Dec 092010
 

Le blog se met en mode “stand by prolongé”. Trop de travail pour fournir des articles fournis… Ca me permettra néanmoins d’introduire différents réseaux “arts numériques” et d’autres moins spécialisés. Cela me donnera la possibilité de vous présenter un des derniers portails provisoires qui sera consacré à à une veille sur ces dits-réseaux.

Gaîté-Lyrique-Yves-Geleyn

.

Pour ce petit focus, je commencerai par vous conseiller le survol d’un petit dossier concocté par fluctuat.net : ArchiCulture. S’il date un peu, il est justement intéressant de voir, par exemple, l’évolution de trois gros chantiers qui m’intéressent depuis un certain temps et qui n’étaient pas des plus simples.

Si la Maison des Métallos semble avoir maintenant trouvé ses marques sous la direction du programme de Philippe Mourrat, les travaux de l’Ile Seguin commenceront eux seulement en 2012, pour un “vernissage” aux alentours de 2017. Beaucoup d’eau(x) risque(nt) donc encore de couler sous ses ponts, mais il y a aujourd’hui un projet en cours bien établit et qui prévoit en son sein un “pôle d’art numérique“, d’où mon intérêt. Le troisième projet possède une actualité brûlante, puisqu’il s’agit de la “Gaîté Lyrique” qui ouvrira ses portes dans quelques mois. Ce “lieu maudit” depuis les années 60 va donc enfin renaître, avec un projet qui nous invite à explorer notre époque à l’ère de la création numérique. Son directeur, Jérôme Delormas, s’est déjà exprimé plusieurs fois à ce sujet (voir articles poptronics, idn…) et il a présenté ce soir la saison 2011, dans le cadre d’un MCDate (à la Maison de Métallos justement). Si vous n’y étiez pas physiquement/streaminguement (ou pour plus d’infos sur le lieu en attendant que le site officielle prenne entièrement le relais), je vous conseille : l’article La Gaité Lyrique, c’est pour bientôt ! ; la vidéo du vlog de Michel Reilhac ; le blog de la commission Gaîté.

J’avais aussi envie de vous reparler de la section “cultures numériques – art” du média online OWNI-Digital Journalism, via l’article : Jonathan Harris, poète des data. Sa TED conférence (2007) était un très bon souvenir et l’article reprend pas mal d’autres sources. C’est évidemment son travail sur la visualisation des données qui m’intéresse tout particulièrement. En parlant de ça et tant que je suis sur OWNI, un petit détour par un article de Jean-Noël Lafargue : WikiLeaks Reloaded: Les suites de la fuite. Je sais que quelques artistes travaillent en ce moment sur les données de WikiLeaks, mais je n’ai pas encore vu un projet terminé. Ca ne saurait tarder je suppose et je vous en tiendrais bien évidemment informé.

Et pour finir :

.

Magazines et revues online (part1) : Turbulences Vidéo – Magazine du CIAC – HorizonZéro

 BONUS  Comments Off on Magazines et revues online (part1) : Turbulences Vidéo – Magazine du CIAC – HorizonZéro
Nov 272010
 

Turbulences Vidéo : www.videoformes-fest.com/publication__turbulences_video.php
Magazine du CIAC : www.ciac.ca/magazine-electronique-du-ciac-fr
HorizonZéro : www.horizonzero.ca
.

Je voulais aujourd’hui continuer de vous présenter les sources (francophones dans un premier temps) que j’utilise régulièrement et qui se présentent comme magazines ou revues électroniques. Je ne ferai que citer ici les structures productrices, elles feront l’objet d’articles ultérieurs. Pour rappel, vous pouvez retrouver des articles similaires via les tags magazines, ou (plus largement) documentation.

Je commencerai par le trimestriel Turbulences Vidéo pour lequel j’ai déjà été rédacteur. Produit par Vidéoformes depuis 1993, le magazine papier a été remplacé depuis le n°57 par une édition online. Cette formule permet à la publication de couvrir amplement des sujets liés aux cultures numériques et à la vidéo via des articles de fond, des chroniques, des portraits d’artistes… Les contributions sont pour l’instant bénévoles (en tous cas depuis la version Web), mais la volonté de trouver un modèle économique permettant une rétribution des auteurs est présente. Il est évident que fonctionner sur base de bénévolat a des avantages évidents en termes budgétaires. Cela permet à Turbulences, entre autres, de pouvoir proposer des articles conséquents, d’aborder des sujets très variés et d’offrir au final un mag qui peut aller jusqu’à une septantaine de pages, voir plus. Encore faut-il pouvoir compter régulièrement sur un contenu de qualité. Si la rétribution peut pallier au problème, j’espère malgré tout que la publication gardera toujours une place pour cette contribution bénévole, qui en fait actuellement, me semble-t-il, sa grande richesse. L’appel à contribution pour le numéro 70 est toujours ouvert : Hurry up – deadline le 13 décembre 2010.

Le magazine du CIAC est assez incontournable dans toute Webothèque qui se respecte. Présent depuis 1997, il est édité par le Centre International d’Art Contemporains de Montréal (NB : petit problème parfois sous firefox pour passer la page d’acceuil). N’étant pas exclusivement centré sur les arts dits numériques, une recherche peut être la bienvenue. Pour trouver plus facilement votre bonheur, je vous conseille de doubler votre recherche interne par un moteur de recherche externe qui sera plus efficace sur certains points (site:http://www.ciac.ca/magazine + mots clés).

On reste au Canada pour un mag qui trouverait sa place dans ma série cimetière de projets, puisque sa publication a été arrêtée en 2004. Ceci étant dit, un numéro spécial est apparu début de cette année 2010 (ce qui laisse présager d’autres spéciales occasions) et on sent bien le choix de ne pas présenter le site comme une archive. Quoi qu’il en soit, entre 2002 et 2004, l’équipe de HorizonZéro a de présenté du contenu sur des artistes canadiens oeuvrant dans le vaste domaine des nouveaux médias. Bien qu’une version texte soit toujours présente, une version flash vous donne accès à la recherche qu’a menée la rédaction, afin d’offrir pour chaque numéro un objet électronique unique. Aujourd’hui, les différentes réalisations peuvent prêter à sourire, mais n’oublions pas que nous sommes début des années 2000. S’il est vrai qu’HorizonZéro propose un environnement visuel/sonore/interactif qu’on pourrait qualifier de gadget (empruntant allégrement aux jeux électroniques et aux DVD interactifs), que s’il est censé être en relation avec le contenu, ça n’est bien souvent qu’anecdotique et qu’il n’apporte non seulement pas de véritable valeur ajoutée au texte, mais entrave même souvent une lecture agréable… il n’empêche qu’il y a malgré tout une volonté de présenter quelque chose de différent, d’essayer de faire vivre un parcours au lecteur, de lui proposer d’autres chemins de lecture. Le problème étant que le contenu principal, la matière première, celle qui nous intéresse finalement, résiste. Et nous résistons avec elle. Je reviendrais sur cette question, que j’ai déjà abordée d’ailleurs, dans mon prochain article sur les magazines online.

.

Demoscene

 BONUS  Comments Off on Demoscene
Aug 082010
 

Assembly demoparty

Je ne suis pas un fin connaisseur et le sujet est très très vaste, je ne vais donc que l’effleurer, mais il me semblait intéressant de mettre ici au moins quelques portes d’entrées vers une pratique qui parle de programmation et de temps réel.

Je vous propose de découvrir la demoscene à travers une excellente vidéo  : “L’évolution de la musique dans la demoscene depuis les années 80 ” (partie 1 ; partie 2 ; partie 3).

Pour continuer, des extraits du “Demoscene Documentary” (extrait 1 ; extrait 2 ; extrait 3) et 2 extraits du projet “demodvd” de Trixter/Hornet du site oldskool.org (extrait 1 ; extrait 2)

Je terminerais ce petit bonus par quelques infos, groupes et diverses manifestations de la demoscene (les demoparties) qui comportent presque toujours des éléments festifs et un concours où les prix peuvent se compter en milliers d’euros.

Introduction à la demoscene” par Jérôme GUINOT aka ‘JeGX’ ; le site www.demoscene.info comme son nom l’indique ; un article de l’association ADAN (dont je vous reparlerais) : “Qu’est ce qu’une demoparty (Coding Party)” ; Popsyteam, un groupe de demomakers français organisateur de la VIP et de la “Demo In Paris” ; DTV : demoscene.tv et www.assemblytv.net ; www.pouet.net : un databases de ressources ; et une liste des demoparties sur www.demoparty.net.

.

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

nouvel onglet : Hurry up : UNSOUND festival New York – deadline 15 août – submission instructions via ((audience))

…………………………………………………………………………….

Radical Software – EAI – VDB – DOCAM – Web

 DATABASES, STRUCTURES  Comments Off on Radical Software – EAI – VDB – DOCAM – Web
Aug 072010
 

www.radicalsoftware.org

site web : www.radicalsoftware.org

.

Si “Radical Software” ne vous dit rien, alors je suis très heureux de vous présenter ce premier petit bonus du week-end. Pour les autres, passez donc votre chemin, car vous devez déjà tout savoir sur cette revue unique, qui était et reste le seul périodique consacré à la vidéo au début des années 1970.

Davidson Gigliotti et Ira Schneider, soutenus par la fondation Daniel Langlois à Montréal nous offrent un site où l’on peut consulter et télécharger l’ensemble des numéros de la revue. Vous pouvez aussi y retrouver un historique des fondateur de la revue, le groupe Raindance (dont les noms de quelques membres comme Frank Gillette, Beryl Korot ou le pré-cité Ira Schneider vous sont sans doute familiers). C’est un très beau voyage dans le temps évidemment, mais, en nous rappelant que la vidéo peut être  un outil et un moyen de contrepouvoir face aux réseaux d’informations et de communication officiels, le sujet reste éminemment actuel.

A noter que Davidson Gigliotti faisait partie d’un autre groupe pionnier de cet art : “Videofreex” et qu’un autre de ses projets, “The Early Video Project“, est une mine d’informations sur les premières heures de la vidéo.
.

Comme j’aime à le faire, vous aurez pu remarquer (si vous avez cliqué ici ou là) que je vous propose au moins deux autres bonus (outre la fondation Langlois sur laquelle je reviendrai plus amplement) : Electronic Arts Intermix (EAI) et Video Data Bank (VDB).

Je ne m’étendrais pas trop sur ces “très connues” structures (respectivement créé en 1971 et 1976), mais quand on parle de vidéo, il est impossible de ne pas les citer. Si les deux “distributeurs” sont étiquetés Vidéo avec un grand V, leurs optiques sont suffisamment différentes que pour être complémentaires, et quoi qu’il en soit, si vous cherchez quelque chose du côté de la non pellicule, c’est deux très bons débuts.

Mon coeur penchant plutôt du côté de EAI (ici la page submissions), je vous proposerais donc une interview de sa directrice, Lori Zippay, pour le lancement de leur projet “Online Resource Guide for Exhibiting & Collecting Media Art“. Ca me permet également de citer le dernier bonus du jour : le DOCAM (Documentation et Concervation du Patrimoine de Arts Médiatiques).  Vous pourrez donc y retrouver un ensemble d’écrits théoriques et juridiques sur la problématique de la conservation des oeuvres étiquetées “nouveaux médias”.

La plateforme d'inscription aux festivals et organismes français

 CALLS  Comments Off on La plateforme d'inscription aux festivals et organismes français
Jul 082010
 

Plateforme d’inscription : www.le-court.com/films_platform
le-court.com : www.le-court.com

L’agence du court métrage : www.agencecm.com

.

J’ai croisé la semaine dernière, quelqu’un qui voulait mon avis sur un projet de “nouvelleplateformepourlesartsnumériques”. Il s’agissait de mettre les artistes en valeur, faire le lien… Je lui ai dit qu’en faisant le lien, on se met souvent “entre” et puis la conversation à dévié sur la “plateforme d’inscription”. Le projet, basé sur des oeuvres facilement descriptibles et ne nécessitant pas de fiche technique (court-métrage et vidéo), n’est pas facilement transposable à des création, parfois techniquement très lourdes, pluridisciplinaire et que l’on a souvent du mal à définir. Si l’idée est très séduisante, elle pose très vite de sérieux problèmes une fois qu’on entre dans le concret. Ca n’en reste pas moins enthousiasmant en fin d’après-midi et ça fait briller les yeux, c’est déjà ça.

Le principe de la “platerforme d’inscription…” est simple : à la place de passer son temps à chercher des deadlines et à envoyer sa vidéo/court-métrage un peu partout, on l’inscrit une fois pour toute et après on regarde le catalogue et on choisi. C’est un peu le monde à l’envers. En fait, c’est peut-être même le monde à l’endroit, et du coup, on respire.

L’idée est simple et efficace. Elle est né du papier-document. De grosses structures (Carrefour des Festivals, le Syndicat des Producteurs Indépendants (S.P.I.), la Société des Réalisateurs de Films (S.R.F.) et l’Agence du Court Métrage) se sont mises autour d’une table et on entamé le dialogue. “Il s’agissait alors d’établir une nomenclature commune des données film et d’aboutir ainsi à un formulaire utilisable par tous les festivals” (voir l’article) : des petites fiches qui se sont numérisées et mises online au fil du temps. J’aborderai les limites des bases de données de documents un autre jour, parce qu’en deçà, il y a matière pour aujourd’hui.

Continue reading »

Edimedia, Cinergie, Mediabase – Artema – La Bellone

 DATABASES  Comments Off on Edimedia, Cinergie, Mediabase – Artema – La Bellone
Jul 052010
 

La Bellone

Edimedia : http://www.edimedia.be –> mediabase : http: www.mediabase.be
La maisons du spectacle La Bellone : www.bellone.be
.

Restons en Communauté française de Belgique en ce début de semaine. Difficile de ne pas commencer par les plus gros services de bases de données liées aux arts que l’on peut retrouver dans cette moitié du pays. Nous dirons donc que comme ça, ça sera fait et on pourra passer à autre chose. Elles ne sont pas directement liées aux arts numériques, mais on peut y trouver des ressources intéressantes.
.

EDIMEDIA : “Communication & multimedia au service des organismes publics“. Association sans but lucratif qui a développé plusieurs projets de bases de données et qui offre aux entreprises et aux particuliers toutes une série d’outils et de services pour la réalisation de leurs sites web… à des prix défiant toute concurrence. Sur son site vous aurez accès à toutes leurs services :

  • cineacteurs.be : base de données d’acteurs,
  • Cinékiosque : qui reprend la production audiovisuelle soutenue par le Ministère de la Communauté française de Belgique,
  • Cinergie.be : “La revue et l’annuaire du cinéma et de l’audiovisuel en communauté française de Belgique“, un mag donc, mais qui propose aussi une base de données de comédiens, de professionnels du cinéma, de festivals, de structures subsidiantes, de maisons de production, un service de petites annonces spécialisées, des entrevues filmées, des films en ligne etc. La production vidéo n’a pas l’air d’y avoir sa place, mais il n’en faudrait pas beaucoup, il me semble, pour franchir le pas,
  • Mediabase : la différence avec la précédente ? la base de donnée est au centre du site et elle est un peu plus étendue, elle possède quelques 2500 liens. Du lien donc, rien que du lien.
    .

La Bellone : sous-titrée : Maison du spectacle. “Elle est vouée aux arts de la scène (théâtre, danse, opéra, cirque, performance…” : les trois petits points sont importants, ils sont signes d’ouverture. Le lieu accueille les artistes et les projets en résidence, coproduit, informe, “workshope”, publie, met à disposition des bibliothèques et vidéothèque, trois petit point. Plusieurs bases de données sont présentent sur le site. Celle qui m’intéresse le plus se retrouve sous les onglets “service > fichier d’adresses“. “Mediabase” était centré sur l’audiovisuel, ici on centre sur les arts du spectacles bien entendu.
.

Artema : “Un répertoire de sites entièrement dédié à la création et à la créativité en Belgique Francophone. Il répertorie actuellement plus de 2000 sites d’artistes, d’associations ou de sociétés à vocation culturelle et artistique, de festivals, de lieux de stages et de rencontres en Wallonie et à Bruxelles“. Vous n’en saurez pas plus du projet, ni de ses créateurs. La “création et la créativité” ne comprennent évidemment pas les “arts numériques”, mais il y a des choses peut-être des choses à glaner, ici et là. Disons que cela s’adresse plutôt au tout public.

Continue reading »