Dec 122010
 

Emotiv EPOC

site web : www.emotiv.com
.

En juin 2010, j’ai reçu une subvention de conception de la CWFB pour une performance/installation interactive utilisant un casque neuronal Emotiv EPOC. Cela faisait 5 ans que je suivais le projet de cet hardware, j’avais fait quelques tests rapides à plusieurs reprises, mais je n’avais encore jamais eu l’occasion de le tester réellement. J’ai reçu le casque il y a quelques mois, mais je dois bien avouer que je n’ai pas encore eu le temps de commencer le travail sur la performance. J’ai cependant pris contact avec Axel Cleeremans du Consciousness, Cognition & Computation Group de l’Université Libre de Bruxelles et ai débuté une série de tests avec le NumediArt Insti­tute for New Media Art Tech­nol­ogy de l’Université de Mons. Outre ces premiers tests sur l’hard/software, nous travaillons actuellement sur l’élaboration d’algorithmes qui me permettraient d’utiliser certains “états émotionnels” pour piloter mon installation.

La société Emotiv nous présente son hardware comme un “système haute fidélité d’acquisition encéphalographique“, doublé de softwares riches en algorithmes qui seraient capables de “déplier le cortex afin de cartographier précisément les signaux électriques émis par notre cerveaux“. Cerise sur le gâteau, vous n’aurez pas besoin d’installer plusieurs dizaine de capteurs filaires, pas besoins de vous tondre les cheveux ou d’appliquer un gel conducteur : le casque est de style “plug and play”, sans fil, doté de 16 électrodes, d’un gyroscope, il est très léger et facile à installer… et cerise sur la cerise, à la place de débourser quelques milliers d’euros, il ne vous en coûtera que 299 dollars (hors software/frais de port). Pour une présentation complète, je vous conseille de regarder la conférence TED où vous pourrez retrouver la ligne de communication habituelle de la société. Si vous regardez cette autre vidéo (sur l’emotivsystems youtube), vous verrez qu’on y parle de trois types de “détections” : expressive, émotive, cognitives. La première s’attache aux différentes expressions faciales, la deuxième serait capable de détecter nos “émotions” et de pouvoir ainsi régler automatiquement les couleurs d’un jeu vidéo, ou le volume sonore d’une bande son par exemple, la troisième devrait pouvoir nous permettre de déplacer un objet virtuel rien qu’en y pensant.

Même avec une bonne recherche Web, on se rend très vite compte qu’il y a assez peu de matière sur le sujet et que cela se résume souvent à des articles de type publicitaire, finalement assez flous. Contrairement à ce que semble dire le titre de l’article de studio.medias-cite.org : Les artistes s’emparent de l’Emotiv Epoc, je n’ai pour ma part que très peu d’exemple de projets utilisant des casques neuronaux, encore moins l’EPOC en particulier (voir ci-dessous). Qu’en est-il donc vraiment des possibilités que nous offre Emotiv ? Je ne vais pas me lancer dans une analyse en profondeur, mais comme d’habitude, je vais essayer de donner quelques bonnes pistes pour appréhender le sujet. Commençons donc par le début.

Acquisition du matériel

Inscrivez-vous sur le site. Si le site vous indique une rupture de stock, envoyer un mail pour demander confirmation, il arrive souvent que ça ne soit, en fait, pas le cas.

La société ayant des “virtual assistants”, je vous déconseille vivement le “chat” mis en place, si vous aurez très vite quelqu’un à l’autre bout, vous risquer de devoir lui expliquer en long et en large qui il est, et ce qu’il est censé faire. Les échanges mail peuvent parfois aussi friser l’absurde : j’ai personnellement passé plus d’un mois d’une correspondance riche et intense afin de simplement essayer d’effectuer le paiement via paypal.

Unstable Empathy - Mattia Casalegno

A savoir donc : comme indiqué, vous pouvez passer par paypal (et je vous le conseille fortement). Comme ils n’ont pas (encore) mis en place une procédure automatisée, demandez leurs de vous envoyer le formulaire adéquat et payez ensuite directement via votre compte paypal. Je vous recommande d’ouvrir un compte au même nom (même adresse mail) que le nom de votre compte paypal, sinon ça risque de vous poser des problèmes supplémentaires.

Pour ce qui est des logiciels, il est évident que le kit développeur est celui qui vous permettra d’utiliser toutes les possibilités qu’Emotiv proposent. Cependant “je me suis laissé dire” par mon ami google realtime que de jolis hack existaient, et que, si ce sont les données transmises par les capteurs qui vous intéressent, il y a bien entendu moyen de se débrouiller sans ce kit (qui vous coutera tout de même près de 500 dollars supplémentaires). Les logiciels seront a télécharger via votre compte. Les clés vous seront transmises par message personnel peu après confirmation de votre achat.

Après cette première étape, c’est l’attente… elle peut durer de 1 à 2 mois : ne pas paniquer, ne pas lire le forum Emotiv pour ne pas paniquer etc… Votre matériel devrait arriver sans problème (directement d’un pays lointain où rien que l’idée du concept des charges sociales sont passibles d’emprisonnement à vie).

Je suis plutôt habitué à acheté sur Internet, mais vous l’aurez compris, la procédure en ce qui me concerne était plutôt pénible (et apparemment je ne suis pas le seul, c’est pourquoi je souligne). Ceci dit, à part quelques incompréhensions frisant le surréalisme et un shipping assez long, plus de peur que de mal.

Introduction à l’émotiv EPOC : le casque

Installation des logiciels (Windows only). Charge du casque via usb. Installation des capteurs sur le casque. Humidification des tampons des capteurs avec une solution type “lentille de contact”. Connexion du casque via un récepteur clé usb. Pose du casque… quelques ajustements font passer tous les capteurs repris sur l’écran, du rouge au vert. Cela fonctionne. On ne sait pas encore très bien ce qui fonctionne, mais des données arrivent bien au logiciel.

Le casque en lui même est bien pensé et bien fini. Il est léger, pas trop désagréable à porter, discret, l’installation est très très simple.

Quelques remarques après usage :

  • le port du casque est assez désagréable passé la demi-heure
  • il faut réhumidifier les capteurs au bout de 45 minutes
  • la solution humidifiante a tendance à solidifier les tapons des capteurs et à ronger finalement ces derniers. Après quelques temps, il vous faudra les remplacer. Des boites de capteurs de rechanges sont prévues (79,95 dollars).
  • La connexion sans fil se coupe parfois (je dois faire des tests supplémentaires et également voir le type de connexion utilisée, j’en reparlerai).
  • Si le placement du casque est très simple (c’est à dire que le logiciel fait très vite passer les différents capteurs au vert, j’ai remarqué que les zones de réception sont assez grandes et qu’il peut y avoir à l’intérieur de ces fourchettes assez larges, une zone “idéale” à trouver. Il vous faudra ensuite toujours essayer de retrouver ce même positionnement, ce qui n’est finalement pas très évident, mais indispensable si l’on veut une plus grande précision.
  • Il est évident que même si l’on ne doit pas raser les endroits de contacts, une tête chauve vous donnera une plus grande facilité d’utilisation et de bien meilleurs résultats.

Pour plus d’informations sur la prise en main, je vous conseille l’Emotiv Beta EPOC Hardware Setup et le manuel Emotiv Software Development Kit

Dans mon prochain article sur le sujet, j’approfondirai l’hardware avec quelques remarques plus techniques et je me pencherai surtout sur ces fameux trois niveaux de détection vantés par Emotiv : expressions, émotions, cognition. Si vous en doutiez, je peux déjà vous dire que, s’il n’y a pas vraiment “tromperie” sur la marchandise, il y a peut-être plusieurs malentendus sur les capacités réelles des différentes technologies Emotiv. Malentendus soigneusement entretenus par une communication habile, est-il besoin de le signaler. Cela rejoindra les questions soulevées par un des points que j’avais abordé le 09 nov. 2010 (via l’article Quand nos gadgets connaîtront nos émotions).

Wave UFO - Mariko Mori

Autres casques neuronaux de type “plug and play”

Quelques oeuvres artistiques utilisant des casques neuronaux
A noter que le terme BCI Art (Brain Computer Interface Art) est parfois utilisé.

.

  One Response to “Capteurs neuronaux – Brain Computer Interfaces – Casque neuronal Emotiv EPOC (part1)”

  1. […] This post was mentioned on Twitter by Infos Culture, D[Arts Numériques]D. D[Arts Numériques]D said: Capteurs neuronaux – Brain Computer Interfaces – Casque neuronal Emotiv EPOC (part1) http://bit.ly/fffTu1 #art #numérique […]

Sorry, the comment form is closed at this time.