d’art confondues), un grand nombre n’avaient pas de chapitre “budget” dans leur appel ou règlement. Et le pire, c’est que parfois, si on avait le malheur de soulever la question, on risquait de se faire passer pour… Les temps étant durs pour tout le monde, ça n’est pas une question de mauvaise volonté bien évidemment, mais la situation a tendance à engendrer de mauvaises habitudes, d’un côté comme de l’autre. J’y reviendrai.

A ce propos donc, le festival “Ventipertrenta” vous demandera “20 ou 28 euros” (sic) de frais de participation. Son premier et second prix sont de 300 euros, son prix du public, de 50. Pas de section budget dans son application form (deadline fin nov. 2010), ce qui peut paraître normal, puisque le festival (international d’arts numériques) est une exposition de “print” petits formats (20 par 30, d’où le nom). Voilà…. J’espère qu’à ces conditions, ils offrent malgré tout l’objet aux artistes qui ont participé. Je le dis sans cynisme et souhaite vraiment que les prochaines éditions se verront dotées d’un budget, qui fera qu’on ne doive plus se poser ce genre de bêtes questions.

.

flux rss général de DigiCult
[rssinpage rssfeed=’http://www.digicult.it/rss2.asp’ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

flux rss de Piemonte Share
[rssinpage rssfeed=’http://www.toshare.it/?feed=rss2′ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

Oct 282010
 
labforculture.org

site web : www.labforculture.org
.

Un site web, 50 pays, 6 langues“… on peut rajouter, plus de 5000 membres et 500 blogs (avec possibilités de mettre un flux rss), dont le plus actif aujourd’hui est “Projects, Calls for Proposals and Funding“, ce qui n’est déjà pas mal.

Pour le reste, que peut-on trouver sur ce portail commandé par la “Fondation européenne de la culture” :

  • annuaire ou le tour du monde en 1580 résultats, c’est finalement assez peu puisque le site est généraliste. Les système de filtrage fonctionne bien et il faudra passer par “arts électroniques” ou “nouveaux médias et arts numériques” ou… pas moyen de mixer, pas moyen non plus de suivre une liste de résultats. Il vous restera donc quelques 200 structures, un peu plus si vous passez par “arts multidisciplinaires”. Difficile de savoir, il faut malgré tout sortir la pince à épiler. Dommage. Les résultats sont sous format “fiches” claires et précises. Une note particulière pour le taggage qui est, comme je l’ai dit, fourni. Vous pouvez bien entendu bookmarker les fiches qui vous semblent intéressantes.
  • financement : quelques 300 résultats pour “les agences et les programmes“, “les fondations“, “le financements alternatif“, “la philanthropie“, des “astuces“…
  • Nouvelles culturelles : magazines, infos, newsletters, calendriers d’événements, mailings…
  • Projets : ou comment faire naître une communauté et surtout la conserver. Vous avez réalisé un projet, soumettez-le sous forme de récit pour que la communauté en profite. Hors communauté, c’est d’un intérêt moyen. Par contre les “10 études de cas” détaillées, sont quant à elles parfois très intéressantes.
  • Ressources pour la recherche : no comment, je vous laisse avec 773 bases de données, outils de recherche, publications, enseignement…
  • page des flux rss

A voir aussi

Dans la série des portails, voilà donc un exemple de poids. Mais c’est surtout le fait que ça soit un outil supranational, supra réseaux, qui est là pour ce fameux réseau “de facto” dont je parle tant. Ainsi, on peut y retrouver le “RAN” , le “FILE” , “digitalarti” , “Le Cube” , “la Société des Arts Technologiques” , les “dorkbot” , le “festival Elektra” , la “Kitchen Budapest” , “The Upgrade” , le festival “ars electronica” … etc. etc. Les acteurs des principaux réseaux ici réunits et qui fait qu’on a pas besoin de courir partout.

heu… en fait, non. Enfin oui, le festival “ars electronica” oui. Les autres : non.

Quelles que soient les raisons de leurs absences -et elles peuvent être multiples et surtout “bonnes “(les raisons sont toujours bonnes, n’est-ce pas ?), il me semble que la plus simple et la plus pragmatique : c’est qu’on ne les y ait pas mis. Pas encore en tous cas. Ou alors, c’est peut-être à cause de cette mode du “participatif”, qui fait, qu’en plus de publier sur notre site, on doive publier sur notre blog, sur notre facebook, notre myspace, twitter, et tous les portails qui seraient tellement vides sans. J’y reviendrai, car ça n’est pas anodin.

Pour finir, je vais vous montrer par quel article (et outil)  j’ai découvert “LabforCulture” et qui m’a donner l’envie d’y revenir. C’est un bel exemple et il y en a vraiment beaucoup d’autres : “Les blogs culturels en Europe” (j’en reparlerai de toute façon lors de la présentation des blogs sur lesquels je ne me suis pas encore penchés). Vous pourrez retrouver ses différents flux sur le portail.

.

flux rss général de LabforCulture
[rssinpage rssfeed=’http://www.labforculture.org/en/rss/feed/recent’ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

Les conditions de la question : qu’est-ce que l’art numérique ? – Anthologie des textes online

 INFOS  Comments Off on Les conditions de la question : qu’est-ce que l’art numérique ? – Anthologie des textes online
Oct 232010
 

focus artistes belgique - collectif anteloop

Le blog se met en mode “stand by” afin de me permettre de travailler sur la conception du futur portail www.arts-numeriques.info. J’en profiterai pour
mettre à jour quelques onglets de mon bac à sable NetVibes : moteurs de recherches, “…qu’est-ce que l’art numérique”, appels, et artistes…

.

J’ai complété l’onglet “… qu’est-ce que l’art numérique ?“. Voilà donc une bonne introduction il me semble, si vous cherchez des descriptions et des points de vue sur l’art, le numérique, le Web, les technologies, les sciences… Plus de 130 textes vous feront passer des années 80 aux années 2010.

Ca n’est qu’un début bien entendu et je continuerai à mettre un coup de projecteur sur certains d’entre eux sur ce blog, tout en commençant une recherche active sur le sujet afin de trouver d’autres textes. Je complèterai d’ailleurs l’onglet “Recherches Bibliographiques” avec une veille sur les documents (qui comprendra certains moteurs de recherche qui permettent d’explorer le Web profond ou tout simplement des bases de données inaccessibles aux moteurs de recherche externes).

Le futur portail devrait vous permettre de faire des recherche dans tous ces documents.

.

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : Call : soundart for SoundGate 2010 – Web – deadline 14 nov. 2010

…………………………………………………………………………….

.