Dec 122010
 

Emotiv EPOC

site web : www.emotiv.com
.

En juin 2010, j’ai reçu une subvention de conception de la CWFB pour une performance/installation interactive utilisant un casque neuronal Emotiv EPOC. Cela faisait 5 ans que je suivais le projet de cet hardware, j’avais fait quelques tests rapides à plusieurs reprises, mais je n’avais encore jamais eu l’occasion de le tester réellement. J’ai reçu le casque il y a quelques mois, mais je dois bien avouer que je n’ai pas encore eu le temps de commencer le travail sur la performance. J’ai cependant pris contact avec Axel Cleeremans du Consciousness, Cognition & Computation Group de l’Université Libre de Bruxelles et ai débuté une série de tests avec le NumediArt Insti­tute for New Media Art Tech­nol­ogy de l’Université de Mons. Outre ces premiers tests sur l’hard/software, nous travaillons actuellement sur l’élaboration d’algorithmes qui me permettraient d’utiliser certains “états émotionnels” pour piloter mon installation.

La société Emotiv nous présente son hardware comme un “système haute fidélité d’acquisition encéphalographique“, doublé de softwares riches en algorithmes qui seraient capables de “déplier le cortex afin de cartographier précisément les signaux électriques émis par notre cerveaux“. Cerise sur le gâteau, vous n’aurez pas besoin d’installer plusieurs dizaine de capteurs filaires, pas besoins de vous tondre les cheveux ou d’appliquer un gel conducteur : le casque est de style “plug and play”, sans fil, doté de 16 électrodes, d’un gyroscope, il est très léger et facile à installer… et cerise sur la cerise, à la place de débourser quelques milliers d’euros, il ne vous en coûtera que 299 dollars (hors software/frais de port). Pour une présentation complète, je vous conseille de regarder la conférence TED où vous pourrez retrouver la ligne de communication habituelle de la société. Si vous regardez cette autre vidéo (sur l’emotivsystems youtube), vous verrez qu’on y parle de trois types de “détections” : expressive, émotive, cognitives. La première s’attache aux différentes expressions faciales, la deuxième serait capable de détecter nos “émotions” et de pouvoir ainsi régler automatiquement les couleurs d’un jeu vidéo, ou le volume sonore d’une bande son par exemple, la troisième devrait pouvoir nous permettre de déplacer un objet virtuel rien qu’en y pensant.

Même avec une bonne recherche Web, on se rend très vite compte qu’il y a assez peu de matière sur le sujet et que cela se résume souvent à des articles de type publicitaire, finalement assez flous. Contrairement à ce que semble dire le titre de l’article de studio.medias-cite.org : Les artistes s’emparent de l’Emotiv Epoc, je n’ai pour ma part que très peu d’exemple de projets utilisant des casques neuronaux, encore moins l’EPOC en particulier (voir ci-dessous). Qu’en est-il donc vraiment des possibilités que nous offre Emotiv ? Je ne vais pas me lancer dans une analyse en profondeur, mais comme d’habitude, je vais essayer de donner quelques bonnes pistes pour appréhender le sujet. Commençons donc par le début.

Acquisition du matériel

Inscrivez-vous sur le site. Si le site vous indique une rupture de stock, envoyer un mail pour demander confirmation, il arrive souvent que ça ne soit, en fait, pas le cas.

La société ayant des “virtual assistants”, je vous déconseille vivement le “chat” mis en place, si vous aurez très vite quelqu’un à l’autre bout, vous risquer de devoir lui expliquer en long et en large qui il est, et ce qu’il est censé faire. Les échanges mail peuvent parfois aussi friser l’absurde : j’ai personnellement passé plus d’un mois d’une correspondance riche et intense afin de simplement essayer d’effectuer le paiement via paypal.

Unstable Empathy - Mattia Casalegno

A savoir donc : comme indiqué, vous pouvez passer par paypal (et je vous le conseille fortement). Comme ils n’ont pas (encore) mis en place une procédure automatisée, demandez leurs de vous envoyer le formulaire adéquat et payez ensuite directement via votre compte paypal. Je vous recommande d’ouvrir un compte au même nom (même adresse mail) que le nom de votre compte paypal, sinon ça risque de vous poser des problèmes supplémentaires.

Pour ce qui est des logiciels, il est évident que le kit développeur est celui qui vous permettra d’utiliser toutes les possibilités qu’Emotiv proposent. Cependant “je me suis laissé dire” par mon ami google realtime que de jolis hack existaient, et que, si ce sont les données transmises par les capteurs qui vous intéressent, il y a bien entendu moyen de se débrouiller sans ce kit (qui vous coutera tout de même près de 500 dollars supplémentaires). Les logiciels seront a télécharger via votre compte. Les clés vous seront transmises par message personnel peu après confirmation de votre achat.

Après cette première étape, c’est l’attente… elle peut durer de 1 à 2 mois : ne pas paniquer, ne pas lire le forum Emotiv pour ne pas paniquer etc… Votre matériel devrait arriver sans problème (directement d’un pays lointain où rien que l’idée du concept des charges sociales sont passibles d’emprisonnement à vie).

Je suis plutôt habitué à acheté sur Internet, mais vous l’aurez compris, la procédure en ce qui me concerne était plutôt pénible (et apparemment je ne suis pas le seul, c’est pourquoi je souligne). Ceci dit, à part quelques incompréhensions frisant le surréalisme et un shipping assez long, plus de peur que de mal.

Introduction à l’émotiv EPOC : le casque

Installation des logiciels (Windows only). Charge du casque via usb. Installation des capteurs sur le casque. Humidification des tampons des capteurs avec une solution type “lentille de contact”. Connexion du casque via un récepteur clé usb. Pose du casque… quelques ajustements font passer tous les capteurs repris sur l’écran, du rouge au vert. Cela fonctionne. On ne sait pas encore très bien ce qui fonctionne, mais des données arrivent bien au logiciel.

Le casque en lui même est bien pensé et bien fini. Il est léger, pas trop désagréable à porter, discret, l’installation est très très simple.

Quelques remarques après usage :

  • le port du casque est assez désagréable passé la demi-heure
  • il faut réhumidifier les capteurs au bout de 45 minutes
  • la solution humidifiante a tendance à solidifier les tapons des capteurs et à ronger finalement ces derniers. Après quelques temps, il vous faudra les remplacer. Des boites de capteurs de rechanges sont prévues (79,95 dollars).
  • La connexion sans fil se coupe parfois (je dois faire des tests supplémentaires et également voir le type de connexion utilisée, j’en reparlerai).
  • Si le placement du casque est très simple (c’est à dire que le logiciel fait très vite passer les différents capteurs au vert, j’ai remarqué que les zones de réception sont assez grandes et qu’il peut y avoir à l’intérieur de ces fourchettes assez larges, une zone “idéale” à trouver. Il vous faudra ensuite toujours essayer de retrouver ce même positionnement, ce qui n’est finalement pas très évident, mais indispensable si l’on veut une plus grande précision.
  • Il est évident que même si l’on ne doit pas raser les endroits de contacts, une tête chauve vous donnera une plus grande facilité d’utilisation et de bien meilleurs résultats.

Pour plus d’informations sur la prise en main, je vous conseille l’Emotiv Beta EPOC Hardware Setup et le manuel Emotiv Software Development Kit

Dans mon prochain article sur le sujet, j’approfondirai l’hardware avec quelques remarques plus techniques et je me pencherai surtout sur ces fameux trois niveaux de détection vantés par Emotiv : expressions, émotions, cognition. Si vous en doutiez, je peux déjà vous dire que, s’il n’y a pas vraiment “tromperie” sur la marchandise, il y a peut-être plusieurs malentendus sur les capacités réelles des différentes technologies Emotiv. Malentendus soigneusement entretenus par une communication habile, est-il besoin de le signaler. Cela rejoindra les questions soulevées par un des points que j’avais abordé le 09 nov. 2010 (via l’article Quand nos gadgets connaîtront nos émotions).

Wave UFO - Mariko Mori

Autres casques neuronaux de type “plug and play”

Quelques oeuvres artistiques utilisant des casques neuronaux
A noter que le terme BCI Art (Brain Computer Interface Art) est parfois utilisé.

.

Mutek Network (part 1) – ECAS : Mettre en réseau l'art de demain pour construire le futur – I.C.A.S. : International Cities of Advanced Sound

 FESTIVALS, STRUCTURES  Comments Off on Mutek Network (part 1) – ECAS : Mettre en réseau l'art de demain pour construire le futur – I.C.A.S. : International Cities of Advanced Sound
Dec 032010
 

icasnetwork.org

E.C.A.S. : ecas.in
I.C.A.S. : icasnetwork.org

Mutek : www.mutek.org

.

Vous avez sans doute remarqué que le blog tourne au ralenti depuis quelques semaine. Ca n’est pas prêt de s’arranger puisque le travail sur le portail, plus mes différents autres projets ne me laissent que très peu pour alimenter le flux. J’essaierai malgré tout, pour les semaines qui viennent, de poursuivre la série d’introductions aux différents réseaux “arts numériques”. Des articles courts, qui à défaut de donner dans le détail, me permettront de mettre place un des derniers portails bac à sable que j’aimerais vous proposer, celui des réseaux. Il me sera également plus facile, par la suite, de faire des articles plus fouillés sur les différents membres des réseaux abordés.

Je vous propose aujourd’hui d’attaquer Mutek. Et comme d’habitude, il me semblait intéressant de commencer loin, pour se rapprocher petit à petit.

E.C.A.S. – Networking Tomorrow’s Art For An Unknown Future/Mettre en réseau l’art de demain pour construire le futur, acronyme de “Europeen Cities of Advanced Sound”, est la branche européenne du réseau I.C.A.S. – International Cities of Advanced Sound. Il sont tous deux étroitement liés au réseau Mutek.

Le site d’ECAS étant encore under construction, les infos sont pour le moment principalement accueillies sur le site de la structure futureverything. En octobre dernier s’est clôturé l’appel à participation pour leur premier projet commun : Festival as Lab. Ce dernier est soutenu par le programme européen Culture 2007-2013 (dont je vous ai d’ailleurs touché un mot hier).

Pour défricher, je vous conseille de commencer par l’à propos du réseau ICAS ; passer ensuite rapidement sur l’historique de Mutek ; vous attarder sur l’article perpectives d’avenir, qui, s’il ne fait que survoler une dizaine d’années de travail et de collaborations, vous donnera malgré tout des premiers éléments de réponses quant à qui à fait quoi où et comment ; et enfin, de finir par l’onglet collaboration de Mutek.

Les membres des réseaux ECAS/ICAS soutiennent donc “la création musicale et sonore la plus pure”, mais aussi “les multiples expressions qui naissent de leur rencontre avec d’autres champs de pratique culturelle”. C’est évidemment ce dernier aspect que j’explorerai dans mes futurs articles.

E.C.A.S. – I.C.A.S. – MUTEK membres (nov. 2010)

.
flux rss ICAS network
[rssinpage rssfeed=’http://icasnetwork.org/feed/’ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]
flux rss MUTEK
[rssinpage rssfeed=’http://feeds2.feedburner.com/mutek’ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

Oct 192010
 

CultureBox - france télévision

Je vous ai déjà présenté quelques webTV, je continue donc aujourd’hui avec quelques initiatives, plus ou moins réussies. Les plus intéressantes trouveront bientôt leur place dans un futur onglet du portail www.arts-numeriques.info.

  • CultureBox, le premier guide culturel en vidéo” : Proposé par France Télévision. Pas de catégorie “art numérique”, mais une recherche sur les différents thèmes vous donneront accès à une série de reportages tout à fait intéressants.
  • Dance Tech” – Interdisciplinary explorations on the performance of motion :  j’en avais déjà touché un mot, la webtv de Marlon Barrios Solano est une référence incontestable. C’est un peu le souk, et c’est doublé d’un portail et d’une communauté de plus de 3000 membres, ce qui n’arrange pas vraiment la clarté, mais on s’y habitue vite. Il va s’en dire que “le milieu” de la danse s’étant depuis longtemps emparée des “nouvelles technologies”, on y trouve son compte sans même devoir faire une recherche spécifique.
  • tribeca75 tv” : “concentré d’actu culturelle à Paris“, la chaîne fait plutôt dans le “people fashion”, mais comme l’art numérique à tendance à faire très chic ces derniers temps, vous pourrez malgré tout y retrouver quelques vidéos et je pense que leurs nombres augmentera dans les années qui viennent.
  • F.L.A. tv – Faites Le Autrement association” : un ovni belgo-montois que j’aime bien. C’est à parution très aléatoire et même “timide”.
    A noter que l’association qui se veut une “analyse critique des médias et des technologies actuelles” ne fait pas que dans la télé et les ateliers vidéo, puisque la seconde édition du festival du court «art vidéo» qui aura lieu en mars 2011 à la Maison Folie à MONS (voir appel à participation). Elle dispose également de matériel de tournage, de montage et d’un studio. Son ambition étant de “former et ensuite de créer un réseau d’artistes désireux d utiliser la vidéo dans leur démarche quelle que soit leur activité; danse, théâtre, arts plastiques ou video pure…“. A bon entendeur.

.
flux rss DanceTech
[rssinpage rssfeed=’http://www.dance-tech.net/profiles/blog/feed?xn_auth=no’ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : Call for papers at Technarte 2011 – Spain – deadline le 01 nov. 2010

…………………………………………………………………………….

Revue de veille www.arts-numerique.info : Adrien Mondot – Fête de la science – La quatrième révolution – AIR Spring 2011 – Arduino – Festivals : Conflux et Visiosonic

 BONUS  Comments Off on Revue de veille www.arts-numerique.info : Adrien Mondot – Fête de la science – La quatrième révolution – AIR Spring 2011 – Arduino – Festivals : Conflux et Visiosonic
Oct 102010
 

Festival Visionsonic oct. 2010

site web : www.arts-numeriques.info
sans redirection : netvibes.com/arts-numeriques

.

Le semaine qui vient sera consacrée entièrement à deux suites d’articles : les “outils de recherches” et “Les conditions de la question : qu’est-ce que l’art numérique“. A la fin de la semaine, vous pourrez retrouver un nouvel onglet sur la page de veille : “SearchTools“. Il s’agira d’un lieu où vous pourrez retrouver les outils de recherches et de visualisation de données les plus pertinents en ce qui concerne les arts “numériques” et “multimédiatiques”. Des premiers exemples vous attendent déjà avec les nombreuses recherches d'”Exalabs” (“Constellations“, “Wikifier“, “Chromatik“, “Tweepz“, “Voxalead“…), comme vous pourrez le constater, c’est une des entreprises les plus prolifiques du moment dans ce secteur. Mais il y en a des centaines d’autres (et je n’exagère pas), moins prolifiques mais tout aussi intéressantes.

Pour aujourd’hui donc, une petite revue bimensuelle du portail de veille arts-numeriques.info, présentée sous la formule “tag” habituelle.

  • Magazines – “Adrien Mondot ( X Y Z T ). Installations numériques“. Si vous n’avez pas pu le voir au Cube festival, c’est l’occasion de l’expérimenter à Valence. Ceci dit… y avait-il encore besoin d’en parler, puisque tout le monde l’a déjà fait mille fois ? et que la profusion des “reactables plug and play” permettant de faire “la même chose et mieux garanti sans bug” commence à profusionner ? C’était en gros et pour résumer, la réflexion d’une de mes amie qui revenait du Cube Festival.
    J’ai eu un petit sourire moqueur face à ce qui me semblait être une évidence et j’ai balayé la réflexion en deux phrases (il faut bien avouer que je trouve le parcours et la recherche d’Adrien très captivants). Mais j’y ai repensé…   ça n’est pas une “si bête réflexion”, et si elle se pose déjà depuis un certain temps, il me semble même qu’elle va se poser de plus en plus.
    Ca n’est pas encore très clair dans mon esprit, mais il n’y a qu’à prendre le dernier “Red Bull Off the Planet” (ça n’est qu’un petit exemple), pour voir qu’un certain “art numérique” de type événementiel commence à être extrêmement présent (même dans le cadre d’événements soutenus par les “pouvoirs publics”) , et que si l’art dit numérique interroge le concept d'”art” , il me semble qu’il est intéressant de le voir lui-même remis en question par ce type de productions (voir aussi le déjà-cité “Creators Projects“, encore plus ambigü –> article du 11 sept. 2010). De là à voir naître un mouvement PopArtNum… (certains artistes “numériques” ont depuis pas mal de temps déjà, ouvert des “shop” avec des produit plug and play)… j’y reviendrai.
  • Conferences – “Art et Sciences, figures d’un malentendu” lors de la “Fête de la science” édition 2010. Une conférence du philosophe Jean-Pierre Cometti. Ce “thème” cher à tous les festivals d’arts dits “numériques” (où l’on retrouve toujours au moins une table ronde sur le sujet) est évidement au coeur d’un débat, qui prit sous un certain angle, peut être sans fin, prit sous un autre, n’a pas lieu d’être. L’entre deux laissant la place à des moments passionnants.

.

artscience labs : Le Laboratoire – Paris

 RESIDENCES, STRUCTURES  Comments Off on artscience labs : Le Laboratoire – Paris
Sep 242010
 

www.lelaboratoire.org

artscience labs : artsciencelabs.org
Le Laboratoire Paris : www.lelaboratoire.org

.

Aujourd’hui, ça sera le projet/réseau “artscience labs” que j’ai découvert à l’ouverture de son LabParis en 2007. Cela fait donc pas mal de temps que je suis le projet et la matière est conséquente. C’est un peu très scientifique, très en recherche de comment on pourrait faire pour faire, un peu design gastronomie, un peu jet-set bling bling, sans aide public, très utopiste, ça ne se plaint pas, ça agit et ça s’en donne les moyens : bienvenue dans le rêve de David Edwards, ici il y a de la place pour tout le monde, sauf peut-être pour n’importe qui.

.

Introduction

David Edwards : le créateur du projet, dont le parcours est, me semble-t-il, un prérequis

.

Réseau “Artscience Labs

.

Projet “Le Laboratoire Paris

.

Autres projets (je mettrais ici les projets principaux de Artscience Labs, en sachant que chaque laboratoire pourrait être considéré comme un sous-projet qui aurait des sous-projets, mais ça n’est pas aussi simple, il n’y a pas vraiment de hiérarchie et les collaborations sont nombreuses et très “opportunistes”, cela foisonne donc au gré des rencontres et des recherches).

.

Autres liens

.
…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : Festival Belluard –  Appel à proposition 2011: HOPE – Suisse – deadline le 18 oct. 2010

…………………………………………………………………………….

Sep 112010
 

Image Fulgurator - Julius von Bismarck

site web : thecreatorsproject.com
.

Petit bonus du week-end, à consommer avec modération.

Bienvenue dans l’an 1” .

Parce qu’on est jeune -ou moins jeune, mais branché- connecté, interfacé phasé lié réuni et que le monde est merveilleux, qu’on adore les innovations pleines de couleurs et de trucs qui bougent dans tous les sens interactivement linkés à tout ce qui passe, qu’on kiffe la musique qui fait boum et le VJing dans le noir et qu’on vit à cent à l’heure parce qu’on a les moyens et le dernier iphone pour lequel on a déjà créer au moins 5 applications indispensables mais très dispensables…

Effectivement, ça sent la pub Bacardi et “Parce que tu l’vaut bien” tout droit sorti de ces fanzines powered by adobe… Pour être plus précis et citer des noms, c’est du magazine Vice exposant Intel inside.

Je vous laisse regarder le Teaser, sourire ou pleurer un peu devant les arts du cliché… et après, on essaiera de faire un tour rapide, parce qu’au-delà du premier coup d’oeil, je pense qu’il serait dommage de jeter le “bébé avec l’eau du bain”.

Welcome to the creators project, you’re one” .

.

.

Il suffit de lire le communiqué de presse du projet pour se rendre compte que ce dernier s’est donné comme objectif de frapper fort et de partir “à l’assaut du monde”, d’un certain monde en tous cas. Et en ces temps de crises et de restrictions budgétaires tout azimut, c’est du côté de l’événementiel très grand public (real and virtual life) que ça va se passer. Ici, on ne fait pas dans la dentelle, il faut que ça marche, que ce soit efficace et que ça en jette un max.

Si le projet surfe clairement sur l'”artiste star”, sur des oeuvres qu’on fait briller de cent mille leds, sur le gigantisme et  la musique sur laquelle on peut s'”éclater”… il n’empêche que son portail Web parle aussi du projet “Dorkbot” (voir article du 12 juillet 2010), de l’institut des installations expérimentales de l’UDK de Berlin… et présente quelques artistes que l’on peut également retrouver dans des festivals beaucoup moins “people”. Bien sûr, ça reste en filigrane, surtout ne pas rentrer dans le fond du sujet : ça doit être accrocheur et rapide, le public cible étant, de ce côté de la réalité, l’internaute communautaire lambda.

Ceci dit, on peut lire que le projet n’est pas seulement un producteur d’événements et une WebTV, mais aussi “un studio de créations artistiques, et une fondation pour l’art qui visera à faciliter la production et la diffusion d’œuvres avec l’aide de ces artistes et de leurs collaborateurs“. Je suis donc partagé entre, d’une part, mes premières impressions d’une enième WebTV, qui, bien que proposant un outil plus abouti que tout ce que j’ai pu voir jusqu’à maintenant, ne me convainc pas vraiment par son contenu (en comparaison d’arteTV par exemple – voir article du 29 août 2010), et d’autre part, un projet qui a les moyens d’étendre facilement son champ d’investigation (ou le resserrer) pour proposer un matière plus pointue, moins généraliste et dont le projet global semble dépasser de loin une simple présence online. De plus, “The Creators Project” est ouvert aux collaborations, si vous avez des idées, c’est le moment de voir si un partenariat est envisageable. Parce que, même si le projet est apparemment à “durée limitée”, il y a de fortes chances que ça ne s’arrête pas là.

Petit tour rapide du propriétaire dans l’état actuel

Pour une fois, je ne voulais pas lire les articles de presse avant de m’être fait ma propre première impression. Je reviendrais sans doute dans quelque mois sur ce projet, avec un recul et plus d’informations. En attendant, je terminerai sur deux articles, si vous voulez en savoir plus.

.
flux rss
[rssinpage rssfeed=’http://thecreatorsproject.com/fr/rss.xml’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Nouvel outil en test pour proposer une veille sur Twitter : www.netvibes.com/arts-numeriques#twitter_list

…………………………………………………………………………….

.

The UPGRADE (part1) – UPGRADE Joburg – WSOA, Digital Art

 DATABASES, STRUCTURES  Comments Off on The UPGRADE (part1) – UPGRADE Joburg – WSOA, Digital Art
Sep 022010
 

UPGRADE INTERNATIONAL

WSOA, Digital Art : jafnetart.digitalarts.wits.ac.za
UPGRADE International : www.theupgrade.net
.

Voici une toute petite base de données qui “explore et met en valeur la pratique créatrice basée par Internet des Pays du Sud“. En ce qui concerne la visite de “WSOA – Art in a global South”, laissez votre iphone de côté, c’est uniquement en Flash.

Pour plus d’informations sur la curatrice, Tegan Bristow et sur le projet, je vous propose l’article “Internet Art by Tegan Bristow“. A noter que le projet est liée à l’école où enseigne Tegan Bristow, la “Wits University” qui possède un Master en “Digital Interactive Arts“, et soutient le projet.

voir aussi : la page “About” de WSOA sur le site de l’Université et le Blog “@Joburg“. de bonnes adresses à contacter si vous décidez d’aller dans le coin.
.

Si je vous parle aujourd’hui du WOSA, c’est que le projet fait partie de l’ “UPGRADE International Network“, dont il organise l’ “UPGRADE Joburg“. C’est par cette “petite porte” que j’avais envie de vous présenter cette “organisation autonome, internationale et rhizomatique de rendez-vous mensuel pour la culture numérique et les arts technologiques“.

Autant le dire tout de suite, je n’ai encore trouvé aucun article francophone qui explore ce projet devenu tout simplement tantaculaire et qu’on ne présente sans doute plus. Même “poptronics” n’a fait que l’effleurer du bout des doigts (articles du 01 juin 07 (fin), 29 sept 09 et quelques rares lignes dans des post contextuels ici et là). C’est sans doute parce que l’idée de base est toute simple : donner un temps et un cadre à des rencontres régulières et rapprochées dans le temps. Avec une bonne dose de volonté et d’envie, tout le monde peut entrer dans la danse.

Je conclurai cette introduction par un document daté du 23 déc. 2009 de Karen Dermineur (KNR). Il est adressé au membres de la plateforme “incidence.net” et il me permettra d’introduire l’ “UPGRADE Dakar” et les différentes structures qui y sont liées. Le ton que Karen Dermineur utilise, son enthousiasme reflètent pour moi tout à fait un terme anglais, souvent associé au projet : le grassroots.

.

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : EFC Collaboration Grants schemeEuropean Cultural Foundationdeadline le 20 sept. 2010

…………………………………………………………………………….

.

Gainer environment – Cocos Island

 DATABASES, SOFT/HARDWARE  Comments Off on Gainer environment – Cocos Island
Aug 182010
 

Le blog se met en mode stand by jusqu’au 24 août inclus. Trop de travail pour pouvoir écrire des articles fouillés.
J’en profiterai donc pour rapidement vous faire visiter quelques petits projets plus ou moins exotiques.

gainer.cc

site web : gainer.cc
.

Si par hasard, au détour d’un article sur le non-gouvernement belge, il vous vient à l’esprit de cherchez le point commun entre Flash, Max MSP, Processing et… les îles Cocos (sait-on jamais…), vous tomberez certainement sur Gainer Environment. Après, il n’est pas vraiment facile de savoir exactement pourquoi le site porte l’extension de ces Iles des Maldives, et à en voir les workshops proposés par le site et la team, nous dirons que c’est plutôt du côté du Japon qu’on peut véritablement retrouver cet “hard/software” open source ludique. Vous pouvez découvrir les tenants et aboutissants du projet sous la page “cookbook“.

Crazy Arduino Watch

Un petit tour de la page “related projects” me donne l’occasion de vous présenter un site que j’adore : “instructables.com” (qui fera l’objet d’un post, il le mérite bien) : on y trouve de tout, du plus simple au plus complexe. A savoir que la “communauté” est très réactive et qu’il suffit bien souvent de poster une demande pour voir votre question résolue en images fixes ou animées (au plus c’est tordu, au plus vous avez de chances qu’on vous réponde, alors si vous avez une demande simple, unpetit conseil qui sentira le vécu : enveloppez là dans une idée un peu folle, la communauté aime les défis). On peut aussi y retrouver une foule d’utilisateur “pros” à qui vous pouvez faire confiance (je vous en présenterais certains). Les liens sont bien entendu au rendez-vous et c’est une bonne porte d’entrée si vous voulez vous perdre du côté de “ces fous qui inventent de drôle de machines qui ne servent pas forcément à quelque chose”.

Les autres sites “amis” sont : “Interaction Design Lab” une société milanaise qui s’attache à résoudre les problèmes que peuvent poser l’exploitation des “nouvelles technologies” dans divers projets, essentiellement artistiques ou culturels ; l’ITP, un master “arts et technologies” new-yorkais ; makeprojects.com, une site similaire à l’ “instructables”, mais qui ne me semble pas très actif ; et le projet Wiring ALPHA 1.0, api et hardware très intéressants développé par l’artiste Hernando Barragán (attention, site actuellement virussé par un tiers).

.

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

……………………………………………………………………………

.

((audience)), New York – Unsound festival, Cracovie

 CALLS, FESTIVALS, STRUCTURES  Comments Off on ((audience)), New York – Unsound festival, Cracovie
Aug 102010
 


Le blog se met en mode stand by jusqu’au 24 août inclus. CitySonic approche et trop de travail pour pouvoir écrire des articles fouillés.
J’en profiterai donc pour rapidement vous faire visiter quelques petits projets plus ou moins exotiques.

.

((audience)) festival

site web : au.dience.org
.

Je vous ai proposé avant-hier un appel à participation via la structure : ((audience)) “new contexts for sound art”. Elle s’est donné comme “mission”, la promotion des arts sonores via, entre autre, un festival biennal nomade. Ca n’est pas son seul projet et ses différents appels sont transmis sur la plupart des portails. Un blog vous tient informé des derniers changements et vient compléter les infos du site.

Pour 2010/2011, l’((audience)) festival s’est associé avec le festival Unsound originaire de Cracovie, mais qui profite de partenariats pour s’étendre par delà les frontières polonaises et même européennes.
.
flux rss
[rssinpage rssfeed=’http://au.dience.org/?/feed’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille www.arts-numeriques.info

…………………………………………………………………………….