Les subventions européennes pour la culture : introduction – Union Européene (part2)

 CALLS, Europe, STRUCTURES  Comments Off on Les subventions européennes pour la culture : introduction – Union Européene (part2)
Dec 022010
 

ecjs-culture.blogspot.com

J’avais commencé dans mon article du 12 sept. 2010 à faire un tour d’horizon des “outils européen” mis à notre disposition. Ayant peu de temps aujourd’hui, je ne plongerai pas directement les mains dans le cambouis des subventions, mais je voulais malgré tout survoler quelques pistes menant aux principales subventions européennes pour la Culture. Un article un peu brouillon donc, mais que je compléterai au fil du temps et auquel j’additionnerai des articles plus spécifiques.

A savoir qu’énormément de petites associations locales peuvent vous aider dans les méandres des outils européens, et ce gratuitement. Je ne pourrai pas toutes les répertorier, mais via les quelques unes que je mettrai online dans les mois qui viennent, il vous sera possible d’en trouver d’autres.

  • Le texte du programme Culture 2007-2013 : vous pouvez toujours faire l’économie de l’apprendre par coeur, mais un bon print doublé d’un “marqueur fluo” n’est vraiment pas un luxe.
  • Dans les services online (payant), vous pouvez retrouver welcomeurope.com. Je reste assez sceptique sur l’efficacité de leur moteur de recherche, mais vous êtes sensés pouvoir faire une recherche avancée. Si vous n’êtes pas affiliés, vous ne verrez que l’intitulé des subventions (un copié collé sur google vous donnera en général les compléments d’informations).

.

…………………………………………………………………………….
Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info
Hurry up : Projecteurs à vendre.

La société française ETC revend des projecteurs ProjectionDesign F32 qui ont été utilisés 6 mois sur le stand français à Shanghai pour 4400 euros lentille incluse (18.000 euros en prix liste) avec 6 mois de garantie.

Guy Garcia

Directeur – Départements Multimédia & Muséographique
Ligne directe : +33 (0)1 45 15 28 14
Portable : +33 (0)6 85 71 42 95
E-mail :
g.garcia@etclondonparis.com
……………………………………………………………………………

Europeana – Web – Union Européene (part one)

 BONUS, DATABASES, Europe  Comments Off on Europeana – Web – Union Européene (part one)
Sep 122010
 

www.europeana.eu

site web : www.europeana.eu
.

Il me semblait important de passer en revue les outils que l’ “Europe” met à notre disposition pour nous faciliter les tâches. Ca ne va pas être une sinécure et il sera de toute façon difficile d’en faire le tour, puisque de nouveaux projets et structures apparaissent constamment. Malgré un budget conséquent alloué à la communication, l’Union Européenne peine à être “proche” de ses concitoyens. Il n’est donc pas étonnant qu’on ait souvent l’impression que les “projets européens” soient réservés à de grosses structures culturelles, ou qu’il s’agisse de projet longs et fastidieux… C’est vrai dans une certaine mesure, mais ça n’est pas toujours le cas.

Pour commencer cette nouvelle série, et en guise de bonus week-end, je vais m’attaquer à un projet Web : le portail Europeana, bibliothèque numérique européenne. Souvent présenté comme une réponse de l’Union dans le débat sur “la diversité culturelle et la protection du patrimoine libraire rare face à la vulgarisation des ouvrages commerciaux” (ou comme une réaction face à des projets tels que « google book »), Europeana est encore en phase beta et comme vous le verrez dans cet article, ça se sent.

Pour en savoir plus sur le projet :

.

Et donc : auriez-vous pu répondre à la question : “Qui propose des idées et des sources d’inspiration en vous reliant à 6 millions d’objets numériques ?”, si la réponse n’était pas reprise dans le titre de cet article ? Sans doute que, comme moi, vous n’auriez pas pu. Difficile de vous blâmer, une seule entrée ressort lorsqu’on fait une recherche “art numérique” sur Europeana, une douzaine sur “digital art”, mais qui ne correspondent aucune au sujet proprement dit et même qui en sont très éloignées.

Mais par contre, si vous tapez “festival”, vous pourrez trouver plus de 13 000 entrées, dont le festival “ars electronica” par exemple. Même chose si vous chercher “max msp”, six entrées au résultat et si vous cliquez sur la première et puis sur l’option “objets en relation”, vous commencer à voir apparaître plus de 150 000 résultats de réponse. Y aurait-t-il comme qui dirait un bug quelque part où les arts dit numériques ne seraient-ils pas (encore) une “source d’inspiration” ?

Comme souvent, malgré un petit outil de recherche avancée, la filtration des résultats n’est pas à la hauteur (surtout face à une masse d’informations aussi importante). Associé à un taggage des données minimal et qui n’est apparemment que très peu, ou mal soutenu par des outils sémantiques, on se retrouve à devoir sortir la pince à épiler pour trouver de la matière sans devoir y passer la journée. Aucune liste de mots clés expliqués (ontologie) n’est proposée, tout juste a-t-on droit à des proposition de tag lorsqu’on tape les premières lettres d’une recherche. Pas évident donc de se faire une idée d’ensemble et il faudra de toute façon passer un temps à naviguer à l’aveugle pour enfin trouver des chemins détournés qui vous feront sortir quelques résultats.

Parce que voilà, on sent tout de suite qu’il y a de la matière, beaucoup beaucoup de matière et qu’elle peut être utile à un moment ou à un autre.
.

Digressions

La question que je me suis posée était de savoir pourquoi je viendrais faire mes recherches sur Européana, alors que mon super ami google me permet théoriquement d’y accéder et qu’il m’offre en complément les autres ressources disponibles. Ca n’est évidemment pas la possibilité d’ouvrir un compte et de sauvegarder le tout dans mon profil : est-ce vraiment utile à l’heure des services de bookmarks online ?

J’ai donc fait plusieurs tests. Lorsque je tape “PICASSO PHOTOGRAPHIES PARIS MUSEE PICASSO” (ressource Europeana) avec les guillemets dans google, la ressource Europeana ressort en premier, mais si j’enlève les guillemets, rien dans les 500 premiers résultats de recherche. C’est bien pire lorsque les recherches sont “moins connues” ou les termes utilisés plus simples, ça se résulte la plupart du temps par aucun référencement d’Europeana par google. Je n’ai pas le temps de faire des tests approfondis, et je ne voudrais pas lancer de fausses rumeurs, mais il me semblerait normal que google (bien qu’il s’en défende) ne privilégie pas vraiment les ressources d’Européana, ça serait logiquement “la réponse du berger à la bergère”.

Très vite un cercle vicieux se met en place suivant la logique google et l’alibi est tout trouvé : puisque les internautes ne choisissent pas Européana comme source, qu’ils ne peuvent pas vraiment choisir puisqu’elle n’apparaît pas, il est normal que cette dernière se retrouve en fin résultats de recherche… c’est l’histoire de l’oeuf et de la poule. Il existe pourtant des moyens assez simples pour briser ce cercle vicieux, car, on peut toujours accuser google de tous les maux, mais si un site avec plus de 6 millions de pages a des problèmes de référencement, c’est tout simplement qu’il a des problèmes de référencement : “pierre qui roule, pierre qui roule”.

mettre en place une véritable campagne de référencement et pourquoi pas, utiliser ça et là le “google bombing”

le “google bombing” est tout à fait à la

Une solution pour palier à ce problème et “forcer” google pourtant que l’équipe d’Europeana

A voir aussi

.

…………………………………………………………………………….

Focus de la veille « arts numériques et multimédias » www.arts-numeriques.info

Hurry up : Cyber Human Forms – Web Art Show – Unknow Artist Virtual MuseumNew Media Festdeadline le 16 sept. 2010

…………………………………………………………………………….

.