Transonic, le nouveau label indépendant lancé par Transcultures

 FESTIVALS  Comments Off on Transonic, le nouveau label indépendant lancé par Transcultures
Nov 162012
 

Transcultures (Centre des cultures numériques et sonores, Mons) est très fier de pouvoir soutenir Transonic, un nouveau label indépendant dédié aux musiques électroniques, organiques, poétiques… et aux sons “autres”.

Transonic veut proposer des objets sonores, des événements spécifiques (concerts, performances, showcases,…), des œuvres et manifestations hybrides (installations, conférences, collaborations inter disciplinaires…) en Belgique et à l’international.

Cette volonté affirmée de compléter le circuit de distribution des musiques éditées par le label, par la diffusion des artistes qu’il accueille (ou des talents dont Transonic se sent proches) s’appuie sur l’expérience et le réseau (belge et international) de Transcultures , ainsi que sur l’expérience personnelle de Gauthier Keyaerts et de Philippe Franck qui coordonnent le label.

Interview des deux protagonistes…

Pourquoi lancez un nouveau label à un moment où les maisons de disque et le marché du disque sont en pleine crise ?

Gauthier Keyaerts Fragment 37-43
Gauthier Keyaerts : Par habitude, éducation, passion… ? Pour moi, un disque, c’est un processus complexe: création, répétitions, enregistrement, mastering, design, manufacture… Tout se fait de nos jours vite, à l’aide de software qui composent quasi à la place des “musiciens” (le cri de guerre des applications actuelles). Plus besoin de maison de disque, il y a Soundcloud ou Bandcamp. Un sacré bordel ou le meilleur côtoie le pire. Personnellement je comprends que cette manière de faire existe, mais elle ne me parle pas. Créer un label, financer des disques physiques, me semble normal. Cela prend du temps, de l’argent, une stratégie. Celle ou celui qui accepte cela affirme une certain responsabilité, assume son propos.

Il y a une différence entre farcir le public de contenu (flux continu), et lui proposer de s’arrêter un instant. De lire des notes de pochette ou un LP coloré… Je n’écoute pas de musique en MP3, j’achète encore des vinyles, des cassettes quand c’est possible. Je produis de la musique à partir de platines, de lecteur de bandes- magnétiques, de plein d’objets désuets. Bien entendu ma médiation de fait via un ordinateur. J’aime prendre la voie difficile… Le label fait partie de ce “sacerdoce”. Mot curieux pour un non croyant!

Philippe Franck : En tant que directeur de Transcultures et musicophage, j’ai soutenu pas mal de productions de disque d’artistes sur différents labels (Sub Rosa, Tiramizu, Tsuku Boshi, Interzone…) ces dernières années. Je ne le regrette pas mais finalement tant qu’à s’impliquer autant peut être aller jusqu’au bout, en donnant naissance à ce nouveau « projet » soutenu par Transcultures mais qui a aussi une certaine autonomie. A un moment donné où le marché du disque tel qu’on la connu encore florissant voici quelques annes est en crise, nous avons ressenti, après avoir participé Gauthier et moi à beaucoup d’expériences artistiques et musicales, d’assumer cette passion sans doute assez folle guidée par l’amour d’une musique libertaire et exigeante mais aussi de ceux qui en défendent une certaine idée singulière, en tentant de structurer d’avantage ces aventures sonores sous une même bannière.

Nous avons donc lancé ce label assez « unlabelled », varié mais cohérent j’espère dans la durée, de donner aussi à ces sons une certaine enveloppe et d’en faire de beaux objets signifiants, une forme d’artisanat qui est peut être la seule opposition certes modeste mais obstinée à une forme de dématérialisation (si pour être plus généreux bravo, si c’est pour niveler, voire amoindrir les qualités, c’est non !), voire dévalorisation croissante du travail musical contre lequel nous réagissons avec une certain audio activisme.

 

lire la suite de l’interview sur le site de Transonic

Jan 072011
 

www.arts-numeriques.info

site : www.arts-numeriques.info
.

Ce nouveau portail regroupe toutes une série d’informations que j’avais déjà mise en ligne ailleurs (sur netvibes notamment). Plus clair, plus simple et beaucoup mieux fourni, il est essentiellement un lieu d’information qui vous redirigera, le plus rapidement possible, ailleurs.

C’est un outil personnel et privé que je partage, et qui j’espère vous sera utile. En attendant des outils plus efficaces, il me semble que c’est une bonne porte d’entrée vers les arts dits “numériques” à l’heure où l’on commence de plus en plus à parler d’un certaint post-“art numérique”.

www.arts-numeriques.info en quelques points ;

  • deux onglets (calls1 et calls2) qui reprennent les sites principaux qui émettent des appels à projets ou à résidences, avec une veille web et deux moteurs de recherche centrés sur une cinquantaine de structures. Plusieurs focus sur les arts numériques ou multimédias.
  • un onglet arts numérique ? qui reprend une anthologie des textes francophones online sur les arts numériques, une veille web bibliographique et plusieurs veilles web général, des vidéos d’oeuvres, d’interviews, des photos, un moteur de recherche centré sur l’anthologie.
  • un onglet mags et un onglet blogs qui reprennent une cinquantaine de médias diffusant de l’information spécifique et un moteur de recherche centré sur ces médias
  • un onglet social networks qui reprend une veille sur les médias sociaux avec un moteur qui centré sur quelques 700 réseaux sociaux.
  • un onglet webtv & radios qui présente une vingtaine de médias tv et radios et un moteur de recherche centrés sur une centaine de chaînes de télévisions et de radios
  • un onglet networks qui vous présente les informations des plus grands réseaux “arts numériques” et deux moteurs de recherche centrés sur ces derniers.
  • un agrégateur qui vous permet de faire des recherches dans les flux.
  • une page d’accueil qui fait un focus sur tous les onglets. Cette dernière se transformera certainement au fil du temps en une espèce de mag qui reprend les infos les plus importantes du portail.

il me reste à compléter les onglets suivants : structures et festivals ; databases ; focus : Belgique ; info-tech-science ; hard/softwares ; searchtools ; et à entièrement revoir les flux de l’agrégateur pour les faire correspondre à ceux du portail.

Les temps de chargement des pages du site peuvent être parfois un peu longs, c’est normal puisque le masse d’informations est conséquente. Pour ne pas rallonger ces derniers, le portail updatera ses flux 2 fois par jour.

Ce blog est repris dans un onglet du portail et son flux sur la home page, vous pourrez donc le consulter là-bas. Son rythme de parution sera espacé au profit des différents outils que fournit le portail.

J’ai été très heureux d’apprendre que le R.A.N. (voir post du 20 sept.2010) lançait son premier appel à projet, il me semblait bon de le signaler pour conclure cet article : deadline le 01 mars 2011.

Si vous trouvez ces infos intéressantes : ne les gardez pas pour vous, partager-les !

Réseaux ARPAN : Association Régionale des Professionnels des Arts et des cultures Numériques (part1)

 FESTIVALS, STRUCTURES  Comments Off on Réseaux ARPAN : Association Régionale des Professionnels des Arts et des cultures Numériques (part1)
Dec 222010
 

Carsten Nicolai @ Seconde Nature

site web : www.arpanpaca.org
.

Je continue donc mes introductions rapides aux différents réseaux.

ARPAN est d’abord et avant tout un site qui vous tient informé en temps réel des membres de son réseau. Ca aurait pu prendre un peu plus de place (une page dédié entièrement aux flux, ou incorporée dans un agenda aurait été jusqu’à friser la perfection), mais la mise à disposition de l’actualité des membres a au moins le mérite d’exister et d’être, de plus, très sobre (comme le reste du site d’ailleurs).

Le réseau, quant à lui, a été fondé début 2007 par une dizaine d’acteurs de la région “Provence Alpes Côte d’Azur”. Pour ne pas faire doublon, je vous renvoie vers le site et trois articles de Philippe Baudelot (à lire en dessous du texte de présentation du RAN) : Lancement d’ARPAN, Association Régionale des Professionnels des Arts et des Cultures Numériques ; Rencontre ARPAN et Lettre ouverte d’ARPAN.

membres du réseaux (structures only)

Ryoji Ikeda @ seconde nature

flux rss de l’ARPAN
[rssinpage rssfeed=’http://www.arpanpaca.org/spip.php?page=backend’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’4′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’ rsscss=’color: #666666′]

…………………………………………………………………………….
Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info
Hurry up : Appel à projets Nuit Blanche de Bruxelles 2011 – deadline le 04 mars 2011
…………………………………………………………………………….
.

Réseau NEXT Festival : Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai + Valenciennes

 FESTIVALS, STRUCTURES  Comments Off on Réseau NEXT Festival : Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai + Valenciennes
Dec 212010
 

Fabrice Murgia - Chronique d'une ville épuisée

site web : www.nextfestival.eu
.

A l’heure où la Belgique est en panne prolongée de gouvernement parce qu’elle ne sait pas comment rester unie tout en ne sachant comment faire pour l’être moins, l’Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai regroupe la quasi totalité des compétences possibles, facilitant ainsi la concertation, la mise en place de projets ou la résolution de conflits éventuels. C’est de ce cadre, qu’en 2008, est né le projet NEXT : un festival international qui veut prendre le pouls de l’art contemporain.

Il réunit actuellement 5  structures culturelles organisatrices qui élaborent une programmation ambitieuse, internationale et pluridisciplinaire : arts scéniques, arts visuels, musique, conférences… Le projet veut soutenir les artistes dans leur création et porter une attention permanente aux nouvelles formes artistiques. Pour ce faire, il se revendique comme structure de diffusion, mais également de production.

Dans les faits, il est à noter que les arts scéniques (et la musique festive) y tiennent une très grande place et qu’on n’hésite d’ailleurs pas à le présenter comme festival de arts de la scène (ou festival de danse et de théâtre). Même si les “nouvelles technologies” y sont parfois confinées à un rôle de projection vidéo au service d’écritures scéniques plutôt classiques (voir le néanmoins très intéressant spectacle de Fabrice Murgia “Chronique d’une ville épuisée“), c’est du côté de l’installation “Réanimation” de Thierry Fournier, des “Actor” et “DANCER” de Kris Verdonck ou même de “Youdream” du groupe Superamas… qu’il tente de propose une scène “arts numériques”. Certains membres du réseau actuel étant résolument tournés vers les nouveaux médias, il y a fort à parier que d’autres structures semblables se joindront bientôt au réseau.

Je n’ai, pour l’instant, pas vu d’appel à projets, mais j’y reviendrai quand j’explorerai les différentes structures plus intimement liées aux arts numériques.

Thierry Fournier

Plus d’infos

Membres du réseau (organisation + accueil)

flux rss du Phoenix Valenciennes
[rssinpage rssfeed=’http://feeds.feedburner.com/lephenix_valenciennes’ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

…………………………………………………………………………….
Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info
Hurry up : Appel à Projets DreamShake pour programme courts sur TF1 – deadline 24 déc. 2010
…………………………………………………………………………….
.

Pixelache network (part1) – PikseliÄHKY – Mal au pixel

 FESTIVALS, STRUCTURES  Comments Off on Pixelache network (part1) – PikseliÄHKY – Mal au pixel
Dec 062010
 

Le blog se met en mode “stand by prolongé”. Trop de travail pour fournir des articles fournis… Ca me permettra néanmoins d’introduire différents réseaux “arts numériques” et d’autres moins spécialisés. Cela me donnera la possibilité de vous présenter un des derniers portails provisoires qui sera consacré à à une veille sur ces dits-réseaux.

G. Angelis - M. Sanheira - J. Sirjacq

.

site web : network.pixelache.ac
.

Le festival finlandais Pixelache a été fondé en 2002 par l’artiste Juha Huuskonen. Depuis lors, il est devenu un réseau s’étendant de Helsinki à Medellín en passant par Istanbul ou encore Bergen et rassemble ainsi un véritable vivier d’acteurs (qui sont par ailleurs très actifs chacun de leur côté).

C’est la traduction de PikseliÄHKY en français (littéralement “mal au pixel”), qui servira de titre à la version parisienne du festival. Le site de Mal au Pixel est toujours hébergé par le Centre des Arts Sensitif (CRASLab, qui vous amènera naturellement vers le projet mains d’oeuvres), mais le festival est apparemment aujourd’hui “réalisé” par Art Kill Art (si page blanche, essayez cette adresse) en association avec d’autres partenaires. J’y reviendrai dans l’article qui y sera consacré (voir la vidéo de la conférence de Mathieu Marguerin -entre-autres directeur du festival- ci-dessous).

Comme tout réseau à ramifications complexes, il n’est pas simple de se faire une rapide vue d’ensemble. Mais là où Pixelache Network se différencie d’autres gros réseaux que j’ai déjà abordé et que j’aborderai prochainement, c’est que l’organisation a pensé à nous fournir un portail de veille en temps réel, clair et simple. Comme pour mes portails de veille, vous pouvez y retrouver les flux rss de chacun des lieux, plus une série de veilles Web qui reflètent automatiquement l’activité du réseau. C’est très facile à mettre en place et très efficace. Bien entendu, on pourrait encore améliorer l’outil (au niveau de la veille, de la recherche, de la personnalisation, de la communauté…), mais si tout le monde proposait, ne serait-ce qu’une base de ce type, l’information circulerait déjà beaucoup plus facilement.

Introduction au réseau Pixelache

Membres du réseau pixelache

flux rss de PikseliÄHKY
[rssinpage rssfeed=’http://www.pixelache.ac/helsinki/feed/’ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

Mutek Network (part 1) – ECAS : Mettre en réseau l'art de demain pour construire le futur – I.C.A.S. : International Cities of Advanced Sound

 FESTIVALS, STRUCTURES  Comments Off on Mutek Network (part 1) – ECAS : Mettre en réseau l'art de demain pour construire le futur – I.C.A.S. : International Cities of Advanced Sound
Dec 032010
 

icasnetwork.org

E.C.A.S. : ecas.in
I.C.A.S. : icasnetwork.org

Mutek : www.mutek.org

.

Vous avez sans doute remarqué que le blog tourne au ralenti depuis quelques semaine. Ca n’est pas prêt de s’arranger puisque le travail sur le portail, plus mes différents autres projets ne me laissent que très peu pour alimenter le flux. J’essaierai malgré tout, pour les semaines qui viennent, de poursuivre la série d’introductions aux différents réseaux “arts numériques”. Des articles courts, qui à défaut de donner dans le détail, me permettront de mettre place un des derniers portails bac à sable que j’aimerais vous proposer, celui des réseaux. Il me sera également plus facile, par la suite, de faire des articles plus fouillés sur les différents membres des réseaux abordés.

Je vous propose aujourd’hui d’attaquer Mutek. Et comme d’habitude, il me semblait intéressant de commencer loin, pour se rapprocher petit à petit.

E.C.A.S. – Networking Tomorrow’s Art For An Unknown Future/Mettre en réseau l’art de demain pour construire le futur, acronyme de “Europeen Cities of Advanced Sound”, est la branche européenne du réseau I.C.A.S. – International Cities of Advanced Sound. Il sont tous deux étroitement liés au réseau Mutek.

Le site d’ECAS étant encore under construction, les infos sont pour le moment principalement accueillies sur le site de la structure futureverything. En octobre dernier s’est clôturé l’appel à participation pour leur premier projet commun : Festival as Lab. Ce dernier est soutenu par le programme européen Culture 2007-2013 (dont je vous ai d’ailleurs touché un mot hier).

Pour défricher, je vous conseille de commencer par l’à propos du réseau ICAS ; passer ensuite rapidement sur l’historique de Mutek ; vous attarder sur l’article perpectives d’avenir, qui, s’il ne fait que survoler une dizaine d’années de travail et de collaborations, vous donnera malgré tout des premiers éléments de réponses quant à qui à fait quoi où et comment ; et enfin, de finir par l’onglet collaboration de Mutek.

Les membres des réseaux ECAS/ICAS soutiennent donc “la création musicale et sonore la plus pure”, mais aussi “les multiples expressions qui naissent de leur rencontre avec d’autres champs de pratique culturelle”. C’est évidemment ce dernier aspect que j’explorerai dans mes futurs articles.

E.C.A.S. – I.C.A.S. – MUTEK membres (nov. 2010)

.
flux rss ICAS network
[rssinpage rssfeed=’http://icasnetwork.org/feed/’ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]
flux rss MUTEK
[rssinpage rssfeed=’http://feeds2.feedburner.com/mutek’ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

Italie : artsmachine.com – DigiCult – Piemonte Share Festival – Festival Ventipertrenta

 FESTIVALS, STRUCTURES  Comments Off on Italie : artsmachine.com – DigiCult – Piemonte Share Festival – Festival Ventipertrenta
Oct 292010
 

Sonia Cillari - As an artist, I need to rest

artsmachine : www.artsmachine.com
DigiCult :  www.digicult.it
Piemonte Share Festival : www.toshare.it
Ventipertrenta : ventipertrenta2.wordpress.com

.

Petite article pour faire un tour du côté de mes liens italiens.

  • Gianluca Mura est architecte et artiste en nouveaux médias et design. Il est également chercheur dans différentes université (Italie, Portugal, Autriche). Vous trouverez peut-être que  son site “artsmachine” n’est pas vraiment livré avec le mode d’emploi et qu’on en comprend pas toujours le quoi où comment. Il n’a surtout  (pour l’instant) pas de flux rss qui nous tiendrait facilement au courant de ses recherches. Je conseille donc un petit tour du côté des onglets Web references, download et en particulier ArtsMachine Media Lab ou Picubino Project , un petit hard/software dont on aimerait voir plus qu’une simple photo montage.

.

  • J’ai déjà cité “DigiCult“, le mag créé et piloté par Marco Mancuso, mais au cas où vous ne l’auriez pas noté, c’est une référence qui se décline en “mag“, “podcast“, et où vous pouvez retrouver les dernières news et appels… A voir également une page “links” claire et bien fournie. A l’instar de “neural.it” ça vous changera de “We Make Money…“, si l’italien ne vous fait pas peur. Le mag possède des articles en anglais.

.

  • le “Piemonte Share Festival” est une manifestation dédiée à “la promotion et à la connaissance de l’art et des cultures numériques, au développement de la créativité qui naît des nouvelles possibilités offertes par les nouveaux médias et à l’innovation technologique en général”. Outre son festival et son prix, vous pouvez aussi retrouver l””Action Sharing Competition” dont la deadline est le 30 novembre 2010. Sur son blog, vous pourrez avoir accès aux news de tous ses projets, allez voir, ça vaut le détour.

.

Il y a trois ans, j’ai habité en Italie pendant une dizaine de mois. A Bologne, lorsqu’un festival ne faisait pas payer des droits d’inscriptions pour les artistes qui voulaient répondre à son appel, c’était écrit tout en grand sur le formulaire et en lettres capitales s’il vous plaît. Quant à une quelconque rétribution pour le travail des artistes, vous pensez bien qu’on en parlait même pas, il y avait tout au plus un “premier prix” de quelques centaines d’euros. C’était la crise d’avant la crise et “si on attendait d’avoir de l’argent pour faire quelque chose, on ne ferait rien“.

Je suis assez d’accord avec cette façon de voir les choses, sauf quand elle devient la règle et que les organisateurs comptent dessus comme un prérequis. Je dois bien avouer que sur les derniers appels à projets que j’ai reçu d’organisations belges et françaises ces six derniers mois (toutes “catégories” d’art confondues), un grand nombre n’avaient pas de chapitre “budget” dans leur appel ou règlement. Et le pire, c’est que parfois, si on avait le malheur de soulever la question, on risquait de se faire passer pour… Les temps étant durs pour tout le monde, ça n’est pas une question de mauvaise volonté bien évidemment, mais la situation a tendance à engendrer de mauvaises habitudes, d’un côté comme de l’autre. J’y reviendrai.

A ce propos donc, le festival “Ventipertrenta” vous demandera “20 ou 28 euros” (sic) de frais de participation. Son premier et second prix sont de 300 euros, son prix du public, de 50. Pas de section budget dans son application form (deadline fin nov. 2010), ce qui peut paraître normal, puisque le festival (international d’arts numériques) est une exposition de “print” petits formats (20 par 30, d’où le nom). Voilà…. J’espère qu’à ces conditions, ils offrent malgré tout l’objet aux artistes qui ont participé. Je le dis sans cynisme et souhaite vraiment que les prochaines éditions se verront dotées d’un budget, qui fera qu’on ne doive plus se poser ce genre de bêtes questions.

.

flux rss général de DigiCult
[rssinpage rssfeed=’http://www.digicult.it/rss2.asp’ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

flux rss de Piemonte Share
[rssinpage rssfeed=’http://www.toshare.it/?feed=rss2′ rsstarget=’_blank’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

Oct 012010
 

Le blog se met en mode stand by. Trop de travail pour pouvoir écrire des articles fouillés.
Cette pause me permettra de reprendre des liens simples présentés par tags.

.

BAC festival - Barcelone

Pour aujourd’hui, ça sera un peu de galerie, un peu de littérature, des blogs, du festival, une structure et des vielles bécanes…

.

  • Databases : “Litterature audio.com” : plus de 1400 livres audio gratuits. De quoi faire quelques tests avec des voix.
  • Festivals : “BAC“, le festival d’arts contemporains de Barcelone (Centre “La Santa“), s’intéresse aussi bien à la vidéo, aux installations, au stop motion ou aux “Analogical Textures”… Encore peu de “labellisé” digital interactif numérique ou sonore… mais il me semble que ça n’est pas par manque d’intérêt. Le festival vient de clôturer son appel à projet pour l’édition 2010 et il faudra vous faudra donc attendre jusqu’au mois de juillet 2011 pour le prochain appel (voir les archives des années précédentes sur la page d’accueil).
  • Bonus : “old-computers.com“, un musée de l’ordi personnel et familial. C’est pas le seul endroit, mais si vous chercher des infos, vous pouvez même contacter directement l’équipe, ils prennent un réel plaisir à répondre à vos questions.
  • Documentation : Le blog “artsthree.com” et plus précisément sa rubrique “art digital” qui prend le temps de s’étayer et de fouiller la matière. Une quinzaine d’articles à lire. Dates de parutions : début 2009 à mi 2010, du tout récent. Vous en retrouverez pas mal d’extraits dans la suite “… qu’est-ce que l’art numérique“.
  • Structures : “Virtueel Platform”  veut stimuler et de renforcer l’innovation culturelle, en partageant les connaissances sur l’e-culture afin d’accroître sa visibilité et son champ d’application. Pour ce qui est du portail Web, ça ne sera pas l’exhaustivité (loin de là) et il y a des petits bug de tant à autres,  mais l’outil est pensé et ça se voit, ça se sent et j’espère qu’ils ne vont pas s’arrêter en si bon chemin. Le projet n’est évidemment pas que sur le Web, il coproduit par exemple des rencontres comme la “e-culture-fair“. Liens : Virtueel Platform channel (youtube)

.
flux rss artsthree rubrique art digital
[rssinpage rssfeed=’http://www.artsthree.com/taxonomy/term/169/0/feed’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

flux rss Virtueel Platform
[rssinpage rssfeed=’http://www.virtueelplatform.nl/rssfeeds’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : Appel à projets d’exposition – Espace “Les Territoires” – Canada – deadline le 18 oct. 2010

…………………………………………………………………………….

Portails : artcitizens – artacademia – citizensofculture – Web – Europe – Turquie

 CALLS, DATABASES, FESTIVALS, RESIDENCES, STRUCTURES  Comments Off on Portails : artcitizens – artacademia – citizensofculture – Web – Europe – Turquie
Sep 282010
 

www.artcitizens.net

www.artcitizens.net
www.artacademia.net

citizensofculture.net
.

“La culture rapproche les peuples” : c’est en tous cas ce que pensent certaines personnes dans certaines institutions. Après l'”Asia Europe Foundation” et son portail “culture360.org” (voir post du 01 sept. 2010), je vous présente aujourd’hui un autre service, constitué de trois portails liés, et destiné à rompre la glace entre les peuples de l’UE et les peuples de l’UE (… et le peuple Turque éventuellement).

Les trois portails pourrait être comparés à trois filtres appliqués à un seul service. Trois catégories, où trois angles d’approche. L’idée est intéressante, sauf que dans la pratique, ça n’est pas si évident. Si vous ne devez créer qu’un seul profil pour les trois portails, il vous faudra les visiter et vous logger distinctement. Si on comprend les trois orientations principales, symbolisée par trois couleurs distinctes, dans le détails des publications, il n’est pas facile de s’y retrouver et de comprendre quoi est publié où et pourquoi. Cela vous obligera à faire le tour des trois lieux si vous voulez une info complète. Aucun flux rss n’est proposé directement, ça serait trop simple.

Pour ce qui est du service en lui-même : les onglets à retenir sont “ANNOUCEMENT” où vous pourrez retrouver des appels à participation, et “GROUPES” où vous pourrez trouvez différentes structures ou projets. Votre profil vous donne accès à un espace personnel sur le réseau communautaire, avec lequel vous pouvez interagir comme dans n’importe quel portail.

explicatifs et flux rss (les trois flux vous seront proposés (réunis en un seul) sur la veille www.arts-numeriques.info)

Structures soutenant le projet (pour mieux comprendre le cadre)

Petite anecdote pour finir : savez-vous de qui est la phrase “La culture rapproche les peuples” ? Non ? Eh bien, google non plus. Mais plus que cela, il n’affiche que 12 réponses principales (6 pour yahoo france) pour ce que je croyais être pourtant un lieu commun et cliché cité à tout va. Pas plus non plus d’ailleurs sur la possibilité que la culture, divise, sépare, éloigne etc. étrange ce vide. (à lire : « Gare à la mondialisation culturelle » propos de Dominique Wolton, Sociologue français, directeur de recherches au CNRS).
.
flux rss mix des trois sites
[rssinpage rssfeed=’http://feedrinse.com/services/channel/?chanurl=b1236c94d6faaa940622a844364a5574′ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : 13.0 International VIDA AwardsFundación Telefónica – Spain – deadline le 07 nov. 2010

…………………………………………………………………………….

OCTOBRE numérique, Arles – databit.me Festival, Saint Remy de Provence

 FESTIVALS  Comments Off on OCTOBRE numérique, Arles – databit.me Festival, Saint Remy de Provence
Sep 212010
 

rosa menkman @ databit.me

OCTOBRE numérique : www.octobre-numerique.fr
databit.me : www.databit.me

.

Pour aujourd’hui, ça sera deux premières et, une fois n’est pas coutume, ça ressemblera peut-être un tant soit peu à de la promo d’actualités.

OCTOBRE numérique” rassemble plusieurs manifestations sous l’intitulé : “Rencontres de la création, de l’innovation et de l’économie“. Un mix de compétitions jeux électronique, de demo party, courts-métrages, animation 3D, création contemporaine multimédia, logiciels libres, livres numériques, réseaux sociaux, forums/débats etc. Sa première édition aura lieu du 1 au 10 octobre 2010.

L’organisateur est la ville d’Arles associée au festival MAIN (main party – voir article du), à l’Art Court Video, à l’École d’enseignement supérieur (spécialisée en infographie 3D) Supinfocom, à l’IUT – Université de Provence, à l’ENSP – Ecole nationale supérieure de la photographie, au PAN – association Pays d’Arles Numérique, au PXL Lan (LAN Party) et à la Chambre de commerce et d’industrie du Pays d’Arles.

Bien que cette première édition ressemble à un collage d’entités qui restent bien distinctes (voir communiqués de presse par exemple), la manifestation se présente également comme un nouveau festival. Ca laisse donc entrevoir de prochaines éditions et peut-être un “OCTOBRE numérique” plus présent et dont le volet artistique sera moins “laissé à d’autres”. Comme cela demandera sans doute des moyens supplémentaires pour renforcer l’équipe central, je souhaite donc un franc succès à cette “first edition”.
.

C’est par la liste de diffusion nettime-fr (voir article du 4 sept. 2010) que je viens d’apprendre l’existence du festival/rencontre “databit.me” (voir l’appel à participation). Défini comme “série de rencontres festives autour de la création numérique actuelle“, il aura pour thématique : “l’identité des machines“.

Le site est simple, une photo jpeg qui donne accès au flyers pdf de l’événement. Pas facile d’en savoir plus de ce côté là. Du côté du Web, on arrive au “collectif tntb“, dont la performance “PLAY BIOPOLITIQUE” (David Lepolard, Charlotte Fuillet et Mathilde Alka) est inscrite au programme (à noter le lien vers la PS24VJ, un des projets du VJ Pikilipita, qui s’amuse à détourner consoles et autres smartphones).

Le programme de ce tout petit festival reprendra également : Gijs (dont le site propose quelques liens intéressants), Rosa MenkmanRita Cioffi, Karl Paquemar, Confipop, Janken Popp, Franco Mannar, Corinne Sérapion et Jean-Yves BIRKER (aka UTO).

.

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : Chico.Art.Net 2010 International online exhibition showcases – California State Universtity – Web – deadline le 12 octobre 2010

…………………………………………………………………………….

.

RAN/DAN : Réseau Arts Numériques (part 1) – Introduction

 CALLS, DATABASES, FESTIVALS, RESIDENCES, STRUCTURES  Comments Off on RAN/DAN : Réseau Arts Numériques (part 1) – Introduction
Sep 202010
 

www.ran-dan.net

site web : www.ran-dan.net
.

Introduction

La première fois que j’ai entendu parler du RAN, c’était en 2009 au “festival des Bains Numériques d’Enghien-les-Bains“. Je faisais une interview de Philippe Baudelot et nous avons digresser. Le souvenir est assez vague, mais je me souviens qu’il m’ait dit que c’était passionnant et complexe… Cela fait plus de 2 mois maintenant que j’ai ouvert ce blog et j’ai essayé tant bien que mal de ne pas m’attaquer de front à ce complexe-là, mais il m’aurait été difficile d’attendre encore avant de présenter le “Réseau Arts Numériques“.

Pour clarifier les choses, le “Réseau Arts Numériques” (RAN) ne représente pas du tout un certain “réseau de facto” des arts dits numériques. Ca n’est qu’un réseau, parmi d’autres réseaux et bien que conséquent, vous n’y retrouverez pas, par exemple, “Ars Electronica“, “Le Cube“, “OneDotZero“, le “Japan Media Arts Festival“, “iMAL“, l'”UPGRADE” … en tous cas, pas aujourd’hui et pas directement (j’y reviendrai).

Le nom choisi m’a d’abord semblé un choix étrange, assez maladroit, très prétentieux, comportant un certain manque de respect vis à vis des autres réseaux ou structures poursuivant des buts communs et surtout, osé face à la “revendication” de l’expression “arts numériques”, qui était plus que jamais remise en cause (voir “qu’est-ce que l’art numérique” et l’article du 4 sept. 2010). Après tout, si personne n’avait choisi “Réseau Arts Numériques” avant cela, ça n’était pas pour rien et surtout pas faute d’y avoir pensé. Mais il me semble aujourd’hui que, bien qu’on utilise presque toujours l’acronyme “RAN” dans les conversations courantes, l’intitulé “Réseau Arts Numériques” était, non seulement un choix judicieux, mais important, nécessaire et intrinsèque au projet :

  • “arts numériques” (le pluriel est important me semble-t-il) : l’expression est arrivé aujourd’hui à un niveau de maturité suffisant. Si on regarde quelques années en arrière, ça n’était pas le cas. Le fait même de la remettre en cause lui a donné une réflexion théorique conséquente, une consistance, un champ, un terrain d’accords possibles, ne serait-ce que sur les désaccords éventuels. Qui plus est, et je l’écris du bout des doigts : que ce soit du côté des autorités subsidiantes ou du public, elle commence doucement à faire signe. Quoi qu’il en soit, son affirmation, qui peut sembler tellement évidente aujourd’hui (surtout après la création du RAN), ne l’était donc pas forcément hier.
  • “réseau arts numériques” : pour dépasser les débats sur l’expression “arts numériques” (tout en permettant de mieux y revenir), il fallait absolument que ce “RAN” soit le reflet d’un “certain réseau des arts dits numériques de facto”, avec toute sa complexité (générée justement par les différences qui existent en son sein). Le nombre de structures était un point non négligeable, ainsi que leurs diversités/spécificités (cultures, géolocalisations, moyens financiers…). S’il a fallu moins de 2 ans et demi pour mettre le réseau en place, beaucoup plus de temps à été nécessaire pour que l’idée de ce réseau soit assez réaliste, pour devenir plus qu’une idée. Tout cela ne pouvait découler que d’un long travail préalable, de réseaux préexistants (conventionnés ou non), de collaborations concrètes…  qui ont généré de nouveaux besoins et certainement quelques “problèmes” à résoudre. Faciliter et pérenniser les échanges, mutualiser les recherches, trouver des moyens financiers pour de nouveaux projets, pour la recherche, avoir accès à des lieux, du matériel, des compétences et des conditions “exceptionnels”…  Pour reprendre un concept que j’aime tout particulièrement, c’était un “kairos” à saisir et découlant du “réseau de facto” dont je parlais plus haut. Le RAN est né d’un ensemble de facteurs qui plaçaient tout simplement la barre “haut”. Vous en trouverez, je pense, la confirmation lorsque j’aborderai dans mon prochain article, les quatre chantiers qu’il a mis en place.

(à suivre)

en attendant…

.

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

nouvel onglet : “Veille Presse Archives

…………………………………………………………………………….

.

Festival Longueur d’ondes, les Immédiatiques – Web – Brest

 CALLS, FESTIVALS, STRUCTURES  Comments Off on Festival Longueur d’ondes, les Immédiatiques – Web – Brest
Sep 092010
 

www.longueur-ondes.fr

site web : www.longueur-ondes.fr
.

Hurry up. Voilà une deadline qui intéressera ceux qui ont des projets radiophoniques en vue.

L’association “Longueur d’ondes” est née du projet de la revue “Une larme du Diable” : “floue à tel point qu’une manifestation autour de la radio et de l’écoute naquit en novembre 2003 et que l’idée-de-revue fut mise de côté“. Aujourd’hui, le numéro deux de la revue est annoncé pour décembre 2010 et le festival “Longueur d’ondes”  se prépare pour sa huitième édition. “Remettre à demain ce qu’il est impossible de faire aujourd’hui”, ça porte apparemment ses fruits (ça n’est pas vraiment la procrastination de Mike Wyeld, que je viens par hasard de revoir avec plaisir et que je salue au passage…). J’en reviens donc à cette deadline, fixée pour le 25 septembre : “le prix Longueur d’ondes – Nagra France Audio“.

A noter également : “Les Immédiatiques“, projet de “tables rondes” qui en sont à leur troisième édition.

Autres liens :

.
flux rss
[rssinpage rssfeed=’http://www.longueur-ondes.fr/spip.php?page=backend’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : Arteles Residencies 2010/2011 – Arteles – Finlande – deadline le 17 sept. 2010

…………………………………………………………………………….

Info à faire passer : nod-a (voir article du 25 août 2010) recrute

…………………………………………………………………………….

.

Fàcyl – Festival Internacional de las Artes de castilla y leon – Salamanca

 FESTIVALS  Comments Off on Fàcyl – Festival Internacional de las Artes de castilla y leon – Salamanca
Sep 082010
 

www.facyl-festival.com

site web : www.facyl-festival.com
.

C’est lors de mes recherches sur le collectif  t.r.a.n.s.i.t.s.c.a.p.e (voir article du 18 juillet 2010), que j’ai découvert le “Fàcyl Festival“.

S’il se présente  comme un festival où les arts de la scène tiennent la part belle (on peut retrouver des noms comme Roméo Castellucci, Les Mossoux Bonté, Rodrigo Garcia, Heiner Goebbels, Peter Brooks..), son programme a toujours été multidisciplinaires en présentant des installations, de la vidéo, des films, des interventions urbaines, des workshops, des arts sonores… et il a tendance se diversifier de plus en plus. Autant de possibilités à exploiter donc.

Pas encore d’appels à participations, le festival fonctionnant sous forme de curatelle (avec cette année un “Guest Director” : Calixto Bieito). Il vous faudra donc contacter directement l’organisation du festival (La Fundación Siglo) si vous voulez avoir une possibilité de participer. Le festival ayant lieu vers le milieu de l’année, la bonne période est entre juillet et novembre.

liens externes :

.

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : Interactivos? ‘10 BH ‘High End Low Tech – Brésil – deadline le 30 sept. 2010

…………………………………………………………………………….

.

artservis, Web – SCCA, Center for Contemporary Arts, Ljubljana

 CALLS, DATABASES, FESTIVALS, STRUCTURES  Comments Off on artservis, Web – SCCA, Center for Contemporary Arts, Ljubljana
Sep 082010
 

PlatfromaSCCA

artservis : www.artservis.org
SCCA, Center for Contemporary Arts – Ljubljana : www.scca-ljubljana.si

.

Êtes-vous impliqué dans les arts contemporains, recherchez vous des fonds, des connaissances, ou des possibilités de collaboration ? Vous êtes au bon endroit“, c’est par ces mots que vous accueille la page Web du projet slovène “artservis ” lié au “SCCA – Center for Contemporary Arts“.

Que peut-on y trouver ? Eh bien, s’il vous prenait l’envie de développer un projet en Slovénie et plus particulièrement à Ljubljana, c’est une excellente porte d’entrée : vous y trouverez tout ce que la ville et le pays compte comme structures culturelles, en tous cas pour ce qui est des principaux. C’est dommage que le site ne vise pas l’exhaustivité en lien directs et qu’il s’arrête en si bon chemin (il suffirait de peu et vu la taille du pays, il y a moyen) .

Si on s’en tient au Web, un service de veille est mis en place et les deadlines sont accessibles directement sur la première page, ainsi qu’en newsletter ou en flux RSS. Rien de vraiment exceptionnel dans les infos proposées (plus ou moins les mêmes qu’ailleurs), et bien que “artservis” se veuille International, c’est surtout une page qui servira aux slovènes qui préféreront se rendra là, plutôt qu’ailleurs. Une recherche dans la base de données est également possible et vous y trouverez, comme toujours, quelques “exclusivités”. Le flux RSS est dès à présent accessible sur le portail www.arts-numériques.info.

Autres liens “artservis” et “SCCA”

.
flux rss artservis
[rssinpage rssfeed=’http://www.artservis.org/rss.asp’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : Sound is art – Phonurgia Nova awards 2010 – France – deadline le 15 oct 2010

lire l’appel en français

…………………………………………………………………………….

.

compArt daDA: "the database Digital Art" – Web – Bremen

 DATABASES, FESTIVALS, STRUCTURES  Comments Off on compArt daDA: "the database Digital Art" – Web – Bremen
Sep 032010
 

N. White - White’s early robots - 1977

site web : dada.compart-bremen.de
.

A part le “DAM” (Digital Art Museum – article 19 juillet 2010), un autre projet allemand en ligne s’attaque lui aussi à l’Art dit “numérique”, en essayant de lui construire une histoire. Il est développé au sein de l’Université de Brême et “est actuellement financé par Rudolf Augstein Stiftung“. La où les prétentions du DAM se heurtent à une pauvreté de contenu offert à l’internaute (dont on finit par se demander si c’est un véritable choix, où tout simplement un manque de recherches sur le sujet), le projet “CompArt” reste “humble” dans une description simple de type “universitaire” : on a donc moins d’attentes et c’est finalement pas plus mal. Un groupe de chercheurs tient ici le rôle du fameux “comité de sélection” (advisory panel) du DAM, et il est moins question ici d’Histoire avec un grand H que d’une “institution oeuvrant pour la promotion de l’art numérique” via la recherche, mais aussi “l’édition, l’enseignement, la production d’œuvres, de commissariat d’expositions…

“compArt” s’attache, pour l’instant, à explorer les arts numériques entre 1950 et 1979, date du premier festival Ars Electronica. Un trentaine d’années donc et plus de 1500 entrées classées par personnes, travaux, événements, publications et institutions. Les outils de recherche sont rudimentaires, mais assez complets, très bien présentés, clairs et efficaces. Le système de tags n’en est qu’à ses débuts, mais une petite ligne du temps paramétrable (section events) laisse à penser que la team est attentive à la question. De plus, vous pouvez ouvrir un compte pour tagguer et bookmarker (pour vous, mais aussi pour la communauté). A l’heure des sites de bookmarks online, l’outil peut sembler désuet, les possibilités restreintes et contraignantes, mais l’idée est là : on ne vous donne pas simplement des données, on veut vous faciliter la recherche parmi ces dernières.

Les entrées elles-mêmes sont présentées sous forme de simples fiches à signets. Encore une fois, c’est un peu pauvre en matière première et une simple recherche google vous en apprendra d’avantage rien que dans les 5 premiers résultats (où “compArt” n’est d’ailleurs (quasi) jamais repris, à l’inverse du DAM qui apparaît de temps à autre).

Si l’idée est séduisante et le projet utile à l’occasion, il fini très vite par devenir, malheureusement, un simple annuaire où vous copiez-collez le nom de l’entrée, pour faire vous-même une vraie recherche. C’est déjà pas si mal évidemment, surtout que le projet est ouvert et même en demande de collaborations (avis aux étudiants en Histoire de l’Art et autres qui sont en quête d’un beau travail de recherche).

* digressions

La plupart des plateformes online sont aujourd’hui réalisés avec (plus ou moins) les mêmes outils de type “CMS”. Alors qu’on pouvait s’attendre à une plus grande diversité avec un “Web 2.0 bien installé”, j’ai l’impression que nous sommes actuellement dans une période de transition où tout commence (de nouveau) à se ressembler. Pour des raisons de facilité de mise en place et d’utilisation (mais surtout de moyens), que ça soit une plateforme comme facebook, un blog quelconque, un site personnel ou un Musée de l’Art Numérique… une tendance au formatage “powered by…” s’est profondément installée ces dernières années. Or, ces outils et leurs schémas de fonctionnement, leurs interfaces, leurs moyens de faciliter la tâche… induisent non seulement une présentation de contenu, mais influencent aussi (et réduisent) les “possibilités” de contenus et finalement les contenus eux-même. Les CMS sont créés pour répondre aux besoins du plus grand nombre. Même s’ils deviennent de plus en plus “paramétrables”, il n’empêche que le contenu fini le plus souvent par s’adapter fortement au contenant plutôt que l’inverse.

Je creuserai ce sujet lors d’un prochain article sur les CMS (dans la catégorie “Soft/Hardware“).
.
flux rss
[rssinpage rssfeed=’http://dada.compart-bremen.de/updates_feed’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : Exchange Radical Moments! – Haus der Kulturen der Wel – Berlin – deadline le 30 septembre 2010

…………………………………………………………………………….

.

culture360.org – Asia Europe Foundation – Web – Singapore

 CALLS, DATABASES, FESTIVALS, STRUCTURES  Comments Off on culture360.org – Asia Europe Foundation – Web – Singapore
Sep 012010
 

Asia Europe Foundation

site web : culture360.org
.

Dans la série des portails artistiques, plateformes d’échanges au service d’un plus grand nombre, censées nous montrer ce dont le Web 2.0 est capable en termes de communautaire et services mashupés (voir tag Portals), “culture360.org” à la mission de “relier les peuples de l’Asie et de l’Europe par le biais des arts et de la culture“. Le projet a été initié par l’Asia-Europe Meeting (ASEM) et est géré par le “Cultural Exchange Department” de l’Asia-Europe Foundation (ASEF). Le but premier est de faciliter le flux d’informations et la coopération culturelle entre les pays membres via un portail multidisciplinaires qui viendrait rassembler une “information culturelle” bien présente, mais disparate. Très beau programme qui résume assez bien quelques longs chapitres de mon “à propos” en construction. Maintenant, gardez bien à l’esprit que les informations et outils que vous trouverez ici ont un focus sévère : un espèce de point de convergence (flou) entre l’Asie et l’Europe. Un exemple : si je filtre la recherche “Belgique”, la seule réponse que j’obtiendrais sera le “Korea-Europe music festival”. Ca n’est pas partout aussi drastique, mais le lien avec l’Asie prend évidemment beaucoup de place.

On retiendra :

  • La “base de données” publications et organisations, mais qui ne comprend en fait qu’une vingtaine d’entrées. Vous aurez vite fait le tour.
  • Si vous voulez créer un espace de diffusion, la bonne idée est que “culture360.org” vous propose un blog  en wordpress, facile donc d’importer ou d’exporter, vous serez toutefois limité par les thèmes et plugins.
  • La communauté qui reprend un peu moins de 400 membres.
  • et enfin, un des seul point vraiment intéressant du site est la page opportunities, subdivisée en plusieurs catégories. Je vous conseille de rester sous l’onglet général dans un premier temps. Les entrées sont classées par pays et par deadlines. Encore faut-il que les “opportunités” vous intéresse.

Je terminerais par une réflexion personnelle car j’ai eu, ces derniers jours, plusieurs discussions sur le portail “DigitalArti“, que j’ai déjà beaucoup cité, mais dont je réserve l’article pour une date indéterminée (en tous cas après avoir fait le tour des autres portails du même type).

S’il est vrai que l’outil en lui-même laisse fortement à désirer, tant au niveau technique, qu’aux niveaux conception et ergonomie, qu’il ressemble à un blog du milieu des années 2000, avec des outils de recherches datant de la préhistoire des CMS, qu’il donne souvent l’impression d’un outil automatisé dont le Webmaster serait en vacance et que les informations qu’on peut y retrouver (quand elles y sont et qu’on arrive à les retrouver effectivement) sont le plus souvent reprises d’ailleurs ou fournies par la communauté… J’ai moi-même pousser mon “coup de gueule” pour ce fameux guide de festivals numériques servi au format PDF etc. etc. la liste des doléances peut être longue, sans oublier quelques points moins “techniques” et qui remettent en cause le projet dans son ensemble… comme je l’ai dit : etc. etc. Quand j’aurais fait le tour des portails et projets similaires, il y aura une meilleure base de discussion je pense.

Juste ceci alors : derrière chaque outil de ce genre, il y a un projet et il est souvent plus facile de transformer l’outil (ou carrément le changer) que d’améliorer un projet. Ce que j’ai pu constater, c’est que c’est un des seul projet de cet ampleur entiérement dédié aux arts dits “numériques”, que l’outil s’est amélioré, qu’il devient plus cohérent au fil du temps, que les bugs fréquents disparaissent, que l’ergonomie s’améliore, que la communauté s’agrandit et qu’elle commence à représenter réellement une communauté de facto plutôt qu’un quelconque réseau en particulier, que les infos commencent à affluer et à être plus pertinentes…

Mais, quoi qu’il en soit, derrière cet outils qui se crée petit à petit, il y a surtout un projet en expansion (peut-être trop même : serons-nous un jour tous obligés d’être “digitalarti-stes” ?), que cet énorme travail de fond et de réseautage est indispensable (ou prioritaire), parce que la présence du projet sur le Web, bien qu’essentiel, n’est pas une finalité en soi et qu’il est facile de voir que l’équipe essaie d’être sur tous les fronts, afin de créer des opportunités qui dépassent la simple présence d’un portail Internet et qui viendront surtout, à termes, le renforcer.

“culture360.org” ou “Rhiz.eu”, comme d’autres que je vous ai présenté, sont des outils plus aboutis, plus stables, plus innovants à l’occasion ou cohérents peut-être, mais leurs projets semblent parfois être retournés sur le beau papier glacé sur lequel ils ont été conçu. Ca n’empêchent pas certains d’être encore très actifs et très utiles, mais ils se présentent aujourd’hui comme un aboutissement, une finalité qui ne bougera plus. Peut-être un jour, Digitalarti sera dans le même cas, mais pour l’instant, il me semble que c’est tout l’inverse… alors sans en faire l’apologie, je dis juste qu’il y a moyen d’en profiter.
.
flux rss culture360.org
[rssinpage rssfeed=’http://culture360.org/category/news/feed’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : New Adventures in Sound Art – NAISA – Canada – deadline le 30 septembre 2010

…………………………………………………………………………….

.

Projet Clust'art – Les Ateliers d'Arts Contemporains

 CALLS, FESTIVALS, STRUCTURES  Comments Off on Projet Clust'art – Les Ateliers d'Arts Contemporains
Aug 262010
 


prolongation ce la pause du blog jusqu’au 28 août inclus. trop de travail pour pouvoir écrire des articles fouillés.
j’en profiterai donc pour rapidement vous faire visiter quelques petits projets plus ou moins exotiques.

Ping Song @ CitySonic 2010 - vernissage 27 août

.

.

.

site web : www.clustart.be
.

Les Atelier d’Arts Contemporains, c’est avant tout des stages et des ateliers en Communauté française de Belgique. Mais le projet, arrivé à maturité, s’est lancé également dans plusieurs initiatives qu’il est bon de souligner. En premier lieu, le projet Clust’art. La deadline vient malheureusement de passer (je m’en suis moi même rendu compte le jour d’après), mais de nouvelle deadlines sont prévues prochainement.

Clust’art à fait sienne la devise de son partenaire, l’agence du Fonds social européen, qui vise à soutenir la création d’emplois et/ou d’entreprises pour les artistes et les acteurs culturels. Cela s’adresse donc aux “nouveaux créateurs porteurs d’un projet d’activité professionnelle dans le domaine des arts“, à la condition minimum que ces projets créent au moins un nouvel emploi. En quoi consiste concrètement le “soutient” de Clust’art ? Je pense que le mieux est de leur demander directement, le site du projet restant assez vague sur les services qu’il propose ou qu’il est capable de fournir (cela s’explique simplement par les conditions de l’appel, qui sont minimales, les dossiers soumis sont donc très différent et le cas par cas est de mise. Je pense également que l’équipe va chercher à s’adapter au projet qu’elle a décidé de soutenir et s’il le faut, développer des compétences nouvelles…)

La deuxième initiative qui a retenu mon attention est le “Festival des 5 Saisons“. Je vous invite à aller directement à la page des critères de sélection, pour voir si cela peut vous intéresser. C’est un nouveau festival, qui n’est pas du tout “spécialisé” dans un “type” d’oeuvre, mais dont la thématique pourrait en intéresser certains. L’inauguration est pour le 16 octobre 2010. Je n’ai pas vu de dealine pour l’appel, mais il faut dire que je commence sérieusement à ne plus voir grand chose.

.

Focus CitySonic 2010 (vernissage 27 août, 18h45 – Mons) : Ping Song, d’Arnaud Eeckhout & Sébastien Herickx. Fraîchement sortis de l’école, ils n’ont pas encore eu le temps, ni de faire un site (c’est pour très bientôt m’a-t-on assuré). A part ça, leur projet commun pour CitySonic vous proposera de composer une partition musicale en jouant au ping pong. L’oeuvre étant en cours de calibrage et les concepteurs étant aussi à l’aise avec des raquettes à la main que moi avec des tallons de 25 cm au pied, je n’ai pas pu réellement assister à mon premier concerto pingsonggien (digne de ce nom), mais ce que j’en ai entendu m’a semblé très prometteur et je m’en irais faire une partie dès que l’instrument sera opérationnel. Qui plus est, le potentielles de l’oeuvre laisse entrevoir de belles étapes à venir et de multiples possibilités, ce qui ne gâche rien. Lorsqu’il faudra laissez votre place à d’autres futurs PingSongueurs, vous pourrez vous rabattre sur le “Sonic Pinball Project” qui se trouve dans la même salle et faire carillonner un parcours préparé (avec un soin extrême, des heures durant) par Gaëtan Bulourde et/ou Olivier Toulemonde. Quelqu’un m’a dit l’autre jour que “le concept n’était pas nouveau, et qu’il avait déjà vu une autre oeuvre qui…” etc. etc. C’est vrai. Mais d’abord je pense que le concept du “Pinball Project” réside dans ses multiples réalisations in-situ, particulièrement uniques… et puis aussi finalement : on a beau dire et faire de grands discours, je n’ai quand même pas pu m’empêcher d’avoir très envie de tirer plusieurs billes et un sourire de gosse en les entendant faire résonner l’espace.

.

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : Aides aux projets pour la création artistique multimédia, DICREAM – France – deadline : Jeudi 9 septembre 2010

…………………………………………………………………………….

nod-a, Paris

 CALLS, FESTIVALS, STRUCTURES  Comments Off on nod-a, Paris
Aug 252010
 


prolongation ce la pause du blog jusqu’au 28 août inclus. trop de travail pour pouvoir écrire des articles fouillés.
j’en profiterai donc pour rapidement vous faire visiter quelques petits projets plus ou moins exotiques.

Radio Sonic @ CitySonic Festival

.En

.

site web : nod-a.com
.

Je prolonge donc cette pause jusqu’au 28 inclus même si je dois bien avouer que les “petits sujets faciles” viennent doucement à manquer dans ma base de données.

Donc : “nod-a” est un “agent actif d’innovateurs créatifs et technologiquesimpliqué dans les milieux de l’innovation et de la création numérique“. C’est hum… disons une structure, qui propose ses services pour de l’expérimentation, de l’intégration de technologies et qui gère même les relations publiques… tout ça pour faire se rencontrer les entreprises et les communautés de la création numérique et/ou de l’innovation. C’est aussi un blog que je vous conseille vivement et surtout l’orchestrateur du « Cabinet de Curiosités Numériques » que “nod-A” présente comme son “laboratoire”.

Je n’ai pas le temps d’approfondir aujourd’hui, mais le nom de Stéphanie Bacquere (co-fondatrice avec Marie-Noéline Viguié) est repris plusieurs fois dans ma base de données : pour un mémoire de Marie-Noëlle Bacquere : “L’avenir des marques dans la sphère du virtuel” que j’avais trouvé lors d’un projet autour de “Second Life” – pour le ArtGame Week-end – pour la filiale digitale de Elegangz et le “Reality” festival (voir interview, article sur paperblog ou les différentes vidéos présentent sur cluster21 ) – pour le projet R.A.D.Art dont vous avez déjà peut-être vu passer quelques appels et dont le dernier (voir deadline ci-dessous) est lié à “La Cantine” (voir article du 12 juillet) – l’association Silicon Sentier … Voilà une série de projets (il y en a encore d’autres) qui me donneront la joie d’approfondir dans un bel article groupé. En attendant, vous pouvez toujours vous balader, c’est plutôt intéressant.

.

Focus CitySonic 2010 (vernissage 27 août, 18h45 – Mons) : Radio Sonic. L’association est une idée assez évidente, mais qui a dû nécessiter une véritable volonté pour mettre en place ce programme de 4-jours-24-heures-sur-24″ (voir photos). A écouter, selon votre choix, sur la page d’acceuil du Festival ou sur le Web de Radio Campus. Vous profiterez de la page du festival pour voir le programme complet et de celle de Campus pour découvrir ses autres collaborations, qui sont toujours de beaux moments d’écoute.
.
flux rss
[rssinpage rssfeed=’http://nod-a.com/blog/feed/’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : RADart 5, Envoyez vos projets! thématique : Interfaces – deadline : 23 Septembre à 18h45 à La Cantine

…………………………………………………………………………….

.

Sequences: Real Time Art Festival – Reykjavik

 CALLS, FESTIVALS  Comments Off on Sequences: Real Time Art Festival – Reykjavik
Aug 152010
 

Le blog se met en mode stand by jusqu’au 24 août inclus. Trop de travail pour pouvoir écrire des articles fouillés.
J’en profiterai donc pour rapidement vous faire visiter quelques petits projets plus ou moins exotiques.

.

festival sequence

site web : sequences.is

.

Pour commencer je vous propose l’article “Sequences Festival 2008” du site www.grapevine.is, ensuite ” Icelandic Art meltdown” de artnet.com, qui vous donneront une bonne idée du festival. Il n’est pas spécialisé en “arts numériques” comme on pourrait au vu du “Real Time”, mais en performance. Ceci dit, je me suis laissé dire qu’ils portaient une attention particulière pour les performances qui utilisaient des “nouvelles technologies” et par tout type de recherches qui allaient dans ce sens.

Le prochain appel pour l’édition 2011 sera ouvert le 01 novembre 2010.
.
flux rss
[rssinpage rssfeed=’http://sequences.is/?feed=rss2′ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille “arts numériques et multimédias” www.arts-numeriques.info

Hurry up : MFF 2010 : Graffiti Analysis by Evan Rothentre le 21 août et le 15 septembre 2010

le résultat sera montré à Bruxelles le 02 octobre 2010 dans le cadre du Media Facades Festival (voir article du 28 juillet 2010)

…………………………………………………………………………….

.

((audience)), New York – Unsound festival, Cracovie

 CALLS, FESTIVALS, STRUCTURES  Comments Off on ((audience)), New York – Unsound festival, Cracovie
Aug 102010
 


Le blog se met en mode stand by jusqu’au 24 août inclus. CitySonic approche et trop de travail pour pouvoir écrire des articles fouillés.
J’en profiterai donc pour rapidement vous faire visiter quelques petits projets plus ou moins exotiques.

.

((audience)) festival

site web : au.dience.org
.

Je vous ai proposé avant-hier un appel à participation via la structure : ((audience)) “new contexts for sound art”. Elle s’est donné comme “mission”, la promotion des arts sonores via, entre autre, un festival biennal nomade. Ca n’est pas son seul projet et ses différents appels sont transmis sur la plupart des portails. Un blog vous tient informé des derniers changements et vient compléter les infos du site.

Pour 2010/2011, l’((audience)) festival s’est associé avec le festival Unsound originaire de Cracovie, mais qui profite de partenariats pour s’étendre par delà les frontières polonaises et même européennes.
.
flux rss
[rssinpage rssfeed=’http://au.dience.org/?/feed’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille www.arts-numeriques.info

…………………………………………………………………………….

Cémutan – Web

 CALLS, DATABASES, FESTIVALS, RESIDENCES, STRUCTURES  Comments Off on Cémutan – Web
Aug 052010
 

site web : www.cemutan.org
.

Cémutan est “un espace dédié aux technologies et aux arts numériques. Il vise à rendre visibles projets, recherches et ressources ainsi qu’à regrouper les actions des différentes structures engagées dans ces domaines en Ile-de-France“. Et dès que l’on arrive sur le site, on peut déjà remarquer -outre la page de news bien remplie- les onglets aides aux projets, appels à participation et événements… et ça, c’est déjà signe d’un bon début.

Pour la présentation, je vous conseillerais la page “Culture multimédia” du site de la “Maison Populaire” qui coordonne le projet. Et puisqu’on est là, de faire un tour sur ses pages “Résidences artistiques” et “Salons numériques” qui pourraient vous intéresser également.

Pas évident d’en savoir plus sur qui fait quoi où comment, on dirait que la “structure” Cémutan (ou la Maison Populaire) s’efface complétement au profit de l’information que le site veut faire passer. Si c’est un choix, il n’est pas inintéressant. On peut malgré tout faire ressortir le nom de  Jocelyne Quélo (que ce soit comme coordinatrice Culture multimédia & du secteur Culture et communication” de la Maison Populaire ou comme rédacteur) et dont je vous recommande le blog “Public Art Digital“.

Je vous conseillerais ensuite le “plan du site” (toujours utile pour se faire une idée rapide de ce qui nous intéresse) en notant les rubriques : les acteurs (du réseau arts numérique), les ressources (soft/hardware/technique), les idées et les projets. A noter également que le site est participatif et qu’il est possible d’y soumettre très facilement une information personnelle dans l’une ou l’autre rubrique. Je voudrais malgré tout souligner que les infos des rédacteurs et utilisateurs “cémutan” sont toujours complétées par une riche liste d’infos glanées sur le Web et classées pour vous dans les rubriques adéquates. C’est le résultat  d’une très belle veille rss, qui tient à une prospection de l’équipe et à une réelle volonté d’information active et réactive. C’est rarement le cas. Quant aux résultats de recherches, ils se présentent sous forme de liste et on peut simplement regretter que les tags internes ne soient pas visibles, il faudra donc se contenter de la barre de recherche.

Le site de Cémutan est de toute évidence un lieu d’information très utile pour ce qui est des news. Il lui manque peut-être une interface de type “portail personnalisable” et de bon outils de recherche et de visualisation de données pour sa base de données dont on ne peut, à l’heure actuelle, profiter pleinement.

Pour terminer :

.
flux rss
[rssinpage rssfeed=’http://www.cemutan.org/spip.php?page=backend’ rssdateformat=’j F Y’ rssitems=’5′ rssdescription=’no’ rsstarget rssformat=’x – Y’]

MMF : MEDIA FACADES FESTIVAL – Public Art Lab

 CALLS, FESTIVALS, STRUCTURES  Comments Off on MMF : MEDIA FACADES FESTIVAL – Public Art Lab
Jul 282010
 

evan roth - MFF 2010 - berlin

Media Facades Festival : www.mediafacades.eu
Public Art Lab : www.publicartlab.org
.

Le Media Facades Festival, ça sera du 27 août au 02 octobre 2010 dans pas moins de 8 villes européennes. Il est organisé par “Public Art Lab“, dont la directrice Susa Pop, a pris en charge la curatelle de Berlin. La structure s’étant associé à des acteurs locaux, ça me permet de vous présenter rapidement des lieux/projets sur lesquels je reviendrais dans mes futurs articles. Toujours à Berlin, on peut retrouver l’évenement associé au Transmédial et évidemment à l’Upgrad Berlin que “Public Art Lab” organise également. Pour Bruxelles, c’est Imal qui prend la main, avec son directeur Yves Bernard et sa coordinatrice/chargée de projets, Marie-Laure Delaby (artiste belge sur laquelle je reviendrais), comme curateurs. Les autres villes sont : Helsinki soumit à M-Cult ; Ars Electronica Futurelab pour Linz ; Le Centre FACT pour Liverpool ; l’architecte Nerea Calvillo sera curateur pour le MediaLab Prado à Madrid ; et enfin, pour la capital de la Hongrie, la Kitchen Budapest (citée récemment avec le logiciel “Anima“).

A savoir que le Festival avait comme coproducteurs, en 2008, l’institut “Media Architecture” qui organise la “Media Architecture Biennale“. Vous pouvez retrouver sur sa page event, une série de projets semblables. Et si le sujet vous intéresse, vous pouvez aussi allez fouiner du côté de : www.interactivearchitecture.org.

N’oubliez pas qu’il vous reste moins de 2 jours pour (entre autres) : les Rencontres Internationales Paris Berlin Madrid et la Transmediale 2011… consulter la page RSS Network pour d’autres appels.
.

.