Jan 092011
 

buddha face - D. E. Stanley

site web : www.arts-numeriques.info
.

L’onglet info-tech-science est complété. Le champs étant très large, le contenu est fortement hétéroclite. Il reprend une vingtaine de sources que je consulte régulièrement. Il s’affinera sans doute au fil du temps.

Le moteur de recherche de l’onglet reprend une cinquantaine de sources actuellement, mais le nombre de sources va doubler très prochainement.

Je vous propose un petit focus sur l’onglet pour terminer le post :

.

Jan 072011
 

www.arts-numeriques.info

site : www.arts-numeriques.info
.

Ce nouveau portail regroupe toutes une série d’informations que j’avais déjà mise en ligne ailleurs (sur netvibes notamment). Plus clair, plus simple et beaucoup mieux fourni, il est essentiellement un lieu d’information qui vous redirigera, le plus rapidement possible, ailleurs.

C’est un outil personnel et privé que je partage, et qui j’espère vous sera utile. En attendant des outils plus efficaces, il me semble que c’est une bonne porte d’entrée vers les arts dits “numériques” à l’heure où l’on commence de plus en plus à parler d’un certaint post-“art numérique”.

www.arts-numeriques.info en quelques points ;

  • deux onglets (calls1 et calls2) qui reprennent les sites principaux qui émettent des appels à projets ou à résidences, avec une veille web et deux moteurs de recherche centrés sur une cinquantaine de structures. Plusieurs focus sur les arts numériques ou multimédias.
  • un onglet arts numérique ? qui reprend une anthologie des textes francophones online sur les arts numériques, une veille web bibliographique et plusieurs veilles web général, des vidéos d’oeuvres, d’interviews, des photos, un moteur de recherche centré sur l’anthologie.
  • un onglet mags et un onglet blogs qui reprennent une cinquantaine de médias diffusant de l’information spécifique et un moteur de recherche centré sur ces médias
  • un onglet social networks qui reprend une veille sur les médias sociaux avec un moteur qui centré sur quelques 700 réseaux sociaux.
  • un onglet webtv & radios qui présente une vingtaine de médias tv et radios et un moteur de recherche centrés sur une centaine de chaînes de télévisions et de radios
  • un onglet networks qui vous présente les informations des plus grands réseaux “arts numériques” et deux moteurs de recherche centrés sur ces derniers.
  • un agrégateur qui vous permet de faire des recherches dans les flux.
  • une page d’accueil qui fait un focus sur tous les onglets. Cette dernière se transformera certainement au fil du temps en une espèce de mag qui reprend les infos les plus importantes du portail.

il me reste à compléter les onglets suivants : structures et festivals ; databases ; focus : Belgique ; info-tech-science ; hard/softwares ; searchtools ; et à entièrement revoir les flux de l’agrégateur pour les faire correspondre à ceux du portail.

Les temps de chargement des pages du site peuvent être parfois un peu longs, c’est normal puisque le masse d’informations est conséquente. Pour ne pas rallonger ces derniers, le portail updatera ses flux 2 fois par jour.

Ce blog est repris dans un onglet du portail et son flux sur la home page, vous pourrez donc le consulter là-bas. Son rythme de parution sera espacé au profit des différents outils que fournit le portail.

J’ai été très heureux d’apprendre que le R.A.N. (voir post du 20 sept.2010) lançait son premier appel à projet, il me semblait bon de le signaler pour conclure cet article : deadline le 01 mars 2011.

Si vous trouvez ces infos intéressantes : ne les gardez pas pour vous, partager-les !

Nouveau portail des arts dits numériques (et multimédiatiques)

 CALLS, DATABASES, INFOS, RESIDENCES, SOFT/HARDWARE, www.arts-numeriques.info  Comments Off on Nouveau portail des arts dits numériques (et multimédiatiques)
Jan 072011
 

Ce nouveau portail sera accessible dès ce 07 janvier (dans le courant de la soirée).

Toujours un espace de travail (en chantier, puisque j’ai pris beaucoup de retard), mais assez propre, beaucoup plus facile à consulter que les différents portails netvibes, plus complet aussi et possédant des outils de recherches Web optimisés.

Un seul lieu qui vous donnera accès à plusieurs centaines de sources actualisées plusieurs fois par jour (appels à projets, résidences, magazines, blogs, réseaux, structures, festivals… et bien d’autres choses encore).

A ce soir donc.

Dec 092010
 

Le blog se met en mode “stand by prolongé”. Trop de travail pour fournir des articles fournis… Ca me permettra néanmoins d’introduire différents réseaux “arts numériques” et d’autres moins spécialisés. Cela me donnera la possibilité de vous présenter un des derniers portails provisoires qui sera consacré à à une veille sur ces dits-réseaux.

Gaîté-Lyrique-Yves-Geleyn

.

Pour ce petit focus, je commencerai par vous conseiller le survol d’un petit dossier concocté par fluctuat.net : ArchiCulture. S’il date un peu, il est justement intéressant de voir, par exemple, l’évolution de trois gros chantiers qui m’intéressent depuis un certain temps et qui n’étaient pas des plus simples.

Si la Maison des Métallos semble avoir maintenant trouvé ses marques sous la direction du programme de Philippe Mourrat, les travaux de l’Ile Seguin commenceront eux seulement en 2012, pour un “vernissage” aux alentours de 2017. Beaucoup d’eau(x) risque(nt) donc encore de couler sous ses ponts, mais il y a aujourd’hui un projet en cours bien établit et qui prévoit en son sein un “pôle d’art numérique“, d’où mon intérêt. Le troisième projet possède une actualité brûlante, puisqu’il s’agit de la “Gaîté Lyrique” qui ouvrira ses portes dans quelques mois. Ce “lieu maudit” depuis les années 60 va donc enfin renaître, avec un projet qui nous invite à explorer notre époque à l’ère de la création numérique. Son directeur, Jérôme Delormas, s’est déjà exprimé plusieurs fois à ce sujet (voir articles poptronics, idn…) et il a présenté ce soir la saison 2011, dans le cadre d’un MCDate (à la Maison de Métallos justement). Si vous n’y étiez pas physiquement/streaminguement (ou pour plus d’infos sur le lieu en attendant que le site officielle prenne entièrement le relais), je vous conseille : l’article La Gaité Lyrique, c’est pour bientôt ! ; la vidéo du vlog de Michel Reilhac ; le blog de la commission Gaîté.

J’avais aussi envie de vous reparler de la section “cultures numériques – art” du média online OWNI-Digital Journalism, via l’article : Jonathan Harris, poète des data. Sa TED conférence (2007) était un très bon souvenir et l’article reprend pas mal d’autres sources. C’est évidemment son travail sur la visualisation des données qui m’intéresse tout particulièrement. En parlant de ça et tant que je suis sur OWNI, un petit détour par un article de Jean-Noël Lafargue : WikiLeaks Reloaded: Les suites de la fuite. Je sais que quelques artistes travaillent en ce moment sur les données de WikiLeaks, mais je n’ai pas encore vu un projet terminé. Ca ne saurait tarder je suppose et je vous en tiendrais bien évidemment informé.

Et pour finir :

.

Magazines et revues online (part1) : Turbulences Vidéo – Magazine du CIAC – HorizonZéro

 BONUS  Comments Off on Magazines et revues online (part1) : Turbulences Vidéo – Magazine du CIAC – HorizonZéro
Nov 272010
 

Turbulences Vidéo : www.videoformes-fest.com/publication__turbulences_video.php
Magazine du CIAC : www.ciac.ca/magazine-electronique-du-ciac-fr
HorizonZéro : www.horizonzero.ca
.

Je voulais aujourd’hui continuer de vous présenter les sources (francophones dans un premier temps) que j’utilise régulièrement et qui se présentent comme magazines ou revues électroniques. Je ne ferai que citer ici les structures productrices, elles feront l’objet d’articles ultérieurs. Pour rappel, vous pouvez retrouver des articles similaires via les tags magazines, ou (plus largement) documentation.

Je commencerai par le trimestriel Turbulences Vidéo pour lequel j’ai déjà été rédacteur. Produit par Vidéoformes depuis 1993, le magazine papier a été remplacé depuis le n°57 par une édition online. Cette formule permet à la publication de couvrir amplement des sujets liés aux cultures numériques et à la vidéo via des articles de fond, des chroniques, des portraits d’artistes… Les contributions sont pour l’instant bénévoles (en tous cas depuis la version Web), mais la volonté de trouver un modèle économique permettant une rétribution des auteurs est présente. Il est évident que fonctionner sur base de bénévolat a des avantages évidents en termes budgétaires. Cela permet à Turbulences, entre autres, de pouvoir proposer des articles conséquents, d’aborder des sujets très variés et d’offrir au final un mag qui peut aller jusqu’à une septantaine de pages, voir plus. Encore faut-il pouvoir compter régulièrement sur un contenu de qualité. Si la rétribution peut pallier au problème, j’espère malgré tout que la publication gardera toujours une place pour cette contribution bénévole, qui en fait actuellement, me semble-t-il, sa grande richesse. L’appel à contribution pour le numéro 70 est toujours ouvert : Hurry up – deadline le 13 décembre 2010.

Le magazine du CIAC est assez incontournable dans toute Webothèque qui se respecte. Présent depuis 1997, il est édité par le Centre International d’Art Contemporains de Montréal (NB : petit problème parfois sous firefox pour passer la page d’acceuil). N’étant pas exclusivement centré sur les arts dits numériques, une recherche peut être la bienvenue. Pour trouver plus facilement votre bonheur, je vous conseille de doubler votre recherche interne par un moteur de recherche externe qui sera plus efficace sur certains points (site:http://www.ciac.ca/magazine + mots clés).

On reste au Canada pour un mag qui trouverait sa place dans ma série cimetière de projets, puisque sa publication a été arrêtée en 2004. Ceci étant dit, un numéro spécial est apparu début de cette année 2010 (ce qui laisse présager d’autres spéciales occasions) et on sent bien le choix de ne pas présenter le site comme une archive. Quoi qu’il en soit, entre 2002 et 2004, l’équipe de HorizonZéro a de présenté du contenu sur des artistes canadiens oeuvrant dans le vaste domaine des nouveaux médias. Bien qu’une version texte soit toujours présente, une version flash vous donne accès à la recherche qu’a menée la rédaction, afin d’offrir pour chaque numéro un objet électronique unique. Aujourd’hui, les différentes réalisations peuvent prêter à sourire, mais n’oublions pas que nous sommes début des années 2000. S’il est vrai qu’HorizonZéro propose un environnement visuel/sonore/interactif qu’on pourrait qualifier de gadget (empruntant allégrement aux jeux électroniques et aux DVD interactifs), que s’il est censé être en relation avec le contenu, ça n’est bien souvent qu’anecdotique et qu’il n’apporte non seulement pas de véritable valeur ajoutée au texte, mais entrave même souvent une lecture agréable… il n’empêche qu’il y a malgré tout une volonté de présenter quelque chose de différent, d’essayer de faire vivre un parcours au lecteur, de lui proposer d’autres chemins de lecture. Le problème étant que le contenu principal, la matière première, celle qui nous intéresse finalement, résiste. Et nous résistons avec elle. Je reviendrais sur cette question, que j’ai déjà abordée d’ailleurs, dans mon prochain article sur les magazines online.

.

Focus de veille – poptronics – imal – gallery@calit2 – kinect – ARTErra

 BONUS  Comments Off on Focus de veille – poptronics – imal – gallery@calit2 – kinect – ARTErra
Nov 092010
 

moddr_

site web : www.arts-numeriques.info
.

Pour aujourd’hui ça sera donc un petit focus sur la veille

  • Magazines : “Ce repos par Chris Marker, Indira Solovieva et nos doubles“, un article de poptronics aux multiples “arrières-goûts dans la bouche”, qui de lien en lien vous promène des possibles monétisations des médias numériques au bar de la Jetée sur l’Ouvroir Second Life, en passant par le portugal, un article du monde, le Centre Pompidou, Wikipédia… dans le désordre et la non-exhaustivité de ma mémoire. (A noter que les vidéos des Forums d’Avignon sont en ligne – à voir également sur arte.tv).
  • Hard/Software : “Openkinect project – hacker kinect pour la bonne cause“. Voilà donc ce fameux capteur 3D “grand public low cost” en passe de devenir un peu plus public que Microsoft ne le voudrait. Gageons qu’à l’instar des wiimote, pas mal de cam-kinect vont apparaître dans les différents workshop et dorkbot de la planète.
  • Calls : “ARTErra rural artitic residency (Portugal)“. Arterra est une structure privée située à Lobão da Beira (petit village “calme et verdoyant”) et qui a pour but d’encourager la création artistique. Elle offre des résidences fonctionnant dans une logique de “laboratoire”. Les artistes pourront trouver en Arterra “un lieu confortable, avec plusieurs espaces pour la création et le développement d’œuvres artistiques”.

.

Nov 072010
 

veille arts numériques

Voici donc une série d’update pour cette semaine.

  1. www.arts-numeriques.info/veille : création de la veille  qui vous permet de faire des recherches dans tous les flux.
  2. portail netvibes : nettoyage en profondeur des flux
  3. informatique – tech/sciences : nouvel onglet du portail netvibes
  4. qu’est-ce que l’art numérique : rajout de textes
  5. Artistes + Numérique + Belgique : rajout de données et d’artistes dans le portail.
  6. pour les paresseux : insertion de plusieurs veilles partielles dans la colonne de droite du blog (il suffit de descendre un peu).

Ces espaces vous fournissent automatiquement des infos en temps réel sur les différentes sources présentées sur le blog, avec différentes présentations. On est encore loin du portail personnalisable, mais en attendant, il y a déjà moyen de se tenir informé.

.

Focus de veille : magazine, blog, artiste, festival, software, hardware, interview, appel

 BONUS  Comments Off on Focus de veille : magazine, blog, artiste, festival, software, hardware, interview, appel
Oct 312010
 

Wired City

Un petit tour du côté de la veille www.arts-numeriques.info en guise de bonus week-end.

.

.

Italie : artsmachine.com – DigiCult – Piemonte Share Festival – Festival Ventipertrenta

 FESTIVALS, STRUCTURES  Comments Off on Italie : artsmachine.com – DigiCult – Piemonte Share Festival – Festival Ventipertrenta
Oct 292010
 

Sonia Cillari - As an artist, I need to rest

artsmachine : www.artsmachine.com
DigiCult :  www.digicult.it
Piemonte Share Festival : www.toshare.it
Ventipertrenta : ventipertrenta2.wordpress.com

.

Petite article pour faire un tour du côté de mes liens italiens.

  • Gianluca Mura est architecte et artiste en nouveaux médias et design. Il est également chercheur dans différentes université (Italie, Portugal, Autriche). Vous trouverez peut-être que  son site “artsmachine” n’est pas vraiment livré avec le mode d’emploi et qu’on en comprend pas toujours le quoi où comment. Il n’a surtout  (pour l’instant) pas de flux rss qui nous tiendrait facilement au courant de ses recherches. Je conseille donc un petit tour du côté des onglets Web references, download et en particulier ArtsMachine Media Lab ou Picubino Project , un petit hard/software dont on aimerait voir plus qu’une simple photo montage.

.

  • J’ai déjà cité “DigiCult“, le mag créé et piloté par Marco Mancuso, mais au cas où vous ne l’auriez pas noté, c’est une référence qui se décline en “mag“, “podcast“, et où vous pouvez retrouver les dernières news et appels… A voir également une page “links” claire et bien fournie. A l’instar de “neural.it” ça vous changera de “We Make Money…“, si l’italien ne vous fait pas peur. Le mag possède des articles en anglais.

.

  • le “Piemonte Share Festival” est une manifestation dédiée à “la promotion et à la connaissance de l’art et des cultures numériques, au développement de la créativité qui naît des nouvelles possibilités offertes par les nouveaux médias et à l’innovation technologique en général”. Outre son festival et son prix, vous pouvez aussi retrouver l””Action Sharing Competition” dont la deadline est le 30 novembre 2010. Sur son blog, vous pourrez avoir accès aux news de tous ses projets, allez voir, ça vaut le détour.

.

Il y a trois ans, j’ai habité en Italie pendant une dizaine de mois. A Bologne, lorsqu’un festival ne faisait pas payer des droits d’inscriptions pour les artistes qui voulaient répondre à son appel, c’était écrit tout en grand sur le formulaire et en lettres capitales s’il vous plaît. Quant à une quelconque rétribution pour le travail des artistes, vous pensez bien qu’on en parlait même pas, il y avait tout au plus un “premier prix” de quelques centaines d’euros. C’était la crise d’avant la crise et “si on attendait d’avoir de l’argent pour faire quelque chose, on ne ferait rien“.

Je suis assez d’accord avec cette façon de voir les choses, sauf quand elle devient la règle et que les organisateurs comptent dessus comme un prérequis. Je dois bien avouer que sur les derniers appels à projets que j’ai reçu d’organisations belges et françaises ces six derniers mois (toutes “catégories” d’art confondues), un grand nombre n’avaient pas de chapitre “budget” dans leur appel ou règlement. Et le pire, c’est que parfois, si on avait le malheur de soulever la question, on risquait de se faire passer pour… Les temps étant durs pour tout le monde, ça n’est pas une question de mauvaise volonté bien évidemment, mais la situation a tendance à engendrer de mauvaises habitudes, d’un côté comme de l’autre. J’y reviendrai.

A ce propos donc, le festival “Ventipertrenta” vous demandera “20 ou 28 euros” (sic) de frais de participation. Son premier et second prix sont de 300 euros, son prix du public, de 50. Pas de section budget dans son application form (deadline fin nov. 2010), ce qui peut paraître normal, puisque le festival (international d’arts numériques) est une exposition de “print” petits formats (20 par 30, d’où le nom). Voilà…. J’espère qu’à ces conditions, ils offrent malgré tout l’objet aux artistes qui ont participé. Je le dis sans cynisme et souhaite vraiment que les prochaines éditions se verront dotées d’un budget, qui fera qu’on ne doive plus se poser ce genre de bêtes questions.

.

flux rss général de DigiCult
[rssinpage rssfeed=’http://www.digicult.it/rss2.asp’ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

flux rss de Piemonte Share
[rssinpage rssfeed=’http://www.toshare.it/?feed=rss2′ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

Oct 282010
 
labforculture.org

site web : www.labforculture.org
.

Un site web, 50 pays, 6 langues“… on peut rajouter, plus de 5000 membres et 500 blogs (avec possibilités de mettre un flux rss), dont le plus actif aujourd’hui est “Projects, Calls for Proposals and Funding“, ce qui n’est déjà pas mal.

Pour le reste, que peut-on trouver sur ce portail commandé par la “Fondation européenne de la culture” :

  • annuaire ou le tour du monde en 1580 résultats, c’est finalement assez peu puisque le site est généraliste. Les système de filtrage fonctionne bien et il faudra passer par “arts électroniques” ou “nouveaux médias et arts numériques” ou… pas moyen de mixer, pas moyen non plus de suivre une liste de résultats. Il vous restera donc quelques 200 structures, un peu plus si vous passez par “arts multidisciplinaires”. Difficile de savoir, il faut malgré tout sortir la pince à épiler. Dommage. Les résultats sont sous format “fiches” claires et précises. Une note particulière pour le taggage qui est, comme je l’ai dit, fourni. Vous pouvez bien entendu bookmarker les fiches qui vous semblent intéressantes.
  • financement : quelques 300 résultats pour “les agences et les programmes“, “les fondations“, “le financements alternatif“, “la philanthropie“, des “astuces“…
  • Nouvelles culturelles : magazines, infos, newsletters, calendriers d’événements, mailings…
  • Projets : ou comment faire naître une communauté et surtout la conserver. Vous avez réalisé un projet, soumettez-le sous forme de récit pour que la communauté en profite. Hors communauté, c’est d’un intérêt moyen. Par contre les “10 études de cas” détaillées, sont quant à elles parfois très intéressantes.
  • Ressources pour la recherche : no comment, je vous laisse avec 773 bases de données, outils de recherche, publications, enseignement…
  • page des flux rss

A voir aussi

Dans la série des portails, voilà donc un exemple de poids. Mais c’est surtout le fait que ça soit un outil supranational, supra réseaux, qui est là pour ce fameux réseau “de facto” dont je parle tant. Ainsi, on peut y retrouver le “RAN” , le “FILE” , “digitalarti” , “Le Cube” , “la Société des Arts Technologiques” , les “dorkbot” , le “festival Elektra” , la “Kitchen Budapest” , “The Upgrade” , le festival “ars electronica” … etc. etc. Les acteurs des principaux réseaux ici réunits et qui fait qu’on a pas besoin de courir partout.

heu… en fait, non. Enfin oui, le festival “ars electronica” oui. Les autres : non.

Quelles que soient les raisons de leurs absences -et elles peuvent être multiples et surtout “bonnes “(les raisons sont toujours bonnes, n’est-ce pas ?), il me semble que la plus simple et la plus pragmatique : c’est qu’on ne les y ait pas mis. Pas encore en tous cas. Ou alors, c’est peut-être à cause de cette mode du “participatif”, qui fait, qu’en plus de publier sur notre site, on doive publier sur notre blog, sur notre facebook, notre myspace, twitter, et tous les portails qui seraient tellement vides sans. J’y reviendrai, car ça n’est pas anodin.

Pour finir, je vais vous montrer par quel article (et outil)  j’ai découvert “LabforCulture” et qui m’a donner l’envie d’y revenir. C’est un bel exemple et il y en a vraiment beaucoup d’autres : “Les blogs culturels en Europe” (j’en reparlerai de toute façon lors de la présentation des blogs sur lesquels je ne me suis pas encore penchés). Vous pourrez retrouver ses différents flux sur le portail.

.

flux rss général de LabforCulture
[rssinpage rssfeed=’http://www.labforculture.org/en/rss/feed/recent’ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

Papier electronique, encre électronique, E-paper, papiel… (part1) : Introduction

 SOFT/HARDWARE  Comments Off on Papier electronique, encre électronique, E-paper, papiel… (part1) : Introduction
Oct 262010
 

“Le papier électronique arrive à maturité”

Avant-propos

Je m’étais, pour un projet récent, renseigné sur cet hardware très intéressant qu’est le papier électronique. Je me suis vite rendu à l’évidence et ai gentiment rangé mes recherches dans mon dossier “projets de projets” avec mention “on peut toujours rêver”.

Comme pour le sujet des capteurs que j’ai abordé dernièrement, je vous proposerai qu’on plonge ensemble dans ce thème où je ne suis pas du tout un spécialiste, mais où j’ai, me semble-t-il quelques bonnes portes d’entrées.

Je vous avais présenté également au début du mois de septembre, les “feuilles électroluminescentes” (post du 06 sept. 2010). S’il y a bien quelques relations entre les deux hardware, il est évident que dans le premier cas, c’est la technologie qui m’intéressait, alors que dans le deuxième, c’est plutôt un concept qui, par delà la technologie utilisée, s’attaque à un des fondements de nos sociétés : le document papier. Les implications sont telles, qu’il est difficile d’entrevoir réellement les changements que cela peut provoquer. D’ailleurs, même si les articles de fond commencent à être nombreux sur le sujet, ils ne peuvent que verser dans une certaine littérature de science fiction (plus précisément d’anticipation), s’ils veulent vraiment embrasser l’étendue des transformations d’un monde, où le papier serait devenu l’équivalent d’un matériau comme la pierre, l’argile ou le papyrus. Votre imagination patine ? Laissez-moi vous aider en prenant un chemin assez direct (il y en a d’autres) afin d’éviter de m’étaler en long et en large.

digression (rapide)

Imaginer que demain, le papier coûte plus cher (production, stockage, conservation…) que ses homologues numériques. Imaginer le “bic” numérique (il existe déjà, j’y reviendrai), doté d’un petit écran souple rétractable, vous permettant d’écrire sur n’importe quelle surface sans laisser de trace autre que numérique. Car c’est là que les changements sont les plus difficile à concevoir. Ca n’est pas dans le remplacement des livres papiers, des fiches, des cahiers… mais bien dans les plus petits gestes de la vie quotidienne. Ecrire un mémo, une liste de course, une adresse sur une lettre, une note pour quelqu’un… Le papier est partout. Le support est partout.

Un ami avec qui j’en discutais dernièrement s’est esclaffé : “et tu comptes aussi t’essuyer le c.. avec ton e-paper !”. Je vous laisse savourer, parce que c’est finalement assez pertinent. Il est difficile, voire impossible d’imaginer ce genre de monde, si on reste fixé sur le “support”. Ca n’est pas le support qui pourrait changer, mais bien son utilisation récurrente et automatique. C’est du côté de la production d’écrits qu’il faut aller chercher le changement. Ainsi, la photo numérique à totalement bouleversé notre rapport au “document photo”. Aujourd’hui, on ne l’utilise souvent plus que dans des cadres bien précis (sans jeu de mot), et avec l’apparition de nouveaux hardware, ces derniers auront de plus en plus tendance à se rétrécir, à se spécifier, à rejoindre leur essence-même : les futurs albums photos papiers, par exemple, deviendront des “objets”, et seront considérés comme tels. Quand  les stylos “encres” auront disparu comme moyen d’écriture principal pour le grand public, le papier aura beau rester, les différents supports auront beau toujours être là, il ne seront juste plus considérés comme supports naturels d’écritures, mais comme supports exceptionnels. Les livres papier, à l’instar des albums photos, deviendront des objets (ce qui a déjà tendance à être le cas), comme les éditions limitées que l’on achète aujourd’hui, pas seulement pour leur contenu, mais également et surtout pour leur contenant.

NB 1 : Je n’aborderai pas ici le concept/technologie “Speak To Text/speech recognition”, mais il est clair que, déjà aujourd’hui, avec un logiciel comme “Dragon NaturallySpeaking” par exemple, c’est le concept d’écriture lui-même qui est complétement remis en cause (voir vidéo démo). Des versions “gracieusement offertes à l’essai” peuvent se trouver assez facilement sur le net (vous pourrez d’ailleurs du même coup, si vous êtes français, tester l’Hadopi).

NB 2 : Il serait bon de bien séparer le concept de “papier électronique”, des différents supports qui peuvent l’accueillir aujourd’hui et qui sont encore fortement liés à l’héritage du “document papier”. C’est tout à fait normal, une période de transition est nécessaire, même indispensable pour changer nos habitudes. Ca me fait penser à ces documents pdf que l’on présente aujourd’hui sur écran sous format “livre” et qui frisent parfois l’absurde. J’essayais par exemple de lire le numéro 3 du magazine de digital arti (présenté sous version interactive) avec ce fameux faux bruit de pages qui se tournent (le must actuel) : vous avez le choix entre ne pas savoir lire à cause d’une police trop petite (pour un écran de 17 pouces), ou devoir recadrer sans arrêt et ne pas savoir tourner les pages lorsque vous augmenter la taille. Et encore, j’ai pris cet exemple, car cela me donne l’occasion de présenter un lien dont le fond primera malgré tout sur la forme. Il en va souvent autrement. Si le format “livre” tel que nous le connaissons était un format satisfaisant pour présenter la littérature tel que nous la connaissions, les tablettes vendues aujourd’hui dans le commerce et qui essayent tant bien que mal de l’imiter, ne tiennent évidemment pas compte des perspectives d’un tel changement. Comme je l’ai dit : rien de plus normal. Et je voudrais éviter ici tous (faux) débats sur l’essence de l’écriture, du roman, de comment les choses sont et doivent être et surtout rester. J’aime profondément et obstinément l’objet livre, la “photo papier”, les post-it qui s’étalent partout autour et sur mon écran, les piles d’ouvrages et de feuilles qui encombrent mon bureau… c’est juste que je laisserais ces débats pour les commentaires des blogs spécialisés. Ce blog ne présente des technologies, que dans la mesure où elles peuvent m’intéresser dans mon travail.

NB3 : Toutes ces considérations et “anticipations” ne tiennent évidemment pas compte du fait que, paraît-il, une bonne partie de la population mondiale n’ait toujours pas accès, ne serait-ce qu’à l’eau courante… C’est évidemment un autre débat, mais je viens de regarder les titres des infos et ça me fait toujours relativiser fortement sur le potentiel de changement de “notre” monde.
.

Introduction e-paper (parmi les nombreuses documents, j’ai essayé de garder essensiellement ceux dont les sources font office de référence)

L’essentiel

suppléments

technologies

Pour le prochain article, je me pencherais sur ces fameux “e-pen” qui sont censés modifier notre façon d’entrevoir le support papier. Vous verrez que ça n’est pas pour demain et que les gadgets compensent souvent encore une demande de base qu’il n’est pas si facile de satisfaire : celle d’écrire tout simplement… en laissant une trace physique. En attendant et en guise d’apéritif, je vous laisse avec le “popsipen“.
.
flux rss yahoo search “papier électronique”
[rssinpage rssfeed=’http://pipes.yahoo.com/pipes/pipe.run?_id=0b2de12674391ab64384fafb9e8c4572&_render=rss&research-term=%22papier+electronique%22′ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : Open Call for Artist in Residence Proposals – EMPAC – USA – plusieurs deadlines

…………………………………………………………………………….

.

Revue de veille www.arts-numerique.info : Adrien Mondot – Fête de la science – La quatrième révolution – AIR Spring 2011 – Arduino – Festivals : Conflux et Visiosonic

 BONUS  Comments Off on Revue de veille www.arts-numerique.info : Adrien Mondot – Fête de la science – La quatrième révolution – AIR Spring 2011 – Arduino – Festivals : Conflux et Visiosonic
Oct 102010
 

Festival Visionsonic oct. 2010

site web : www.arts-numeriques.info
sans redirection : netvibes.com/arts-numeriques

.

Le semaine qui vient sera consacrée entièrement à deux suites d’articles : les “outils de recherches” et “Les conditions de la question : qu’est-ce que l’art numérique“. A la fin de la semaine, vous pourrez retrouver un nouvel onglet sur la page de veille : “SearchTools“. Il s’agira d’un lieu où vous pourrez retrouver les outils de recherches et de visualisation de données les plus pertinents en ce qui concerne les arts “numériques” et “multimédiatiques”. Des premiers exemples vous attendent déjà avec les nombreuses recherches d'”Exalabs” (“Constellations“, “Wikifier“, “Chromatik“, “Tweepz“, “Voxalead“…), comme vous pourrez le constater, c’est une des entreprises les plus prolifiques du moment dans ce secteur. Mais il y en a des centaines d’autres (et je n’exagère pas), moins prolifiques mais tout aussi intéressantes.

Pour aujourd’hui donc, une petite revue bimensuelle du portail de veille arts-numeriques.info, présentée sous la formule “tag” habituelle.

  • Magazines – “Adrien Mondot ( X Y Z T ). Installations numériques“. Si vous n’avez pas pu le voir au Cube festival, c’est l’occasion de l’expérimenter à Valence. Ceci dit… y avait-il encore besoin d’en parler, puisque tout le monde l’a déjà fait mille fois ? et que la profusion des “reactables plug and play” permettant de faire “la même chose et mieux garanti sans bug” commence à profusionner ? C’était en gros et pour résumer, la réflexion d’une de mes amie qui revenait du Cube Festival.
    J’ai eu un petit sourire moqueur face à ce qui me semblait être une évidence et j’ai balayé la réflexion en deux phrases (il faut bien avouer que je trouve le parcours et la recherche d’Adrien très captivants). Mais j’y ai repensé…   ça n’est pas une “si bête réflexion”, et si elle se pose déjà depuis un certain temps, il me semble même qu’elle va se poser de plus en plus.
    Ca n’est pas encore très clair dans mon esprit, mais il n’y a qu’à prendre le dernier “Red Bull Off the Planet” (ça n’est qu’un petit exemple), pour voir qu’un certain “art numérique” de type événementiel commence à être extrêmement présent (même dans le cadre d’événements soutenus par les “pouvoirs publics”) , et que si l’art dit numérique interroge le concept d'”art” , il me semble qu’il est intéressant de le voir lui-même remis en question par ce type de productions (voir aussi le déjà-cité “Creators Projects“, encore plus ambigü –> article du 11 sept. 2010). De là à voir naître un mouvement PopArtNum… (certains artistes “numériques” ont depuis pas mal de temps déjà, ouvert des “shop” avec des produit plug and play)… j’y reviendrai.
  • Conferences – “Art et Sciences, figures d’un malentendu” lors de la “Fête de la science” édition 2010. Une conférence du philosophe Jean-Pierre Cometti. Ce “thème” cher à tous les festivals d’arts dits “numériques” (où l’on retrouve toujours au moins une table ronde sur le sujet) est évidement au coeur d’un débat, qui prit sous un certain angle, peut être sans fin, prit sous un autre, n’a pas lieu d’être. L’entre deux laissant la place à des moments passionnants.

.

Vague Terrain – neural.it – Magnetic Room – promotionculturelle.ch – e-critures.org

 BONUS, DATABASES  Comments Off on Vague Terrain – neural.it – Magnetic Room – promotionculturelle.ch – e-critures.org
Oct 052010
 

Open Call for Networked Art

Le blog se met en mode stand by. Trop de travail pour pouvoir écrire des articles fouillés.
Cette pause me permettra de reprendre des liens simples présentés par tags.

.

Pour aujourd’hui, ça sera un peu de magazine, du blog,  un peu de WebTV et de la base de données.

.

  • Magazines – “Vague Terrain” : “For better and worse this project is neither peer reviewed nor funded“… un magblog lancé en 2005 par les entre-autres artistes Neil Wiernik and Greg J. Smith. A raison d’une dizaine d’articles très courts par mois, le blog suit l’actualité, mais surtout les envies de ses auteurs. Mais le projet pose avant tout une série de questions sur lesquels il se penche dans des articles beaucoup plus fouillés et réuni sous l’appellation “Journal” (parution aléatoire). Enfin, une section “audio edition” reprend des interventions audio d’artistes contenu son/musique (entre 20 et 60 minutes).
  • Blogs – A l’instar de “We Make Money Not Art“, le blog “neural.it” diffuse de l’info, des critiques, des avis… C’est bref, efficace et ça ne vous prendra surtout pas la tête, c’est pas fait pour.
  • WebTV – J’aime plutôt bien quand des “gens” décident de créer une radio ou une télé maison où ils ne montre “que ce qu’ils aiment”. Le projet “Magnetic Room” se base sur des interviews filmées. Il a débuté en 2008 et aujourd’hui, “le thème du « numérique », de la création liée au numérique, s’impose comme un leitmotiv de tous les entretiens“.
  • Databases – en Suisse, quand vous voulez trouver de l’argent pour un projet artistique, il est difficile de ne pas penser “Pour cent culturel Migros“. Et quand on cherche une base de données -options Arts et Culture- du pays, ça n’est pas étonnant que ça se passe aussi de ce côté (en association avec l’Office fédéral de la culture tout de même).  Le site “promotionculturelle.ch” est “un répertoire de plus de 5 000 adresses destiné à toute personne active dans le domaine culturel“. Ca n’est pas très pratique à l’utilisation, mais ça a au moins le mérite d’être sans fioriture et d’offrir de la matière.
  • Databases – “e-critures.org” : un site qui est dédié à la “littérature informatique (numérique, électronique,…), c’est-à-dire la littérature qui ne pourrait pas exister sans ordinateur“.  Bases de données d'”oeuvres” et de “textes”. Possibilités de soumission et d’inscription à la liste des membres.

.
flux rss magazine Vague Terrain
[rssinpage rssfeed=’http://feeds2.feedburner.com/vagueterrain’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

flux rss magazine Neural
[rssinpage rssfeed=’http://feeds.feedburner.com/NeuralMagazine?format=xml’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

Oct 022010
 

Le blog se met en mode stand by. Trop de travail pour pouvoir écrire des articles fouillés.
Cette pause me permettra de reprendre des liens simples présentés par tags.

Divulgação - A. Menicacci

.

Un peu de structure, de magazine, de doc, de soft et de portail sera le menu du jour où la nuit se fait blanche.

  • Dictionnairies : “foldoc.org“, 14855 terms à ce jour, c’est un gros “computing dictionary” dont le dernier update date d’il y a une quinzaine de jours.

.

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : Call For Artists’ Works: Celeste Prize 2010 – Italy – deadline le 10 oct. 2010

…………………………………………………………………………….

Oct 012010
 

Le blog se met en mode stand by. Trop de travail pour pouvoir écrire des articles fouillés.
Cette pause me permettra de reprendre des liens simples présentés par tags.

.

BAC festival - Barcelone

Pour aujourd’hui, ça sera un peu de galerie, un peu de littérature, des blogs, du festival, une structure et des vielles bécanes…

.

  • Databases : “Litterature audio.com” : plus de 1400 livres audio gratuits. De quoi faire quelques tests avec des voix.
  • Festivals : “BAC“, le festival d’arts contemporains de Barcelone (Centre “La Santa“), s’intéresse aussi bien à la vidéo, aux installations, au stop motion ou aux “Analogical Textures”… Encore peu de “labellisé” digital interactif numérique ou sonore… mais il me semble que ça n’est pas par manque d’intérêt. Le festival vient de clôturer son appel à projet pour l’édition 2010 et il faudra vous faudra donc attendre jusqu’au mois de juillet 2011 pour le prochain appel (voir les archives des années précédentes sur la page d’accueil).
  • Bonus : “old-computers.com“, un musée de l’ordi personnel et familial. C’est pas le seul endroit, mais si vous chercher des infos, vous pouvez même contacter directement l’équipe, ils prennent un réel plaisir à répondre à vos questions.
  • Documentation : Le blog “artsthree.com” et plus précisément sa rubrique “art digital” qui prend le temps de s’étayer et de fouiller la matière. Une quinzaine d’articles à lire. Dates de parutions : début 2009 à mi 2010, du tout récent. Vous en retrouverez pas mal d’extraits dans la suite “… qu’est-ce que l’art numérique“.
  • Structures : “Virtueel Platform”  veut stimuler et de renforcer l’innovation culturelle, en partageant les connaissances sur l’e-culture afin d’accroître sa visibilité et son champ d’application. Pour ce qui est du portail Web, ça ne sera pas l’exhaustivité (loin de là) et il y a des petits bug de tant à autres,  mais l’outil est pensé et ça se voit, ça se sent et j’espère qu’ils ne vont pas s’arrêter en si bon chemin. Le projet n’est évidemment pas que sur le Web, il coproduit par exemple des rencontres comme la “e-culture-fair“. Liens : Virtueel Platform channel (youtube)

.
flux rss artsthree rubrique art digital
[rssinpage rssfeed=’http://www.artsthree.com/taxonomy/term/169/0/feed’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

flux rss Virtueel Platform
[rssinpage rssfeed=’http://www.virtueelplatform.nl/rssfeeds’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : Appel à projets d’exposition – Espace “Les Territoires” – Canada – deadline le 18 oct. 2010

…………………………………………………………………………….

Art numérique en Allemagne – Xavier Coton links – lequai.tv – Revue [Plastik] Art & Science – Liste de diffusion "Sensitif"

 BONUS  Comments Off on Art numérique en Allemagne – Xavier Coton links – lequai.tv – Revue [Plastik] Art & Science – Liste de diffusion "Sensitif"
Sep 292010
 

Le blog se met en mode stand by. Trop de travail pour pouvoir écrire des articles fouillés.
Cette pause me permettra de reprendre des liens simples présentés par tags.

.


Cette pause reprendra des liens repris par tag ou thème du blog :

  • Cimetière : Un site qui avait une certaine réputation voici quelques années déjà. Xavier Coton, enseignant, avait référencé sous forme de simples listes une série impressionnante de liens (informatique/électronique/électricité). Beaucoup sont aujourd’hui brisés, mais il reste pas mal de matière malgré tout, et surtout beaucoup de pistes. Vous y trouverez des cours et de la doc, des fabricants de matériel, des trucs et des astuces en tous genres…
  • Softwares : “Guide CMS“, qui se définit comme “la base de données référentielle la plus complète en matière de PGC (Progiciels de Gestion de Contenu)“. Je vous en présenterais d’autres, mais c’est vrai que c’est un must dans le genre.
  • MailingLists : “liste Sensitif” de Artsenses.org, une liste de diffusion consacrée aux “esthétiques et technologies liées à l’interaction temps réel dans tous les champs artistiques“.

.

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : ESPACIO ENTER CANARIAS, International Festival of Creativity, Innovation & Digital Culture – deadline le 15 oct 2010

…………………………………………………………………………….

Documentation scientifique : Persée, revues.org, érudit… – Web

 DATABASES  Comments Off on Documentation scientifique : Persée, revues.org, érudit… – Web
Sep 222010
 

art & science - Le Monde.fr

Je vous avais présenté Européana il y a une dizaine de jours (post 12 sept. 2010), base de données répertoriant plus de 6 millions de documents de différents formats informatiques. Aujourd’hui, je m’attacherais à la publication scientifique format texte. Je pense que l’article vous donnera quelques portes d’entrées le jour où vous aurez besoin de faire une recherche.

Commençons donc par le commencement : les moteurs de recherches (vous pourrez les retrouver sur le portail www.arts-numériques.info – onglet : Veille Web)

.

Si vous avez le titre d’un livre, il est évident qu’un simple moteur de recherche vous fera ressortir les entrées principales, mais si vous devez faire une recherche par mots clés, il est toujours bon de consulter des bases de données de publications. Celles que je vous présente ici vous donneront des documents accessibles la plupart du temps en texte intégral, à la lectures et/ou au téléchargement (version pdf image le plus souvent).

Les liens repris ci-dessous font partie d’un réseaux d’acteurs complémentaires qui partagent une partie de leurs données. Je vous en présenterais d’autres.

.

Collections de liens sur les bases de données, revues, thèses, moteurs de recherches…

.

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : Tokyo Wonder Site Aoyama – Creator-in-Residence Calling of the Research Residency Program 2011 – deadline 31 oct. 2010

…………………………………………………………………………….

.

Leonardo (part1) – Olats : Observatoire pour les Arts et les Techno-Sciences

 DATABASES, STRUCTURES  Comments Off on Leonardo (part1) – Olats : Observatoire pour les Arts et les Techno-Sciences
Sep 182010
 

Frank J. Malina

site web : www.olats.org
.

“Leonardo/Olats” est “la branche française de Leonardo/Isast” (article à venir). Le projet se définit comme un “site de publication … dans le domaine art, science, technologie“. Je ferais rapidement le tour de cette “branche” francophone, qui, bien qu’ayant un intérêt en terme de contenu, se révèle malheureusement assez pauvre et présente une interface datant du “moyen-âge” du Web, ce qui ne facilite pas les choses. Il faut dire que je n’étais jamais revenu sur le site depuis que je l’ai encodé, alors que je passe assez régulièrement sur le site anglophone. Vous comprendrez pourquoi.

Avant de commencer, il serait bon de ne pas oublier que je n’ai pas voulu tenir compte du fait que “Olats” est un projet “qui date” et qui n’a, semble-t-il, pas été mis à jour depuis longtemps. Je l’ai pris, comme c’est mon habitude :  tel quel, à la lueur de ce qui existe et pourrait se faire aujourd’hui.

Mon constat peut donc sembler assez dur, et j’aurais pu prendre un tout autre angle d’attaque : Olats (le site) témoigne d’une réelle volonté de se saisir de l’outil Web à ses presque débuts, d’une volonté de réflexion, de recherche et de partage. J’aurais pu voir ce site comme un bâtiment faisant partie du patrimoine collectif, dans lequel on a beaucoup investit et qu’on laisse aujourd’hui se détériorer petit à petit.

Je voudrais donc, en guise d’introduction, vous proposer un texte, datant de 2004, mais plus que jamais d’actualité : “Modes de survie de l’Internet culturel“, déposé sur le site du magazine “Périphéries” (publié par Mona Chollet et Thomas Lemahieu). Vous pourrez d’ailleurs y retrouver une intervention d’Annick Bureaud, directrice de Leonardo/Olats.

Parenthèses : Il me semblait aussi important de commencer à vous montrer mes outils de travail. Ils sont composés de “bric et de broc” : des services online, des CMS, des logiciels de mind mapping, de statistiques, des bouts de code, ça ressemble à un véritable chantier sans dessus dessous, où je perds beaucoup de temps à tester tout ce qui existe. Vous comprendrez aussi pourquoi je suis parfois intransigeant quand il s’agit de partager des données et surtout de recherche. Mais commençons d’abord par le sujet du jour.

Leonardo/OLATS : “site web ressource de textes de fonds, d’analyses, de repères et de documentation” .

Les projets

  • Pionniers & Précurseurs” : dans le style du DAM (article du 19 juillet) et du compArt daDA (article du 03 septembre), une histoire des arts dits “technologiques” au travers d’une sélection opérée, cette fois, par les membres du Groupe Frieda Ackerman (qui est simplement le “comité scientifique du projet” : une autre sélection, une autre vision ou une autre histoire de l’Histoire). Une présentation sous la forme d’une pauvre liste alphabétique reprenant une trentaine d’entrées et renvoyant à des liens épars (parfois sortant du site ou carrément brisés). Aucun filtre et aucun outils de recherche spécifiques. On a du mal à croire que le projet à été ou est toujours soutenu par l’UQAM, l’Université de Paris IV-Sorbonne, la Fondation Langlois ou la Fondation Rockefeller. Contrairement au “DAM” et à “compArt daDA”, il y a ici (un peu) plus de matière première, mais encore une fois, même google vous donnera plus d’infos.
  • Etudes & Essais” : Un ensemble d’une vingtaine de textes théoriques sans ligne éditorial claire. Ni optimisés pour la lecture à l’écran, ni pour l’impression et pas de téléchargement prévu. Un peu de travail pour les extraire et leurs donner un format standar et/ou référençable n’est pas inutile, car les textes en valent la peine. A noter aussi le projet “Les Basiques“, qui pourrait faire penser à “tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur…” ou la collection “… pour les nuls”. Dommage qu’il n’y ait que 3 textes, c’est un peu court.
  • Repères & Ressources” : une base de données “dictionnaire, guide, sélection d’oeuvres majeures, de sites incontournables, de concepts émergents“… si vous avez le courage de parcourir des listes. Heureusement, il n’y a pas beaucoup de matière et vous aurez vite fait le tour. Aucun outil de recherche évidemment.
  • Fondements Culturels de la Mondialisation : “programme de recherche et d’édition sur la mondialisation dans ses fondements intellectuels et artistiques, historiques et actuels” : encore une fois, le but est de réunir un ensemble de document sur le sujet (internes et externes). Et encore une fois, online, on ne voit pas très bien ce qu’il en ressort puisqu’une simple recherche Internet sur le sujet nous donne une multitude de sources majeures, qui ne sont pas reprises dans la petite dizaine de liens d’Olats.
  • Jasmin est un “réseau d’artistes, de scientifiques, d’ingénieurs et de théoriciens travaillant dans la relation art, science, technologie dans le bassin méditerranéen (Afrique du nord, Proche et Moyen Orient, Balkans et Europe du sud)“. Il possède une liste de diffusion. En activité certaine jusqu’à 2009.
  • Space and The Arts” : qui s’intéresse à l’ “Art Spatial” et qui possède aussi son propre site : www.spacearts.info (dernière new datant de 2006), avec sa base de données d’artistes. A noter aussi, les Workshops Rencontres du 13 avril“.
  • Un outil de recherche général est présent au bas de la page.

Leonardo/Olats sur la toile

Leonardo/Olats networks

Olats est clairement un projet du début des années 2000, dans la lignée de DigiArts. qui le référence d’ailleurs (avec une ancienne adresse). Le site donne l’impression de s’être arrêté avant l’apparition du “web 2.0” et les dates des documents (ou des projets) laissent à penser que son activité à cessé aux alentours de l’année 2008 (bien qu’on puisse encore trouver quelques rares publications ultérieures).

Présenté comme un projet toujours en cours, et surtout lié à  Leonardo/Isast, il me semble pourtant qu’il trouvera tout à fait sa place dans mon prochain “Cimetière des Projets“. Quant à la structure qui soutient le site : je n’ai trouvé aucune réelle actualité sur le Web.

(à suivre)
.
flux rss Leornardo Electonic Almanach
[rssinpage rssfeed=’http://www.leoalmanac.org/index.php/lea/rss_2.0′ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : Atelier-résidence de création participative autour de la MAO et des outils numériques proposé par émaho et Seconde Nature – France – deadline 15 octobre

…………………………………………………………………………….

Continue reading »

Europeana – Web – Union Européene (part one)

 BONUS, DATABASES, Europe  Comments Off on Europeana – Web – Union Européene (part one)
Sep 122010
 

www.europeana.eu

site web : www.europeana.eu
.

Il me semblait important de passer en revue les outils que l’ “Europe” met à notre disposition pour nous faciliter les tâches. Ca ne va pas être une sinécure et il sera de toute façon difficile d’en faire le tour, puisque de nouveaux projets et structures apparaissent constamment. Malgré un budget conséquent alloué à la communication, l’Union Européenne peine à être “proche” de ses concitoyens. Il n’est donc pas étonnant qu’on ait souvent l’impression que les “projets européens” soient réservés à de grosses structures culturelles, ou qu’il s’agisse de projet longs et fastidieux… C’est vrai dans une certaine mesure, mais ça n’est pas toujours le cas.

Pour commencer cette nouvelle série, et en guise de bonus week-end, je vais m’attaquer à un projet Web : le portail Europeana, bibliothèque numérique européenne. Souvent présenté comme une réponse de l’Union dans le débat sur “la diversité culturelle et la protection du patrimoine libraire rare face à la vulgarisation des ouvrages commerciaux” (ou comme une réaction face à des projets tels que « google book »), Europeana est encore en phase beta et comme vous le verrez dans cet article, ça se sent.

Pour en savoir plus sur le projet :

.

Et donc : auriez-vous pu répondre à la question : “Qui propose des idées et des sources d’inspiration en vous reliant à 6 millions d’objets numériques ?”, si la réponse n’était pas reprise dans le titre de cet article ? Sans doute que, comme moi, vous n’auriez pas pu. Difficile de vous blâmer, une seule entrée ressort lorsqu’on fait une recherche “art numérique” sur Europeana, une douzaine sur “digital art”, mais qui ne correspondent aucune au sujet proprement dit et même qui en sont très éloignées.

Mais par contre, si vous tapez “festival”, vous pourrez trouver plus de 13 000 entrées, dont le festival “ars electronica” par exemple. Même chose si vous chercher “max msp”, six entrées au résultat et si vous cliquez sur la première et puis sur l’option “objets en relation”, vous commencer à voir apparaître plus de 150 000 résultats de réponse. Y aurait-t-il comme qui dirait un bug quelque part où les arts dit numériques ne seraient-ils pas (encore) une “source d’inspiration” ?

Comme souvent, malgré un petit outil de recherche avancée, la filtration des résultats n’est pas à la hauteur (surtout face à une masse d’informations aussi importante). Associé à un taggage des données minimal et qui n’est apparemment que très peu, ou mal soutenu par des outils sémantiques, on se retrouve à devoir sortir la pince à épiler pour trouver de la matière sans devoir y passer la journée. Aucune liste de mots clés expliqués (ontologie) n’est proposée, tout juste a-t-on droit à des proposition de tag lorsqu’on tape les premières lettres d’une recherche. Pas évident donc de se faire une idée d’ensemble et il faudra de toute façon passer un temps à naviguer à l’aveugle pour enfin trouver des chemins détournés qui vous feront sortir quelques résultats.

Parce que voilà, on sent tout de suite qu’il y a de la matière, beaucoup beaucoup de matière et qu’elle peut être utile à un moment ou à un autre.
.

Digressions

La question que je me suis posée était de savoir pourquoi je viendrais faire mes recherches sur Européana, alors que mon super ami google me permet théoriquement d’y accéder et qu’il m’offre en complément les autres ressources disponibles. Ca n’est évidemment pas la possibilité d’ouvrir un compte et de sauvegarder le tout dans mon profil : est-ce vraiment utile à l’heure des services de bookmarks online ?

J’ai donc fait plusieurs tests. Lorsque je tape “PICASSO PHOTOGRAPHIES PARIS MUSEE PICASSO” (ressource Europeana) avec les guillemets dans google, la ressource Europeana ressort en premier, mais si j’enlève les guillemets, rien dans les 500 premiers résultats de recherche. C’est bien pire lorsque les recherches sont “moins connues” ou les termes utilisés plus simples, ça se résulte la plupart du temps par aucun référencement d’Europeana par google. Je n’ai pas le temps de faire des tests approfondis, et je ne voudrais pas lancer de fausses rumeurs, mais il me semblerait normal que google (bien qu’il s’en défende) ne privilégie pas vraiment les ressources d’Européana, ça serait logiquement “la réponse du berger à la bergère”.

Très vite un cercle vicieux se met en place suivant la logique google et l’alibi est tout trouvé : puisque les internautes ne choisissent pas Européana comme source, qu’ils ne peuvent pas vraiment choisir puisqu’elle n’apparaît pas, il est normal que cette dernière se retrouve en fin résultats de recherche… c’est l’histoire de l’oeuf et de la poule. Il existe pourtant des moyens assez simples pour briser ce cercle vicieux, car, on peut toujours accuser google de tous les maux, mais si un site avec plus de 6 millions de pages a des problèmes de référencement, c’est tout simplement qu’il a des problèmes de référencement : “pierre qui roule, pierre qui roule”.

mettre en place une véritable campagne de référencement et pourquoi pas, utiliser ça et là le “google bombing”

le “google bombing” est tout à fait à la

Une solution pour palier à ce problème et “forcer” google pourtant que l’équipe d’Europeana

A voir aussi

.

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : Cyber Human Forms – Web Art Show – Unknow Artist Virtual MuseumNew Media Festdeadline le 16 sept. 2010

…………………………………………………………………………….

.

Sep 112010
 

Image Fulgurator - Julius von Bismarck

site web : thecreatorsproject.com
.

Petit bonus du week-end, à consommer avec modération.

Bienvenue dans l’an 1” .

Parce qu’on est jeune -ou moins jeune, mais branché- connecté, interfacé phasé lié réuni et que le monde est merveilleux, qu’on adore les innovations pleines de couleurs et de trucs qui bougent dans tous les sens interactivement linkés à tout ce qui passe, qu’on kiffe la musique qui fait boum et le VJing dans le noir et qu’on vit à cent à l’heure parce qu’on a les moyens et le dernier iphone pour lequel on a déjà créer au moins 5 applications indispensables mais très dispensables…

Effectivement, ça sent la pub Bacardi et “Parce que tu l’vaut bien” tout droit sorti de ces fanzines powered by adobe… Pour être plus précis et citer des noms, c’est du magazine Vice exposant Intel inside.

Je vous laisse regarder le Teaser, sourire ou pleurer un peu devant les arts du cliché… et après, on essaiera de faire un tour rapide, parce qu’au-delà du premier coup d’oeil, je pense qu’il serait dommage de jeter le “bébé avec l’eau du bain”.

Welcome to the creators project, you’re one” .

.

.

Il suffit de lire le communiqué de presse du projet pour se rendre compte que ce dernier s’est donné comme objectif de frapper fort et de partir “à l’assaut du monde”, d’un certain monde en tous cas. Et en ces temps de crises et de restrictions budgétaires tout azimut, c’est du côté de l’événementiel très grand public (real and virtual life) que ça va se passer. Ici, on ne fait pas dans la dentelle, il faut que ça marche, que ce soit efficace et que ça en jette un max.

Si le projet surfe clairement sur l'”artiste star”, sur des oeuvres qu’on fait briller de cent mille leds, sur le gigantisme et  la musique sur laquelle on peut s'”éclater”… il n’empêche que son portail Web parle aussi du projet “Dorkbot” (voir article du 12 juillet 2010), de l’institut des installations expérimentales de l’UDK de Berlin… et présente quelques artistes que l’on peut également retrouver dans des festivals beaucoup moins “people”. Bien sûr, ça reste en filigrane, surtout ne pas rentrer dans le fond du sujet : ça doit être accrocheur et rapide, le public cible étant, de ce côté de la réalité, l’internaute communautaire lambda.

Ceci dit, on peut lire que le projet n’est pas seulement un producteur d’événements et une WebTV, mais aussi “un studio de créations artistiques, et une fondation pour l’art qui visera à faciliter la production et la diffusion d’œuvres avec l’aide de ces artistes et de leurs collaborateurs“. Je suis donc partagé entre, d’une part, mes premières impressions d’une enième WebTV, qui, bien que proposant un outil plus abouti que tout ce que j’ai pu voir jusqu’à maintenant, ne me convainc pas vraiment par son contenu (en comparaison d’arteTV par exemple – voir article du 29 août 2010), et d’autre part, un projet qui a les moyens d’étendre facilement son champ d’investigation (ou le resserrer) pour proposer un matière plus pointue, moins généraliste et dont le projet global semble dépasser de loin une simple présence online. De plus, “The Creators Project” est ouvert aux collaborations, si vous avez des idées, c’est le moment de voir si un partenariat est envisageable. Parce que, même si le projet est apparemment à “durée limitée”, il y a de fortes chances que ça ne s’arrête pas là.

Petit tour rapide du propriétaire dans l’état actuel

Pour une fois, je ne voulais pas lire les articles de presse avant de m’être fait ma propre première impression. Je reviendrais sans doute dans quelque mois sur ce projet, avec un recul et plus d’informations. En attendant, je terminerai sur deux articles, si vous voulez en savoir plus.

.
flux rss
[rssinpage rssfeed=’http://thecreatorsproject.com/fr/rss.xml’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Nouvel outil en test pour proposer une veille sur Twitter : www.netvibes.com/arts-numeriques#twitter_list

…………………………………………………………………………….

.

Festival Longueur d’ondes, les Immédiatiques – Web – Brest

 CALLS, FESTIVALS, STRUCTURES  Comments Off on Festival Longueur d’ondes, les Immédiatiques – Web – Brest
Sep 092010
 

www.longueur-ondes.fr

site web : www.longueur-ondes.fr
.

Hurry up. Voilà une deadline qui intéressera ceux qui ont des projets radiophoniques en vue.

L’association “Longueur d’ondes” est née du projet de la revue “Une larme du Diable” : “floue à tel point qu’une manifestation autour de la radio et de l’écoute naquit en novembre 2003 et que l’idée-de-revue fut mise de côté“. Aujourd’hui, le numéro deux de la revue est annoncé pour décembre 2010 et le festival “Longueur d’ondes”  se prépare pour sa huitième édition. “Remettre à demain ce qu’il est impossible de faire aujourd’hui”, ça porte apparemment ses fruits (ça n’est pas vraiment la procrastination de Mike Wyeld, que je viens par hasard de revoir avec plaisir et que je salue au passage…). J’en reviens donc à cette deadline, fixée pour le 25 septembre : “le prix Longueur d’ondes – Nagra France Audio“.

A noter également : “Les Immédiatiques“, projet de “tables rondes” qui en sont à leur troisième édition.

Autres liens :

.
flux rss
[rssinpage rssfeed=’http://www.longueur-ondes.fr/spip.php?page=backend’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : Arteles Residencies 2010/2011 – Arteles – Finlande – deadline le 17 sept. 2010

…………………………………………………………………………….

Info à faire passer : nod-a (voir article du 25 août 2010) recrute

…………………………………………………………………………….

.

artservis, Web – SCCA, Center for Contemporary Arts, Ljubljana

 CALLS, DATABASES, FESTIVALS, STRUCTURES  Comments Off on artservis, Web – SCCA, Center for Contemporary Arts, Ljubljana
Sep 082010
 

PlatfromaSCCA

artservis : www.artservis.org
SCCA, Center for Contemporary Arts – Ljubljana : www.scca-ljubljana.si

.

Êtes-vous impliqué dans les arts contemporains, recherchez vous des fonds, des connaissances, ou des possibilités de collaboration ? Vous êtes au bon endroit“, c’est par ces mots que vous accueille la page Web du projet slovène “artservis ” lié au “SCCA – Center for Contemporary Arts“.

Que peut-on y trouver ? Eh bien, s’il vous prenait l’envie de développer un projet en Slovénie et plus particulièrement à Ljubljana, c’est une excellente porte d’entrée : vous y trouverez tout ce que la ville et le pays compte comme structures culturelles, en tous cas pour ce qui est des principaux. C’est dommage que le site ne vise pas l’exhaustivité en lien directs et qu’il s’arrête en si bon chemin (il suffirait de peu et vu la taille du pays, il y a moyen) .

Si on s’en tient au Web, un service de veille est mis en place et les deadlines sont accessibles directement sur la première page, ainsi qu’en newsletter ou en flux RSS. Rien de vraiment exceptionnel dans les infos proposées (plus ou moins les mêmes qu’ailleurs), et bien que “artservis” se veuille International, c’est surtout une page qui servira aux slovènes qui préféreront se rendra là, plutôt qu’ailleurs. Une recherche dans la base de données est également possible et vous y trouverez, comme toujours, quelques “exclusivités”. Le flux RSS est dès à présent accessible sur le portail www.arts-numériques.info.

Autres liens “artservis” et “SCCA”

.
flux rss artservis
[rssinpage rssfeed=’http://www.artservis.org/rss.asp’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : Sound is art – Phonurgia Nova awards 2010 – France – deadline le 15 oct 2010

lire l’appel en français

…………………………………………………………………………….

.